filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

  • 26-11
    Collecte de lait : focus sur le métier de chauffeur ramasseur

    Sans lui, pas de collecte de lait ! Par tous les temps, par monts et par vaux, le chauffeur ramasseur laitier parcourt les routes au volant de son camion-citerne pour faire le tour des exploitations laitières. Un métier peu connu et qui compte aujourd’hui parmi les secteurs qui recrutent : intéressé ? On vous en dit plus sur […]

Voir toutes les actualités
Elevage et territoire
-

Portrait d’éleveur : Pierre Vaesken

Un passionné de Rouges Flamandes, la race reine du Salon de l’Agriculture 2015 !

Rouge-Flamande-B

Cette année, c’est Filouse, fière représentante des Rouges Flamandes, qui sera l’égérie du Salon International de l’Agriculture 2015*. À cette occasion, nous avons rencontré Pierre Vaesken, dont la famille élève cette race typique du Nord-Pas-de-Calais à Saint-Sylvestre-Cappel, un village situé à mi-chemin entre Lille et Dunkerque.

La Rouge Flamande est une race à petit effectif. Pourquoi avez-vous fait ce choix ?
C’est une passion familiale. Mon père élevait déjà des Flamandes, tout simplement parce qu’il s’agit de la race locale par excellence. Il en avait douze. Quand j’ai repris l’exploitation, en 1974, j’ai voulu développer le troupeau. Or, en 1977, un plan de sauvegarde a été lancé car le cheptel avait fortement décliné au fil du XXe siècle, sous les coups des deux guerres et de la réduction du nombre de races après la Deuxième Guerre mondiale. Je m’y suis engagé et, aujourd’hui, nous avons 45 Flamandes. J’ai transmis cette passion à mon épouse Maria et à nos trois enfants. L’un d’entre eux, Dominique, va d’ailleurs reprendre l’exploitation dans un an ou deux puisque je suis retraité.

Quels sont les qualités des Rouges Flamandes ?
Elles sont particulièrement rustiques et faciles à élever. En 1984, nous avons repris la ferme voisine où l’agriculteur élevait quelques Prim’Holstein, réputées comme les meilleures laitières. Nous en avons gardé deux et, aujourd’hui, nous en avons cinq. Cela nous permet de comparer quotidiennement les deux races. Le constat est très clair : les Flamandes produisent un peu moins de lait mais elles sont plus solides. Leur lait est très riche en protéines. Ce n’est pas un hasard si elles sont à l’origine des grands fromages régionaux (fromage de Bergues, maroilles, mimolette, mont des Cats…).

Où vos vaches pâturent-elles ?
Essentiellement au sein de notre exploitation. Sur 50 hectares, 30 sont en effet dédiés au troupeau : la moitié est constituée de prairies permanentes, l’autre moitié est réservée à la culture de maïs pour l’alimentation des bêtes. Depuis plusieurs années, quelques-unes de nos vaches font aussi l’expérience de l’éco-pâturage, une manière originale de gérer les espaces verts : la ville de Bergues, notamment, qui est le berceau de la race, met à disposition des éleveurs un terrain communal. L’objectif est d’entretenir la parcelle tout en faisant connaître la Rouge Flamande aux Berguois et aux touristes. La villégiature dure les quelques mois de la belle saison : c’est un peu la transhumance à l’envers, à la différence que nos vaches voyagent en tracteur !

* Filouse, égérie ch’ti du Salon de l’Agriculture
Pour la première fois, c’est une Rouge Flamande qui sera l’invitée d’honneur du Salon International de l’Agriculture, qui se tiendra du 21 février au 1er mars 2015 à Paris. Son petit nom ? Filouse, qui désigne en patois ch’ti une jeune fille maligne et rusée. Élevée par la famille Macke à Wemaers-Cappel, elle représente fièrement les Rouges Flamandes avec sa robe acajou, son corps trapu, sa belle ligne et sa tête noire. Une belle façon de rendre hommage à cette race sauvée de justesse : à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, elle représentait plus d’un million de têtes, soit 8 % de la population bovine française. Aujourd’hui, on n’en compte plus que 2 073 grâce à 65 éleveurs sélectionneurs du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie.

Plus d'articles

Mots clés