A la une

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Les produits laitiers, OH MY MILK
-

Question pas bête : c’est quoi, un fromage fermier ?

Dans certaines fermes laitières, non seulement on élève les vaches et on les trait, mais on transforme aussi leur lait en fromage.

Salers (fromage fermier)

Le point sur le fromage fermier, à ne pas confondre avec les fromages artisanaux et laitiers.

Avec le fromage fermier, tout se passe à la ferme

En France, le Décret n°2007-628 du 27 avril 2007 relatif aux fromages et spécialités fromagères et la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes définissent le fromage fermier comme un produit « fabriqué selon les techniques traditionnelles, par un producteur agricole ne traitant que les laits de sa propre exploitation sur le lieu même de celle-ci ». Autrement dit, cela signifie que :

Ne s’agissant pas d’un signe d’identification de qualité et d’origine, la mention n’est pas obligatoire. Ainsi, pour que le fromage puisse être commercialisé sous l’étiquetage « fromager fermier », « fromage de la ferme » ou « produit fermier », il doit absolument réunir les conditions précédemment mentionnées… mais on peut trouver des fromages fermiers sans étiquette et qui le sont pourtant ! Les ventes se font directement à la ferme ou dans d’autres circuits de distribution : crémiers-fromagers, marchés, AMAP…

Quelles différences avec les fromages artisanaux et laitiers ?

  • Le fromage artisanal : cette fois, ce n’est pas le fermier lui-même qui produit le fromage, mais un artisan qui transforme le lait provenant de fermes proches, dans une structure qui reste de petite taille.
  • Le fromage laitier : il est encore fabriqué avec le lait provenant de plusieurs fermes, dans une zone moins réduite mais toujours spécifique. L’outil de production est davantage mécanisé et la productivité plus élevée. On n’est pas encore, toutefois, dans de la production industrielle.

Et les AOP ?

Les AOP fromagères peuvent être fermières mais ne le sont pas nécessairement. L’AOP concerne en effet les produits d’une certaine notoriété, produits, transformés et élaborés dans une zone géographique définie selon un savoir-faire traditionnel et reconnu, mais pas forcément à la ferme ! La maison Androuet indique ainsi que le fromage fermier représente 8 % des fromages AOP au lait de vache, notamment le saint-nectaire, l’abondance, le bleu de Sassenage, le neufchâtel ou encore le munster. Mais c’est le salers qui l’emporte avec 100 % de producteurs fermiers (dont 11 % proposent du « tradition Salers », c’est-à-dire exclusivement fabriqué avec du lait de vache de race Salers – source : AOP salers). Attention, un fromage fermier n’est pas nécessairement meilleur que les autres !

Plus d'articles

Mots clés