Contrôle du poids

Des kilos en trop : régime ou pas régime ?

. © adrian_ilie825

Publié le 26.03.2021

Le printemps rime avec régimes. Y compris pour des personnes qui ne sont pas en surpoids. En période de pandémie, c’est comme si, à part tomber malade, le pire qui puisse nous arriver était : nous laisser aller et grossir. Avec les confinements et le couvre-feu, quand les vêtements commencent à serrer, est-ce légitime de chercher une stratégie alimentaire pour retrouver au plus vite le poids de l’avant COVID ? Plutôt que de déséquilibrer votre métabolisme avec un régime drastique, et si vous changiez de regard sur le poids et les régimes ? Un moyen d’être bien dans sa tête et dans sa peau. Suivez le guide !

Tout au long de la vie, de nombreux évènements peuvent générer une prise de poids : puberté, grossesse, traitements hormonaux (PMA), ménopause pour les femmes, arrêt du sport ou du tabac, période de stress intense, prise de certains médicaments…Autant d’occasions durant lesquelles chacun(e) doit composer avec son mode de vie pour trouver comment ne pas renoncer et, de guerre lasse, accentuer cette tendance.

Aujourd’hui la sagesse et l’expérience des personnes obèses, qui pour certaines ont été les « cobayes des régimes » nous enseignent qu’avant de vouloir succomber aux sirènes des méthodes miracles pour perdre 10 kg en 1 mois, mieux vaut raison garder. En ayant bien en tête que les canons de la beauté (avec silhouettes rêvées retouchées dans la presse et sur les réseaux sociaux) n’ont rien à voir avec les standards de la santé.

A chacun et à chaque âge un poids programmé

Chacun d’entre nous, naît avec une valeur référence de poids corporel — c’est-à-dire un poids pour lequel il est génétiquement programmé. Ainsi certains d’entre nous sont destinés à être plutôt maigres, de poids « normal » ou en surpoids. C’est l’environnement, c’est à-dire les conditions de vie (alimentation calorique, sédentarité), qui peut devenir favorable pour accentuer la tendance morphologique et conduire certains à stocker trop de graisses jusqu’à devenir obèses.

En outre, des kilos que nous jugeons superflus rendent service à certaines périodes de la vie : le poids pris pendant une grossesse constitue une réserve d’énergie utile à l’allaitement.

Quant aux enfants, leur corpulence évolue tout à fait normalement au fil des années, diminuant entre 1 et 6 ans et augmentant par la suite.

Et les rondeurs des personnes âgées ? Elles limitent, par exemple, le risque de fracture en cas de chute.

 

Bon à savoir :

  • Suivre l’évolution de son poids est un bon réflexe, à condition de le suivre comme dans les carnets de santé des enfants (1), c’est-à-dire en le notant au fil du temps, juste pour vérifier que l’on reste dans sa courbe naturelle.
  • Fiez- vous à votre ressenti dans vos vêtements plutôt qu’au poids sur la balance, notamment quand vous vous mettez au sport.

Pas de régime sans avis médical

En définitive, le chiffre sur le pèse-personne importe peu. C’est la localisation de la graisse viscérale, celle logée à l’intérieur des organes, qui est dommageable. Et non les fameuses poignées d’amour ou autres bourrelets jugés disgracieux, graisse située sous la peau. C’est pourquoi, les médecins mesureront le tour de taille au lieu de se focaliser sur l’IMC (Indice de masse corporelle).

Si vous avez pris des kilos récemment, prenez le temps de consulter votre généraliste et d’effectuer un bilan de santé. Il pourra surtout évaluer votre condition cardiorespiratoire, c’est-à-dire votre capacité à monter un escalier ou à faire une marche rapide sans être à bout de souffle. Or, surprise : il est possible d’être en surpoids tout en ayant du souffle et de l’endurance, comme on peut être mince, sédentaire et fatigable au moindre effort physique. Il s’agit donc de vérifier sérieusement où en est votre forme physique. Selon votre situation, votre médecin vous dira s’il suffit de vous surveiller pour ne pas grossir davantage ou s’il est nécessaire de perdre quelques kilos. ( 2) Et dans tous les cas, il vous incitera à retrouver le chemin de l’activité physique quotidienne et sportive régulière.

Et du côté de vos enfants ? Si la croissance et le poids de l’un de vos enfants vous préoccupe, parlez au pédiatre. Il n’est pas question de les mettre au régime. L’objectif pourra être de stabiliser son poids pendant plusieurs mois… en attendant qu’il grandisse et retrouve un IMC adapté à son âge.

Enfin, prenez garde de ne pas transmettre aux enfants la peur de grossir et l’impératif de se contrôler aux repas.  Car, si 17% des enfants français sont en surpoids, 13% et même 19% des filles âgées de 11 à 14 ans sont trop maigres. (3, 4) Prêtons une attention spécifique aux filles, qui sont tout particulièrement réceptives aux messages relatifs au surpoids et capables de se restreindre au détriment de leurs besoins de croissance.

Règle d’or

Ne vous lancez pas seul(e) dans une restriction. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a lancé l’alerte il y a déjà une dizaine d’années (4): plus on perd vite, plus on perd de masse musculaire (en plus des réserves de graisses), plus notre besoin en calories diminue et plus on reprend de poids au moindre relâchement. C’est l’«effet yoyo », observé pour 80% des personnes ayant suivi un régime amaigrissant dans l’année suivant leur perte de poids. Les régimes restrictifs peuvent aussi occasionner une perte de masse osseuse ou la survenue de troubles du comportement alimentaire (compulsions, boulimie, anorexie) (5).

Retour aux fondamentaux

Au fond, si vous avez pris du poids durant cette période de vie contrainte par le COVID, commencez par faire un auto-bilan sur votre nouveau rythme de vie.

  1. Faites-vous partie de ceux qui ont instauré l’apéro plusieurs fois par semaine ?
  2. Vous êtes-vous mis aux fourneaux, avec pâtisseries maison en guise de desserts et/ou au goûter plusieurs fois par semaine ?
  3. Ou au contraire avez-vous tendance à déjeuner fissa devant votre ordinateur sans réaliser quel est votre menu ? Et à dîner un repas tout prêt à n’importe quelle heure et/ou à grignoter devant la télé ?
  4. Quant à vos occasions de bouger, pour vous dépenser et vous détendre ? Quelles sont-elles ?
  • Continuez-vous à sortir et marcher tous les jours ?
  • Poursuivez-vous votre activité sportive en plein air ou en visio ?
  • Etes-vous vraiment assidu(e) ?

 

Au cours des journées, surtout veillez à changer de position, notamment si vous êtes en télétravail. Levez-vous pour passer vos coups de fil et pour décompresser, ne vous avachissez pas tous les soirs sur votre canapé pour finir votre série préférée !

A retenir :

  1. A chacun son poids, qui évolue avec l’âge.
  2. Le surpoids n’a pas forcément de conséquences sur la santé.
  3. Les régimes restrictifs sont à bannir. Le plaisir de manger est essentiel
  4. L’activité physique est un formidable « actif minceur ».
  5. En cas de surpoids ou d’obésité avec des conséquences sur la santé, la perte de poids doit être accompagnée par un professionnel de santé.

C’est donc en procédant à cette analyse de ce qui a changé par rapport à votre « vie d’avant » que vous pourrez retrouver les piliers de votre vie « normale », y compris si vous êtes encore contraint (e)s par le couvre-feu et un confinement. Tenez-vous à des incontournables (alimentation et activité physique) pour retrouver les habitudes vertueuses qui vous permettront de retrouver votre poids sans régime !

Transparence ! Voici nos sources...

(1)Vous pouvez télécharger le carnet de santé actualisé en 2018 sur le site du ministère des solidarités et de la santé : 

(2)Haute autorité de santé. Surpoids et obésité de l’adulte : prise en charge médicale de premier recours. Recommandation de bonne pratique. Décembre 2012.

(3)Etude de Santé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition (Esteban) 2014 – 2016.

(4) Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Etude individuelle nationale des consommations alimentaires (INCA) 3. 2014 – 2015.

(5)Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Evaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement. Novembre 2010.

À lire sur Lait’quilibre

Enfants et confinement : comment leur éviter une prise de poids ?

À lire sur Lait’quilibre

Grossesse : bien vivre sa prise de poids

À lire sur Lait’quilibre

Travail assis, télétravail : comment garder la forme !

À lire sur Milk & Move

Sports à catégorie de poids et alimentation : chaque sportif est un cas particulier

Tout savoir sur

Contrôle du poids

Le bien-être

Travail assis, télétravail : comment garder la forme !

Contrôle du poids

Des assiettes et des portions de plus en plus grandes ?

Comportements alimentaires

Comment résister au grignotage quand on est confiné ?

Alimentation des mamans

Bien manger quand on allaite bébé

Contrôle du poids

Le calcium laitier pour perdre du poids

Contrôle du poids

Problème de poids

Goût et diversité

9 mythes ou réalités sur le chocolat

Paroles de grands-parents

Alimentation des enfants et adolescents

Nourrir les petits enfants : entre plaisir et casse-tête

Alimentation des mamans

Quelles boissons choisir quand on allaite ? Dénouer le vrai du faux