Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 13-02
    Agriculture urbaine : l’élevage peut-il suivre ?

    Du miel récolté sur les toits de l’Opéra de Paris, des champignons cultivés dans d’anciens parkings, un potager s’étalant sur les hauteurs d’un grand magasin… Irons-nous demain chercher notre lait à deux pas d’une station de métro ?

  • 09-02
    Astuce du week-end : mon gâteau yaourt à la poêle !

    Vous devez faire un gâteau ce week-end et… votre four vous lâche ? Vous manquez de temps ? Lancez-vous dans une recette de gâteau yaourt à la poêle. C’est rapide, facile, et vous aurez en prime, le plaisir de servir un dessert original. En piste !

  • 04-02
    Ski : les vaches au service de votre glisse !

    Si les vaches de montagne ont rejoint l’étable alors que vous dévalez les pentes enneigées, elles n’en sont pas moins étrangères à la qualité de votre glisse.

  • 30-01
    Cinnamon roll : le roulé tendance venu de Suède

    Histoire, recette, déclinaisons : focus sur l’une des pâtisseries les plus likées de ce début d’année !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Les produits laitiers
-

Qu’est-ce que l’affinage ?

Découverte du procédé qui amène les fromages à leur maturité optimale.

Chez Michel Fouchereau, meilleur ouvrier de France fromager, les geste du fromager

L’affinage, période de maturation du fromage, est l’étape la plus importante de la fabrication du goût : elle permet aux fromages non frais de développer leurs saveurs et d’acquérir leur texture définitive.

De la coagulation à l’affinage

À la base de tout fromage, il y a la coagulation du lait que l’on appelle aussi « caillage » : sous l’action des présures et des ferments, les protéines (caséines) se séparent de l’eau, deviennent solides et se transforment en caillé que l’on égoutte pour éliminer une partie du petit-lait (le liquide résiduel). Pour les fromages frais, le processus s’arrête à peu près là. Pour les autres fromages, c’est une autre histoire : le caillé est placé dans des moules, salé et… affiné ! L’affinage consiste, selon le Meilleur Ouvrier de France Dominique Bouchait, à « faire mûrir le fromage pour qu’il soit vendu au meilleur moment de dégustation. »

Le développement du goût

Il s’agit d’une réaction biochimique complexe qui transforme le doux caillé en trésor gastronomique multiforme. Le sel migre dans la pâte et la croûte se forme, tandis que la chair du fromage change progressivement de goût, de couleur et de texture. « C’est ce processus qui sublime la saveur du lait sélectionné et le travail du fermier », explique le fromager Bernard Mure Ravaud. Concrètement, l’affineur dorlote ses fromages avec amour et attention : il leur apporte des soins quotidiens, dans des caves ou des hâloirs dont la température, l’humidité le niveau d’oxygène sont soigneusement contrôlés. Les fromages, posés sur des supports variés, sont retournés fréquemment, de façon manuelle ou mécanique, pour éviter tout échauffement et assurer une forme régulière.

Patience et longueur de temps

Au-delà de ce principe de base, les méthodes varient en fonction des fromages. La durée d’affinage peut durer de quelques semaines à plusieurs mois, voire quelques années. De même, certaines croûtes sont laissées sèches tandis que d’autres sont humidifiées. Par exemple, le munster, le maroilles ou l’époisses sont régulièrement lavés (d’où leur nom de « croûtes lavées » !) avec une solution spécifique, éventuellement additionnée d’un alcool issu du même terroir. Quant à la mimolette, elle est brossée pour que les petits trous de la croûte soient réguliers et permettent au fromage de respirer à son aise. Dernier exemple : le comté, qui est affiné au moins 120 jours dans des caves froides, sur des planches d’épicéa. Bref, les fromages sont des produits vivants et rien ne vaut l’expérience de l’affineur pour révéler tout leur potentiel !

Crédits photos : F.ZVARDON / P.BOURGAULT / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés