Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez nos idées originales pour des soirées raclettes inoubliables
Les produits laitiers
-

Question pas bête : pourquoi le fromage gratine-t-il ?

Quand le fromage gratine, il fond et il dore ! Explications.

GratinB

GratinQuand le fromage gratine, il fond et il dore ! Explications.

Le fromage, tout une chimie

Le lait n’est pas seulement un délicieux liquide blanc et onctueux : il contient plusieurs éléments nutritionnels dont les caséines (protéines), les graisses (lipides) et le lactose (glucides) constituent les principales grosses molécules. Celles-ci, en perpétuel mouvement, restent en suspension dans l’eau, composante majoritaire du lait. Mais cet équilibre s’effondre quand le milieu est perturbé, quand par exemple on ajoute au lait des enzymes (présure) et / ou des ferments lactiques (acidification), les deux techniques traditionnelles pour fabriquer du fromage. Sous leur action, les caséines se transforment en caillé, que l’on égoutte avant de le soumettre à des traitements variés selon le résultat souhaité : conservation en l’état, mise en saumure, bain d’eau chaude, affinage selon plusieurs techniques…

Un fromage gratiné fond…

Le fromage se compose ainsi essentiellement de gouttelettes de matière grasse prises au piège dans un réseau de caséines. Quand il est chauffé, les molécules de graisse passent de l’état solide à l’état liquide, tandis que les liens qui relient les caséines se distendent. Pour qu’il fonde bien, un fromage doit donc contenir suffisamment de matière grasse (exit les fromages frais !), mais aussi de l’eau pour laisser de la place aux caséines et leur permettre de se mettre en mouvement, sans toutefois se briser complètement. Par exemple, dans les fromages à pâte molle ou à pâte pressée non cuite, plus riches en eau que les pâtes pressées cuites, les liens des caséines s’affaiblissent facilement sous l’effet de la chaleur, ce qui donne une texture particulièrement coulante. Toutefois, cela ne signifie pas que les fromages à pâte pressée cuite (emmental, comté, beaufort…) ne fondent pas : peu humides, avec un réseau de caséines dense et rendu encore plus élastique par une richesse record en calcium, ils donnent un un résultat moins fluide mais n’en restent pas moins les stars des gratins !

… puis se colore !

Mais les gratins au fromage se caractérisent aussi par leur couleur dorée. Cette fois, c’est un autre phénomène bien connu des cuisiniers qui entre en jeu : la fameuse « réaction de Maillard ». Cette réaction chimique, qui ne s’obtient qu’à une température assez élevée, permet d’obtenir la croûte du pain, la couleur dorée des biscuits, la texture contrastée de la crème brûlée, la viande grillée, les frites, le café ou le chocolat torréfiés ou encore… le beurre noisette ! Mais revenons à notre fromage : quand il est gratiné et que les molécules d’eau en surface s’évaporent, il brunit grâce à l’action des glucides du lait (lactose métabolisé en galactose et en glucose pendant la fabrication fromagère) sur les acides aminés (constituants de base des protéines). En plus de donner de la couleur, cette réaction contribue également à former de nouveau arômes délicatement caramélisés. À vos gratins !

Plus d'articles

Mots clés