Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 18-10
    Comment composer son Buddha bowl ?

    Un bol-repas aussi sain que gourmand.

  • 16-10
    Éleveur laitier, un métier à multiples facettes

    Connaissez-vous vraiment le quotidien des producteurs de lait ?

  • 13-10
    La Cheese Tapas Week, ça recommence lundi !

    Après le vif succès de l’édition 2016, la Cheese Tapas Week revient du 16 au 22 octobre 2017 à Paris, Lyon, Marseille et Lille. Un événement à ne pas manquer pour tous ceux qui rêvent de découvrir la cuisine créative des chefs les plus en vue du moment.

  • 11-10
    Le point sur les AOP laitières

    Facile à distinguer avec son logo rouge et jaune, l’AOP est très présente dans la grande famille des produits laitiers.

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

Question (pas) bête : c’est quoi cette cendre autour de mon fromage ?

Un mode ancestral de protection du fromage.

Aisy cendré

Aisy cendré

Pougne cendré, aisy cendré, cendré de Vergy, cendré de Champagne, olivet… Tous ces fromages ont un point commun : leur fabrication implique l’utilisation de charbon de bois.

Un mode ancestral de protection du fromage

Parmi les fromages à pâte molle et les fromages de chèvre, certains spécimens, généralement de petite taille, sont dits « cendrés ». Autrefois, la cendre était en effet utilisée pour repousser les insectes, éviter que les petits fromages ne s’agrègent les uns aux autres quand ils étaient stockés et empilés, mais aussi… cacher les moisissures du camembert avant que celui-ci ne soit ensemencé avec du Penicillium candidum !

Aujourd’hui, les fromages cendrés sont saupoudrés non pas de cendre mais de charbon de bois réduit en fine poudre. Celui-ci favorise l’égouttage du fromage, la mise en place de la croûte et le développement de la flore, tout en apportant un aspect homogène. Il entre dans le processus même d’affinage pour certains fromages : le cendré de Champagne, par exemple, est affiné dans des coffrets remplis de cendres de bois de peuplier ou de hêtre (historiquement, il s’agissait de charbon de sarments de vigne, vignoble champenois oblige !), ce qui lui donne un goût légèrement fumé.

Et le trait du morbier ?

Le signe distinctif de l’AOP morbier est une fine ligne noire horizontale qui marque le centre du fromage : cette fois, la cendre n’est pas autour du fromage, mais à l’intérieur ! Cette pratique serait née dans les fabriques de comté au XIXe siècle. Quand, en hiver, les fermiers ne pouvaient se rendre aux fruitières à cause de la rudesse du climat, ils fabriquaient leur propre fromage, plus petit que les grosses meules de comté. Pour ce faire, ils faisaient cailler le lait de la traite du matin, le couvraient d’une fine couche de cendre ou de suie pour le protéger, puis le couvraient avec du caillé issu de la traite du soir. Cette ligne protectrice favorisait aussi le « collage » des deux caillés. Aujourd’hui, la célèbre raie noire est tracée avec du charbon végétal en guise de signe distinctif.

Une précision gourmande pour finir : le charbon utilisé pour tous les fromages est bien sûr parfaitement comestible, alors aucune raison de s’en priver ou de s’en débarrasser !

Crédit photo : V. RIBAUT / Les Studios Associés / CNIEL.

Plus d'articles

Mots clés