filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 20-09
    Présure et ferments lactiques : quels rôles dans la fabrication du fromage ?

    Pour fabriquer du fromage, il faut d’abord faire coaguler le lait afin de former le caillé, qui sera ensuite égoutté puis éventuellement salé et affiné.

  • 18-09
    Comment réussir le poulet rôti ?

    4 astuces pour rendre son poulet encore plus goûteux.

  • 15-09
    Tout sur la sauce au yaourt

    La plus légère des sauces se cuisine… à toutes les sauces !

  • 13-09
    4 idées pour accorder les figues avec des produits laitiers

    Découverte des affinités laitières du plus méditerranéen des fruits.

Voir toutes les actualités
Télécharger notre infographie
Bouclage d'un jeune veau
Traçabilité des vaches
Lire la suite

Traçabilité des vaches

La traçabilité, qui fait l’objet d’une réglementation draconienne, permet de suivre les produits laitiers tout au long de leur chaîne de production, depuis le fournisseur de matière première jusqu’au consommateur final. Dans la filière laitière, elle commence dans les fermes avec une identification efficace des bovins et un registre d’élevage tenu par chaque éleveur.

Le passeport bovinL’identification des bovins

En France, tous les bovins sont dotés d’un numéro d’identification unique qui permet de les suivre à la trace tout au long de leur vie. Délivré et géré par les Établissements départementaux de l’Élevage (EdE), il est inscrit sur 2 boucles en plastique de couleur saumon que portent toutes les vaches française sur chacune de leurs oreilles. C’est l’éleveur lui-même qui est chargé de poser ces boucles sur les veaux nés dans sa ferme. Le numéro comporte 10 chiffres précédés du code pays (FR pour la France).

Un passeport bovin individuel est associé à ce numéro. Il indique l’identité de l’animal et son statut sanitaire. Un code barre permet la lecture automatique des principales informations. Il permet aussi de connaître tous les élevages où le bovin a séjourné. Ces informations sont centralisées pour former un schéma précis des bovins présents sur le territoire.

« Tous les flux d’animaux – naissances, morts, ventes, échanges – sont déclarés par les éleveurs aux Établissements départementaux de l’Élevage. Les informations remontent vers une base de données nationale qui répertorie tous les bovins de France. En interrogeant la base, on peut tout savoir de la vie du bovin de sa naissance à sa mort. »

Fabrice, responsable du service santé et protection animale de la Direction départementale de la protection des populations des Bouches-du-Rhône 

Ce système exemplaire d’identification a été mis en place dès 1978 puis adapté au fil du temps. En 1998, notamment, il a été ajusté pour correspondre aux procédures de la Communauté européenne, sans que ses fondements ne soient modifiés.


bureau-de-la-fermeLe registre d’élevage

Autre outil essentiel pour la traçabilité des produits laitiers : le registre d’élevage. Il s’agit d’un document réglementaire, présent dans toutes les exploitations agricoles françaises. Véritable tableau de bord de la ferme laitière, il est tenu par l’éleveur et détaille les caractéristiques de l’exploitation (présentation des bâtiments et des animaux de l’exploitation) ainsi que ses productions et les informations relatives à l’encadrement de l’élevage (organisation de producteurs dont fait partie l’éleveur, vétérinaires référents, etc.).

Le carnet sanitaire des vaches est l’une des composantes du registre d’élevage : ce « carnet de santé » obligatoire répertorie notamment tous les soins effectués sur les animaux et toutes les ordonnances des médicaments vétérinaires utilisés.

Au niveau national, le réseau sanitaire bovin, mis en place par le Ministère de l’agriculture, assure la surveillance et le suivi des maladies bovines contagieuses (tuberculose, brucellose). Celles-si ont été quasiment éradiquées des élevages français.

Le lait collecté et mis à la vente provient ainsi exclusivement de vaches en bonne santé.

Télécharger notre infographie