Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 14-12
    Fromage et café, une expérience gustative inattendue

    Associer fromage et café : l’idée peut sembler saugrenue au départ. Nos traditions culinaires nous ont en effet habitués à des mariages plus attendus, tels que fromage et vins — voire à un timing fromage « puis » café. Mais l’expérience, initiée par Malongo, se révèle pourtant surprenante et d’une belle évidence ! Delphine Luisin, responsable qualité et « nez » […]

  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Question (pas) bête : à quoi sert le papier qui enveloppe certains fromages ?

Protéger, conserver et informer !

Camembert de Normandie dans son papier

Ne vous-êtes vous jamais demandé pourquoi les reblochons, camemberts, coulommiers, pointes de brie, briques et autres bûches de fromage de chèvre sont vendus emballés dans un papier ? Ce conditionnement a trois grandes fonctions : protéger, conserver et informer.

1/ Protéger le fromage

Il s’agit de la fonction historique de l’emballage alimentaire, notamment dans le cadre du transport des denrées périssables. En effet, une fois le fromage élaboré, l’emballage protège et conserve le produit, dans un délai acceptable, sans risque sanitaire pour les consommateurs. De l’usine au supermarché et du supermarché à la cuisine des amateurs de fromage, il constitue ainsi une barrière contre les agressions extérieures. À l’ENILBIO de Poligny, école de référence pour former aux métiers du lait et de l’agroalimentaire, les étudiants planchent d’ailleurs régulièrement sur le conditionnement des fromages. « Par exemple, le camembert est un fromage assez fragile, explique une enseignante. L’emballage papier permet d’éviter les contaminations et donc d’assurer la sécurité alimentaire. »

2/ Conserver le fromage dans les meilleures conditions possibles

Mais les consommateurs ne veulent pas uniquement des fromages sans danger pour leur santé : ils recherchent avant tout la qualité gustative ! C’est pourquoi les emballages sont intelligents et multi-couches : grâce aux propriétés techniques des différents matériaux qui les composent (carton, aluminium, plastique, paraffine…), ils assurent des conditions optimales de vieillissement au produit vivant qu’est le fromage. « Pour le camembert, il ne s’agit pas d’un simple papier pris au hasard, mais de papier micro-perforé dont la perméabilité à l’air et à l’humidité est calculée, poursuit-on à l’ENILBIO. Si le fromage était placé directement dans sa boîte en bois, la libre circulation de l’air le dessécherait et détériorerait sa qualité gustative. Le papier est également paraffiné pour mieux réguler l’imperméabilité à la vapeur et éviter que le fromage se colle à l’emballage. »

3) Informer les consommateurs

Enfin, l’emballage, quand il n’est pas doublé par un suremballage comme dans le cas du camembert, est un outil d’information et de communication. À ce titre, il donne au consommateur des éléments réglementaires et des précisions sur son emploi : composition, date limite de consommation (DLC) ou date limite d’utilisation optimale (DLUO), nom et coordonnées du responsable de la commercialisation, marque de salubrité, code barre, logos de recyclage… Bien entendu, toutes ces informations sont imprimées avec des encres spéciales, alimentaires et recyclables. L’emballage est aussi un outil de marketing : dans un contexte concurrentiel, il doit séduire les clients !

Pour compléter :

Crédit photo : PL. VIEL / CNIEL / FranceAgriMer / Union Européenne.

Plus d'articles

Mots clés