filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 16-01
    5 délices de la gastronomie, nés par accident !

    À l’instar des bêtises de Cambrai, certains accidents de cuisine – souvent insolites – sont devenus des symboles culinaires de nos terroirs. Et nombre d’entre eux ont pris naissance avec un peu de beurre ou de crème…

  • 14-01
    Bientôt une brique de lait 100% recyclable ?

    Une brique de lait 100 % recyclable : c’est l’objectif que s’est fixé l’association Alliance Carton Nature (ACN) qui réunit les principaux fabricants de briques alimentaires.

  • 11-01
    Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

    Pourquoi ne pas fêter l’arrivée de 2019 avec quelques infos ludiques et étonnantes ? Pour commencer, cette année sera celle du « P » : non seulement pour donner un petit nom à nos animaux domestiques, mais aussi aux animaux d’élevage comme nos amies les vaches laitières.

  • 09-01
    Redécouvrir le fondant d’une cuisson au lait

    Qui a dit que le lait n’avait pas sa place dans les préparations salées, comme les plats de viande, poisson et légumes anciens ? Le cochon de lait au lait ultra tendre est accessible à tous les cuisiniers.

Voir toutes les actualités
Découvrez nos recettes de tapas
Economie et société
-

Une filière laitière engagée dans le développement durable

Compensation carbone, entretien des paysages et bonne santé économique au programme.

Vaches au pâturage

Pilotée par le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, la Semaine européenne du développement durable se déroule du 30 mai au 5 juin 2015. L’occasion de faire le point sur l’engagement collectif de la filière laitière pour réduire son empreinte carbone : si, comme toutes les activités humaines, l’élevage a une responsabilité dans l’émission de gaz à effet de serre, il compense une partie de ses émissions par sa nature même et grâce à une action volontariste de la filière.

L’élevage contribue à l’émission de gaz à effet de serre…

En 2006, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pointait la responsabilité de l’élevage dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre. Très rapidement, le secteur laitier se mobilisait, en collaboration avec la FAO, pour mieux comprendre à quelle hauteur l’élevage était contributeur et réduire son empreinte carbone. En 2013, un rapport de la FAO précisait ainsi la contribution de l’élevage à l’émission de gaz à effet de serre à 14,5 %. Pour ce qui concerne la part de la seule production laitière, elle était évaluée à 2,9 %.

… mais compense une partie de son empreinte carbone…

Toutefois, il faut se garder des conclusions simplistes qui se baseraient sur un seul indicateur environnemental. En effet, si l’élevage participe aux émissions de gaz à effet de serre, il amortit également le changement climatique en capturant et stockant du carbone dans le sol des prairies, les haies et les bosquets. La démarche est aussi volontariste, puisqu’en 2013, la filière laitière s’est fixé pour objectif, avec son ambitieux plan carbone baptisé « Life Carbon Dairy », de réduire ses émissions de 20 % en 10 ans. Il s’agit d’identifier les meilleures pratiques de réduction, de construire des systèmes d’élevage performants, de sensibiliser les éleveurs et donc de mettre en œuvre des actions concrètes sur les exploitations.

… et contribue au développement durable

Au-delà de l’emprunte carbone, la filière laitière est de toute façon engagée, de longue date, dans les trois axes du développement durable : environnement, économie et société. Elle contribue par exemple à l’entretien des magnifiques paysages agricoles français : que seraient nos campagnes sans les prairies, haies, talus et mares qu’entretiennent les éleveurs ? Ce rôle va bien au-delà de la beauté des paysages, puisque le pâturage des vaches et l’action des fermiers font des exploitations laitières de véritables concentrés de biodiversité.

Plus d'articles

Mots clés