A la une

derniers articles
  • 16-11
    À la découverte du fromage de l’abbaye du Pesquié

    Cette semaine, nous vous invitons à pousser le portail de l’abbaye Notre-Dame du Pesquié en Ariège pour découvrir le fromage Saint-Paterne : réalisé sur place, selon une recette inventée il y a 25 ans par les moniales bénédictines. Focus sur une production bio et locale, rythmée par les offices et la messe.   Une fromagerie dans les […]

  • 15-11
    Douceurs d’automne au caramel beurre salé

    Le caramel beurre salé est un classique que l’on ne présente plus, mais ses déclinaisons ont encore de quoi vous étonner. Pour un effet-surprise dans un poke-cake, pour son onctuosité extrême dans une crème brûlée ou encore en sauce sur des suprêmes de volaille… : (re) découvrez cet incontournable de la gastronomie et de la confiserie française. […]

  • 10-11
    Le tour de main de la semaine : nacrer !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire “Nacrer” et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef !   Pour nacrer du riz… …Vous faites revenir – sans coloration – du riz non lavé dans une matière grasse (par exemple, du beurre fondu ou de l’huile d’olive), […]

  • 09-11
    5 astuces pour équilibrer bons repas et petit budget

    Manger bien et sainement avec un petit budget relève parfois d’une équation difficile. Pour vous aider à optimiser vos courses sans rogner sur l’équilibre alimentaire de vos repas, les produits de base se conjuguent à une attitude anti-gaspi. Découvrez 5 astuces pour faire rimer recettes économiques et plaisir en cuisine !   1. Je valorise les […]

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Qu’est-ce que l’umami ?

La fameuse « cinquième saveur » est l’une des clés de la sapidité des fromages affinés.

Salers (fromage fermier)

Jusqu’aux années 1980, nous pensions notre palais capable de déceler quatre saveurs : le salé, le sucré, l’acide et l’amer. Les scientifiques ont alors entériné et diffusé une trouvaille japonaise : l’umami, « cinquième saveur »* que l’on retrouve dans de nombreux fromages.

Un goût universel

On peut traduire le mot umami par « goût délicieux ». Celui-ci provoque une sensation profonde, ronde et longue en bouche, qui fait saliver et donne envie de manger encore et encore l’aliment concerné. Si le mot umami est japonais, ce qu’il désigne est présent sur toutes les tables du monde : on le retrouve par exemple dans le dashi (bouillon japonais à base d’algues, de champignons et de poisson séchés), les fonds de sauce aux os de la gastronomie française (miam, le fond de veau), le miso (pâte de soja fermenté), le nuoc-mâm (sauce de poisson fermenté), la tomate cuite, l’asperge, l’oignon, les charcuteries séchées, le bacon grillé ou encore… le fromage !

Les fromages affinés, des concentrés d’umami

Le lait est en effet « umamiesque », encore plus quand il est fermenté et vieilli comme dans le fromage – merci l’affinage. On parle souvent du parmesan comme parfaite expression de l’umami, mais les fromages français (vieux comté, mimolette extra-vieille, pâtes persillées…), avec leur incroyable diversité, sont tout aussi emblématiques. Conséquence logique, ils sont de formidables ingrédients pour donner un supplément de goût aux plats, ce qui correspond à une tendance de fond : si le fromage sur plateau a encore ses amateurs, son utilisation comme ingrédient culinaire est en plein développement. Saupoudré sur des pâtes ou des soupes, intégré dans des salades ou des pizzas, transformé en mode « fast good » dans des sandwichs ou des yakitori, le fromage est ainsi un remarquable allié de la cuisine savoureuse.

La chimie de l’umami

Du côté des sciences, le principal élément chimique de l’umami est le glutamate, un acide aminé que l’on retrouve dans les protéines animales et végétales. L’inosinate et la guanylate jouent aussi un rôle important. Ces substances se retrouvent dans des aliments très variés, en solo ou combinées. Les trois sont d’ailleurs présentes dans le lait maternel, particulièrement riche en umami. Mais pour donner toute sa mesure, celui-ci doit être travaillé : ce n’est pas un hasard si les humains ont développé des techniques aussi intéressantes pour le goût que la fermentation, la cuisson, la maturation, le séchage ou encore l’affinage du fromage. Dans le fond, l’art de la cuisine n’est-il pas celui de transformer et de combiner les ingrédients pour trouver l’umami ?

* Depuis quelques années, on parle aussi d’une sixième saveur, l’oleogustus ou goût du gras : le palais n’a pas encore révélé toutes ses subtilités !

Plus d'articles