A la une

derniers articles
  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

  • 26-11
    Collecte de lait : focus sur le métier de chauffeur ramasseur

    Sans lui, pas de collecte de lait ! Par tous les temps, par monts et par vaux, le chauffeur ramasseur laitier parcourt les routes au volant de son camion-citerne pour faire le tour des exploitations laitières. Un métier peu connu et qui compte aujourd’hui parmi les secteurs qui recrutent : intéressé ? On vous en dit plus sur […]

Voir toutes les actualités
Cuisine et Recettes
-

Un menu de Noël autour de la cuisine lyonnaise

Depuis plusieurs siècles, l’ancienne capitale des Gaules bénéficie d’une solide réputation gastronomique, portée par des cuisiniers hors pair et des produits de grande qualité.

Saucisson brioché

Un repas à rugir de plaisir !

Lyon, « capitale mondiale de la gastronomie »

En 1935, le gastronome Curnonsky qualifiait Lyon de « capitale mondiale de la gastronomie ». À cette époque, « mères » et cuisiniers ouvraient dans la ville des lumières et ses environs des restaurants jouissant d’une réputation sans précédent. Plus tard, Paul Bocuse, formé chez Eugénie Brazier et Fernand Point, s’imposait comme le leader de la fameuse « Nouvelle Cuisine ». Mais d’où vient cette excellence de la cuisine lyonnaise, qui n’en finit pas de rayonner depuis les « bouchons » jusqu’aux tables étoilées ? Située au carrefour de plusieurs pays et régions, la ville a su de très longue date tirer parti de sa situation géographique et de la générosité de ses proches terroirs : volailles de la Bresse, bœuf du Charolais, écrevisses du Bugey, poissons des étangs de la Dombes, fruits et légumes de la Drôme, châtaignes de l’Ardèche, fromages du Dauphiné et d’Auvergne, vins de Bourgogne, du Beaujolais et de la vallée du Rhône… Elle emprunte aussi au Nord de la France l’utilisation magnanime de beurre, de crème et plus largement de produits laitiers.

Nos idées pour un repas de Noël lyonnais

  • Pour ouvrir l’appétit des convives dans la légèreté, rien de tel que la cervelle de canut. Cette spécialité typique des « bouchons » se compose de fromage blanc salé et poivré, additionné de crème, d’un filet d’huile, d’échalote, d’ail et de fines herbes ciselées. À servir avec des crudités et des mouillettes de pain grillé pour faire trempette, ainsi qu’un kir à la crème de cassis de Bourgogne.
  • En entrée, le velouté de châtaignes ardéchoises fait un clin d’œil aux marrons qui garnissent généralement la volaille. À surmonter au dernier moment de copeaux de foie gras, de lamelles de cantal vieux, de chips de jambon cru ou encore d’une chantilly salée.
  • Et pour le plat de résistance ? Les amateurs de volaille font honneur à la Bresse avec une poularde demi-deuil aux truffes, ou, pour les budgets plus serrés, un gros poulet aux morilles et à la crème. Pour l’accompagnement, impossible de passer à côté du très typique gratin de cardons à la moelle, qui donne à ce légume rustique mais raffiné une note festive.
  • Pour ceux qui préfèrent le poisson, les incontournables quenelles s’imposent. Spécialités emblématiques de la cuisine lyonnaise depuis le XIXe siècle, elles sont préparées avec de la farine ou de la semoule fine, du lait, du beurre et de l’œuf (comme une pâte à choux). Elles sont le plus souvent parfumées avec du brochet, soufflées au four et servies avec une sauce Nantua, sorte de béchamel à l’écrevisse. Délicieusement vintage !
  • Le plateau de fromage fait bien sûr honneur aux produits des environs, avec le saint-marcellin, le saint-félicien ou encore les fromages d’Auvergne.
  • Pour le dessert, la tarte aux pralines roses remplace la bûche habituelle. Une pâte sablée cuite à blanc, des pralines (amandes enrobées dans du sucre coloré) concassées et cuites avec leur poids en crème : cette recette à laquelle Alain Chapel donna ses lettres de noblesse permet de terminer le repas dans la plus pure tradition lyonnaise.

Une dernière idée pour les enfants : au lieu de leur faire passer plusieurs heures à table, pourquoi ne pas leur proposer un saucisson brioché accompagné de cervelle de canut et de salade, ainsi qu’une tarte aux pralines roses confectionnée spécialement pour eux ? Quelques moments de jeu, des truffes au chocolat et… au lit en attendant le père Noël !

Crédit photo : Jean-Marc ALBERT via Flickr (CC BY 2.0).

Plus d'articles

Mots clés