filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Les produits laitiers
-

Qu’est-ce que la COP21 ?

Toute la lumière sur la COP et les engagements de la filière laitière pour l’environnement.

Paysage d'élevage laitier

Cette année, la Conférence internationale du climat aura lieu en France. Mais qu’est-ce qu’une COP ? En quoi la filière laitière est-elle concernée et impliquée dans la lutte contre le changement climatique ?

La COP21 en bref

COP est l’abréviation de COnférence des Parties, ces dernières désignant les États signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), adoptée en 1992 à Rio, entrée en vigueur en 1994 et ratifiée à ce jour par 195 pays. Cette Convention-cadre « reconnaît l’existence d’un changement climatique d’origine humaine et donne aux pays industrialisés le primat de la responsabilité pour lutter contre ce phénomène » (site officiel de la COP21).

La COP est donc une conférence mondiale sur les changements climatiques. Chaque année, elle réunit les États « parties » qui font le point sur la situation et préparent les actions à venir pour limiter le réchauffement climatique. C’est lors de la COP de 1997 qu’a été signé, au Japon, le fameux protocole de Kyoto, premier accord climatique mondial juridiquement contraignant.

La COP qui se tient cette année à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015 est la 21e, d’où le nom de « COP21 ». Elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous à partir de 2020, avec l’objectif commun de maintenir le réchauffement mondial sous la limite de 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle (vers 1850).

L’élevage laitier s’engage pour le climat

La filière laitière subit les conséquences du changement climatique mais contribue aussi au réchauffement, même si l’élevage compense une partie de ses émissions de gaz à effet de serre par le stockage de carbone dans les haies et les sols. Outre les pratiques déjà mises en œuvre pour réduire son impact, la filière a créé la Ferme laitière « bas-carbone », récemment lauréate du concours My positive impact organisé par la Fondation Nicolas Hulot. Cette initiative portée par le CNIEL, avec le partenariat scientifique de l’Institut de l’Élevage, a pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre par litre de lait d’origine française de 20 % au cours des 10 prochaines années.

La Ferme laitière bas carbone prolonge à grande échelle l’expérience « Life Carbon Dairy », qui concerne 3 900 éleveurs de 6 grandes régions pilotes (Basse-Normandie, Bretagne, Lorraine, Pas de Calais, Pays de Loire, Rhône-Alpes). Celui-ci a d’ores et déjà permis d’identifier des leviers de progrès pour réduire encore plus les émissions de gaz à effet de serre : produire un maximum de fourrages de qualité à la ferme, diminuer l’utilisation d’engrais en valorisant les fumiers et lisiers et en introduisant des légumineuses, planter des haies, diminuer la consommation de carburant… La plupart de ces leviers sont associés à un gain économique pour l’éleveur, ce qui constitue une véritable stratégie « gagnant gagnant ». La Ferme laitière bas carbone a pour ambition d’étendre ce programme aux 60 000 élevages laitiers français, ce qui pourrait permettre d’économiser 2 millions de tonnes de CO2 en 10 ans !

> Pour en savoir plus :

Plus d'articles

Mots clés