Intolérance au lactose

Le vrai et le faux de l’intolérance au lactose

Publié le 28.08.2013 , mis à jour le 20.05.2019

« Je ne digère pas bien le lait » : entre le déficit en lactase qui nécessite une petite adaptation des repas et l’absence totale de production de lactase ou hypolactasie, très rare , il y a bien des nuances ! Petit rappel de qu’il faut savoir sur l’intolérance au lactose.

Qu’est-ce que le lactose ?

Le lactose est un glucide (ou sucre) spécifique et majoritaire du lait. C’est lui qui apporte de l’énergie disponible rapidement pour l’organisme. Pour être absorbé, il est dégradé par une enzyme, la lactase, qui sépare le lactose en molécules plus petites afin d’être absorbées par l’intestin. Hélas, nous ne sommes pas tous égaux : certaines personnes produisent peu de lactase. Le lactose n’est alors pas suffisamment dégradé dans l’intestin et fermente dans le côlon. Cette fermentation se traduit pour certaines personnes, par un inconfort digestif, sans gravité mais désagréable, tel que flatulence, gaz, ballonnement, et parfois une perturbation du transit.

 

Quels produits laitiers contiennent du lactose ?

Les teneurs en lactose varient selon les produits laitiers. Ainsi,

 

  • Les fromages affinés ne contiennent plus de lactose, du fait de l’affinage. Camembert, comté, Saint Paulin, fourme d’Ambert and co sont donc exempts de lactose.
  • Le beurre n’en contient pas non plus,
  • La crème fraiche en contient un peu : de plus, comme on en consomme en général une petite quantité, cela n’aura pas d’incidence digestive.
  • Seul le lait, les fromages frais (faisselle, fromage blancs…) et autres produits laitiers frais contiennent du lactose.
  • Les yaourts, aussi bien natures qu’aromatisés, en contiennent également , mais la présence des ferments lactiques favorisent la digestion du lactose chez les personnes qui le digèrent mal.

 

Que faire en ce cas ?

Il suffit de réorganiser sa façon de consommer les produits laitiers, et non pas de les supprimer complètement, car ils sont nécessaires à l’équilibre alimentaire de par leur composition nutritionnelle (calcium, protéines, vitamines et minéraux). Nos conseils :

 

  • Continuer à boire du lait : l’équivalent d’un bol de 250ml réparti sur la journée ne posera aucun problème. Le consommer plutôt en fin de repas (notamment au petit-déjeuner), car il sera ainsi mélangé aux autres aliments du repas et mieux toléré.
  • Ajouter du chocolat : le lait entier, au chocolat, est ainsi mieux supporté que le lait écrémé.
  • Utiliser du lait pour les préparations : flans, crèmes dessert, riz au lait, béchamel, crêpes, préparations pour tartes salées ou sucrées… où sa digestion sera facilitée
  • Consommer sans contrainte des yaourts et du fromage : ainsi, il est désormais prouvé que la consommation de yaourts aide à la digestion du lactose. Autant ne pas s’en priver !
  • Ne pas bannir la crème, qui reste un accompagnement culinaire indispensable pour les sauces et les desserts, apportant beaucoup de saveur !

 

A lire aussi :

Allergie et intolérance : quelles différences ?
Le point sur l’intolérance au lactose du lait
Le point sur l’allergie aux protéines de lait

 

Crédit photo : Studio B/CNIEL.

Tout savoir sur

Intolérance au lactose

L'intolérance au lactose se traduit par des troubles digestifs. Vous pensez souffrir de cette intolérance, ou l'un de vos proches présente cette pathologie ? A travers notre rubrique, faites le point sur les idées reçues autour de l'intolérance au lactose, ainsi que nos meilleurs conseils pour équilibrer vos repas.

Allergie au lait

Allergie et intolérance

Intolérance au lactose

Intolérance au lactose : il n'est pas utile de supprimer les produits laitiers

Les bienfaits des produits laitiers

Des réponses à vos questions sur le fromage et la santé

Allergie au lait

Allergie aux protéines de lait et intolérance au lactose : deux troubles différents

Intolérance au lactose

Intolérance au lait : découvrez tout ce qu’il faut savoir !

Lait à l'école : une initiation au bien manger pour les enfants et les adolescents

En Asie, ostéoporose et fractures augmentent avec l'espérance de vie

« Bien manger, c'est du bon sens »