Street food

Le croque Made in France

Publié le 18.10.2019 , mis à jour le 14.11.2019

Le croque-monsieur arrivera-t-il à faire passer le fast-good à la française au dessus du fast-food à l’américaine à Marseille ??? Une gageure pour un ex-hockeyeur de haut niveau qui vient d’ouvrir sa 2ème enseigne entièrement dédiée au croque-monsieur.

Croquorico revendique une identité graphique délibérément bleu blanc-rouge. Son logo est un coq dressé sur un coussin moelleux de pain de mie, les ingrédients sont 100% made in France, la carte fait le tour de l’hexagone et même la BO sur place délimite une signature à la française. Jonathan Zwikel a peaufiné le concept jusqu’au bout des fils électriques, eux aussi aux couleurs de la France. Détenteur de deux enseignes marseillaises, une première ouverte en 2018 au Palais Omnisport et l’une toute fraîchement inaugurée en centre ville, cet ancien champion de hockey sur glace croit fortement en ce sandwich chaud, typiquement hexagonal. « On se positionne à cheval entre le restau rapide et le bistrot », explique Sophie Porte, qui gère les deux points de vente au quotidien. Ici, pas de vaisselle en dur, pas de service, mais de petits plateaux et des papiers d’emballages aux couleurs maison. La commande s’effectue au comptoir, devant les produits et le monsieur ou la madame croque son sandwich en terrasse ou rapidement à l’intérieur, façon mange debout. Les croques, passés dans un micro onde hybride qui grille et cuit en même temps, sortent sans être compressés, en 1 mn 20 ! Moelleux, généreux et bien chauds, ils s’accompagnent de petites salades maison et de boissons proprement sélectionnées.

Le croque-monsieur classique jambon fromage

A la carte, une dizaine de recettes, incarnées par des prénoms bien franchouillards, qui font le tour de France et des saisons. Mises au point par une cheffe locale consultante, Georgiana Viou, elles mixent les ingrédients et surprennent par des alliances entre deux tranches de pain assez inédites. Outre le classique Paul jambon fromage, un alsacien, Franck, à la saucisse fumée, munster et chou mariné, un Maurice auvergnat à la fourme de Montbrison et oignons confits, un poisson-maroilles ou encore, clin d’œil à la Savoie pour les ultra fans de fromage, un mix tomme-comté-emmental. Il fallait bien sûr un régional de l’étape : Jeannot le marseillais est un cabillaud safran sur béchamel à l’ail, chauffé dans un pain à l’encre de seiche. Point commun des recettes: tous les croques sont tartinés d’une béchamel à la muscade faite maison et requièrent de l’emmental, « pour le fondant ». 

A la carte, une dizaine de recettes de croques-monsieur mis au point par une cheffe locale consultante, Georgiana Viou

Croquorico propose en permanence une recette veggy, une au poulet et le classique Paul, vendue entre 7,9 € et 8,9 €. « Le positionnement est volontairement haut de gamme », reconnaît Sophie. 

Last but not least, le pain, un pain de mie artisanal, de format large, a été conçu sur mesure par un boulanger bio d’Aix en Provence, le Farinoman Fou. Coté dessert, on a d’emblée exclu l’attendu croque Nut’ ou l’évident choc’croque : trop de croque, tue le croque ! chante la maison.  

Tout savoir sur

Street food

Les 6 meilleures recettes de pain et fromage fondu

Sur le pouce

Croquez Monsieur !

Cuisine du monde

La cuisine indienne aime le yaourt

Cuisine du monde

J’ai testé les recettes du concombre au yaourt

Le lait

J’ai testé… le lait de poule de Noël