filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

  • 26-11
    Collecte de lait : focus sur le métier de chauffeur ramasseur

    Sans lui, pas de collecte de lait ! Par tous les temps, par monts et par vaux, le chauffeur ramasseur laitier parcourt les routes au volant de son camion-citerne pour faire le tour des exploitations laitières. Un métier peu connu et qui compte aujourd’hui parmi les secteurs qui recrutent : intéressé ? On vous en dit plus sur […]

Voir toutes les actualités
Elevage et territoire
-

Profession, éleveur : François Patte

Découverte d’un élevage qui fonctionne avec un robot de traite.

Profession éleveur : François Patte

De tout temps, les éleveurs laitiers ont dû se soumettre à la contrainte ancestrale des deux traites quotidiennes. Des outils ont été créés pour les aider dans cette tâche. François Patte, qui exploite avec son frère et son fils 235 hectares de polyculture-élevage à Domart-en-Ponthieu (Somme), a opté pour le plus récent d’entre eux : le robot de traite.

Quand et pourquoi avez-vous investi dans un robot de traite ?
Nous avons acheté notre premier robot en 2001 afin d’alléger notre travail et pouvoir continuer à mener de front nos deux activités, polyculture et élevage. C’était notre mère qui s’occupait des deux traites quotidiennes. Quand elle a pris sa retraite, nous avons donc étudié la possibilité d’acquérir un robot. Il en est ressorti que malgré un investissement de départ assez élevé, il nous coûterait moins cher qu’un salarié. Nous nous sommes donc lancés – nous étions les deuxièmes en France ! En 2008, l’exploitation s’est agrandie et nous avons installé un nouveau robot dans un nouveau bâtiment, en supprimant l’ancien.

Quels ont été les changements d’organisation pour vous ?
Le robot est programmable et il effectue la traite des vaches laitières sans notre intervention directe, vingt-quatre heures sur vingt-quatre : toutes les opérations sont automatisées et adaptées aux vaches, chacune d’entre elles portant un collier avec un numéro électronique individuel permettant au robot de l’identifier. Par exemple, certaines sont en fin de lactation et ne sont traites qu’une fois par jour, d’autres cinq. Quand elles passent dans la salle, le robot sait si elles doivent être traites ou pas. Le cas échéant, les barrières se ferment, les pis sont nettoyés et la vache traite jusqu’à ce que la quantité programmée soit atteinte. Le robot analyse ensuite le lait et l’envoie dans des tanks. Bref, le robot nous a dégagés de cette contrainte, ce qui nous permet de consacrer plus de temps au reste de l’exploitation.

Quels ont été les ajustements pour prendre soin du troupeau ?
La traite est habituellement un moment privilégié pour observer les vaches. Le robot doit donc pallier notre absence en recueillant et en enregistrant des données : poids de la vache, temps de traite, détection des éventuelles mammites, production attendue et réalisée, débit de lait… En cas de problème, par exemple si une vache ne passe pas dans le box, le robot envoie une alerte sur nos téléphones portables. Finalement, une grande partie du travail manuel est compensée par une analyse quotidienne des données produites par le robot.

Le robot favorise-t-il le bien-être animal ?
Bien sûr, en tout cas si on le souhaite ! Quand nous avons délocalisé l’étable en 2008 et acheté un nouveau robot, le bâtiment a été entièrement conçu autour du ration alimentaire : les vaches dorment sur de la paille et elles sont libres de se promener à leur guise. Par exemple, du printemps à l’automne, le robot ouvre les portes de l’étable du matin au soir, afin que les bêtes puissent pâturer à l’extérieur. Au départ, il faut leur apprendre le chemin, mais cela va très vite car non seulement elles ont besoin d’être traites, mais de la nourriture les attend dans la salle pour les motiver. En 2010, nous avons obtenu le prix national de la plus belle exploitation de France et nous ouvrons nos portes chaque année à l’occasion des journées du patrimoine : les visiteurs sont les bienvenus pour voir à quel point nos vaches sont heureuses !

Si c’était à refaire, reprendriez-vous un robot ?
Oui, et d’ailleurs, nous l’avons fait en 2008, après avoir tenté l’expérience en 2001. Le robot nous fait gagner deux heures et demi de travail par jour. Certes, il faut être motivé pour le gérer et aimer l’outil informatique, mais avant 2001, nous avions déjà une salle de traite électronique, gérée par ordinateur. Nous étions donc à l’aise avec cette approche. Une fois le robot pris en main, c’est une grande liberté sur laquelle nous ne reviendrions pour rien au monde !

> Nos autres portraits d’éleveurs.

Plus d'articles

Mots clés