Cycling

Épisode #1 Interview Ping-Pong avec Michel Cymes et François Lemancel

On se bouge

Par On se bouge Une rencontre entre un passionné de sport et un professionnel

Publié le 26.06.2019 , mis à jour le 23.07.2019

Chacun sa vie, chacun sa façon de pratiquer son sport, découvrez le avec ce binôme, un passionné de vélo et un médecin peu connu : François Lemancel et Michel Cymes, qui n’hésitent pas à se renvoyer la balle avec humour.

Le cyclisme est un sport « d’endurance », c’est-à-dire qu’il induit une activité musculaire peu élevée mais prolongée. En l’occurrence, les coureurs cyclistes les plus aguerris peuvent passer plusieurs heures sur leurs vélos, il leur est donc nécessaire de pouvoir gérer leur résistance à l’effort. Évidemment, on ne fait pas tous 200 kilomètres lors de nos week-ends ou du cyclisme en compétition, mais si l’on veut vraiment profiter des bienfaits physiques et mentaux du vélo, il semble que quelques règles soient tout de même à respecter.

Et qui de mieux placé que le Dr Good lui-même pour nous aider à y voir plus clair ?

Pour commencer, toute séance de vélo commence par un échauffement nécessaire, qui s’apparente à celui qu’on ferait pour un footing : des étirements et des mouvements de rotation pendant environ 15 minutes.
On pédale dans un premier temps assez lentement pour faire monter progressivement le rythme. Si l’on veut durer le plus longtemps possible, il faut vraiment connaitre son corps et surtout bien gérer son « carburant ». Et oui, les muscles pour se contracter et travailler doivent être rechargés, il faut du gasoil à l’organisme pour fonctionner.

On mixe sucres lents et sucres rapides pour un régime alimentaire optimum.

Alors pour se préparer à faire un effort intense à vélo, on privilégie les sucres lents la veille ou 3h avant de faire du sport.. Des pâtes ou du riz nous permettent de tenir, mais ne suffisent pas.

Durant l’effort, il faut passer aux sucres rapides pour éviter l’hypoglycémie et les fringales. On emporte dans sa sacoche des barres de céréales, des pâtes de fruits ou des fruits secs comme les abricots secs. L’important c’est de se faire plaisir. On ajoute du sucre ou du miel à son eau pour gagner en énergie et on peut même rajouter du sel comme François, pour limiter la déshydratation.

Quand on fait du sport, le gras peut avoir du bon.

Il faut aussi savoir lâcher du lest, s’arrêter pour manger un sandwich au fromage ou au saucisson, devant un joli paysage, cela contribue au bien-être. Si vous saviez ce que certains coureurs du Tour cachent dans leur poche des cuisses, vous seriez étonnés !

Enfin, dans les 2 heures qui suivent le sport, pour une bonne récupération musculaire, on fait le plein de protéines. Un verre de lait, un yaourt à boire avec une banane, voilà le bon en-cas.

Alors on apprend à se connaitre et on se fait plaisir à vélo !

 

 

Tout savoir sur

Cycling

Cycling

Épisode #1 Vélo : François et Michel, quand l'élève dépasse le maitre

Entrainement et nutrition

Bertrand Olivier : « Le sport m’a sauvé »

Entrainement et nutrition

Entrainement et alimentation de saison : Novembre

Running

Premier marathon - Matthieu : « Il faut toujours se faire plaisir »