Faire du sport ensemble

Episode #8- Karaté : karaté Kids avec Léa et Avner

On se bouge

Par On se bouge Une rencontre entre un passionné de sport et un professionnel

Publié le 16.12.2019

G. Funakoshi disait que le karaté est « une philosophie, une attitude devant et un regard sur la vie ». En effet, le karaté fait partie des arts martiaux, mis à l’honneur tout le long du vingtième siècle dans différents films cultes. Les acteurs à succès de ces films ont poussé beaucoup de novices à découvrir le karaté, ils se sont constitués en éléments déclencheurs d’une passion. Des acteurs tels que Bruce Lee, Jean Claude Van Damme, Chuck Norris ou Jacky Chan sont connus de tous et ont engendrés de nombreuses vocations. Leurs techniques de combat ne correspondent en revanche pas vraiment à ce que l’on peut voir en compétition et en clubs. Très violents et brutaux, les combats cinématographiques ne correspondent pas au contrôle constant qu’est le Karaté. Et qui de mieux placé pour nous l’expliquer que notre quintuple championne d’Europe et double championne du monde Léa ?

Léa, double championne du monde à 21 ans

La passion de notre warrior pour le karaté n’est pas venue grâce au cinéma. Selon Léa, elle est tout simplement « tombée dedans », il y a 13 ans. Ce qui lui a plu directement c’est la confrontation, le combat, elle est persuadée qu’avoir un adversaire la motive. Et motivée, c’est sûr qu’elle l’est ! Elle a commencé très jeune les compétitions. Puis tout est allé très vite, les championnats de France, l’équipe de France, les championnats du monde… Elle nous en parle avec un immense sourire et une joie de vivre communicative. Léa n’a pas choisi la forme Kata du Karaté, c’est-à-dire celle où l’on réalise des enchaînements seuls. Elle s’est tournée vers le combat très jeune, même si elle nous précise qu’elle respecte et admire cette forme de karaté. Son but, ce n’est certainement pas d’être violente, tout est dans le contrôle et le respect de l’autre, c’est pour cette raison qu’il existe beaucoup de mixité dans le karaté. Ce qui l’attire c’est la diversité physique de ce sport, il faut s’entraîner pour les poings, les jambes et les balayages. C’est un sport complet qui mobilise le corps entier. Pour se préparer physiquement, Léa fait de la musculation et des entraînements cardio spécifiques, elle travaille les jambes, les abdos, et bosse ses appuis. Pour progresser, pas de secret ! Il faut travailler et surtout être passionné, il faut s’accrocher mentalement, et avoir ce qu’elle appelle « la gagne ». Mais pour Léa, quand au bout il y a la victoire, on oublie tous les mauvais moments.

Episode #8 Karaté : karaté kids avec Léa et Avner

Avner, Youtubeur curieux et touche à tout

Autodidacte de nature, notre vidéaste réalise des vidéos, des web-séries et des films sur Youtube. Il s’auto-analyse comme hyperactif, adore découvrir de nouvelles choses. S’il est aujourd’hui passionné de musculation, il a décidé de créer un format dont le principe est de découvrir un nouveau sport à chaque épisode. Avner nous assure qu’il réalise ses vidéos avec sincérité et implication dans le sport. Le karaté pour Avner : un sport ancestral, une technique millénaire et une histoire incroyable. Ses références : des films comme Karaté Kid ou Bloodsport, tous les coups sont permis avec Jean Claude Van Damme. C’est donc avec grand plaisir qu’Avner découvre le « vrai » karaté avec Léa, loin des salles obscures !

« Je suis sûre que tu t’es entraîné avant de venir ! »

Dès qu’Avner arrive pour son initiation, le feeling passe tout de suite entre le maître et son élève. Léa lui propose de commencer par la base du karaté : un salut et la garde. Au karaté, on sautille constamment tout en restant en garde, et Léa précise que si on s’arrête de sautiller, ce n’est plus du karaté. Elle initie tout d’abord Avner au Yakutsuki chudan, un coup de poing qui part de l’arrière du corps vers le ventre. En même temps, il est nécessaire qu’Avner crie, c’est le kiai, qui donne de la force lorsque l’on porte un coup. La règle de base au karaté nous explique Léa, c’est qu’on ne fait pas semblant de toucher l’adversaire, on le touche vraiment. En compétition, un poing de la main c’est 1 point, une jambe qui touche le corps c’est 2 points, et une jambe au visage rapporte 3 points. Mais ce qui compte le plus c’est le balayage de l’adversaire dans l’action, qui rapporte le plus de points. Alors Avner, ni une ni deux, tente de balayer Léa… Peut mieux faire même s’il progresse et apprend vite, Avner doit faire attention à ne pas prendre de mauvais réflexes, comme sa garde de boxe qui lui revient vite. Après quelques mawashi, Avner prend confiance et demande si les coups de pied qu’il porte sont autorisés. Léa le rassure à plusieurs reprises et l’invite à être à l’aise et donner tout ce qu’il a. « Je suis solide t’inquiète ! », lui lance-t-elle à plusieurs reprises. En compétition, les combats durent trois minutes et sont éliminatoires, alors il faut tout donner et vite.

La rencontre entre deux passionnés…

Avner plaisante en nous disant que dès qu’il a mis Léa par terre, le feeling est passé tout de suite ! Mais il sait aussi que Léa ne lui a pas porté de coups très durs, il nous confie sentir la maîtrise de Léa, ses ralentissements aux derniers moments : « si elle voulait m’arracher la tête, c’est sûr elle le pourrait. ». Léa est bienveillante envers son élève, et peu à peu, les deux karatékas sont complices, s’entraînent dans la rigueur et l’auto-discipline, mais rient beaucoup et commencent déjà à se chamailler. Léa est surprise, Avner s’est vraiment bien débrouillé et est très à l’écoute. Au début, selon Léa, on a du mal à contrôler ses coups, à maintenir sa garde, et tenir des positions compliquées. Elle conseille donc à Avner de persévérer s’il veut s’améliorer, le karaté étant un sport surtout technique qui demande donc un certain temps d’apprentissage. Notre novice aurait adoré développer un peu plus, mais Léa prépare déjà ses prochains championnats, et ne pourra pas rester son maître.  Elle lui conseille donc de moins sortir, se coucher plus tôt et surtout de moins prendre d’apéro pour s’améliorer…

…Mais surtout deux bons vivants !

Dans l’interview ping-pong, nos 2 sportifs du jour nous expliquaient que la routine leur fait perdre les pédales, et ils sont plutôt dans l’action qu’autre chose. Léa et Avner sont des fonceurs, alors pas étonnant que cette rencontre détonne ! Leur autre point commun, c’est leur addiction au sport. Pour Léa c’est un style de vie complet, le karaté rythme ses journées et sa vie entière. Quand elle a eu du repos, elle l’apprécie bien sûr, mais elle ne peut pas rester sans se bouger. Avner est formel : le sport a changé sa vie, lui qui était plutôt skate ou gym a opté pour la musculation il y a quelques années et est désormais un mordu. Il nous l’affirme : le sport c’est devenu un repère dans sa vie, qu’il ne parvenait pas à trouver avant. Depuis qu’il en fait tout va mieux, c’est pour lui un véritable anti-dépresseur. Léa ne dira pas le contraire, d’autant que leur sport les pousse à mieux manger, moins sortir et mieux respecter leurs corps. Les bananes et les kiwis sont devenus la passion d’Avner, mais celle qu’il partage par-dessus tout avec Léa, c’est la raclette. En fin de compte, nos deux karatékas du jour se bougent coûte que coûte, et ce, avec une bonne dose d’auto-dérision. Quand on demande un dernier mot à Avner pour clôturer cette rencontre, Léa lui souffle : « dis que tu es fan de moi ! ».

Tout savoir sur

Faire du sport ensemble

Faire du sport ensemble

Episode#8 Karaté : interview Ping-Pong avec Léa et Avner

Faire du sport ensemble

Episode #6 crossfit : interview Ping-Pong avec Roxane et Christiane

Éviter les blessures

Citadin : Comment se préparer pour le ski ?

Performance

Episode #9 E-sport : un sport de haut niveau, LOL ! avec Jeremy et Finlay

Hydratation

Entrainement et alimentation de saison : Janvier