Le développement durable

Yuna Chiffoleau : Qu’est-ce qu’une alimentation durable ?

. © Tawanboonnak

Publié le 14.12.2019

Santé du consommateur, économie locale, rémunération des producteurs, densité nutritionnelle… l’alimentation durable va plus loin que le respect de l’environnement. Yuna Chiffoleau, directrice de recherche en sociologie au département Sciences pour l’action et le développement de l’Inra nous répond.

Milk Planet :

Comment définir « l’alimentation durable » ?

Yuna Chiffoleau :

C’est une alimentation qui satisfait des critères économiques, environnementaux, sociaux et de gouvernance, qui sont les quatre grands piliers du développement durable. Le quatrième pilier, de plus en plus mis en avant, aide à mettre les trois autres en synergie, tout en cherchant à intégrer les catégories souvent exclues des processus de décision.  

Dans l’alimentation telle qu’elle est beaucoup développée dans les circuits longs de distribution, la gouvernance est majoritairement pilotée par l’aval, à travers les centrales d’achat de la grande distribution en particulier, qui décident quels produits sont vendus ou non, avec un système de référencement qui prend peu ou pas en compte les producteurs agricoles.

Développer une alimentation durable appelle ainsi à impliquer davantage d’acteurs de la chaîne dans les processus de décision, en essayant d’aller jusqu’aux personnes les moins armées, les moins favorisées, comme les petits producteurs ou les consommateurs à petit budget par exemple.

Si l’on en revient aux quatre piliers qui définissent la durabilité, il ne s’agit pas, pour autant, de penser qu’il n’y a qu’une seule façon de faire de l’alimentation durable. Les différents piliers peuvent être déclinés de différentes façons en fonction des contextes et de l’histoire des filières ou des territoires. L’accent peut être mis sur un pilier en particulier, en fonction de ce qui est recherché mais l’important, c’est de garder en tête que l’alimentation durable est multidimensionnelle, fait appel à différents critères.

Yuna Chiffoleau
Milk Planet :

Quels critères de base adopter ?

Yuna Chiffoleau :

A minima, si on veut une alimentation durable avec des agriculteurs, il est important que l’alimentation rémunère décemment les producteurs qui sont à l’origine des matières premières, ce qui n’est pas toujours le cas, même en circuit courts.

Ensuite, l’intérêt est d’aller vers une alimentation qui n’exclut pas un certain nombre de consommateurs, qui reste à des prix accessibles ou bien dont les prix plus élevés sont expliqués (petite production, récolte manuelle, etc.). Une alimentation qui crée de l’emploi, maintient un tissu rural actif… Sans oublier le lien social : par exemple si on achète sur un marché, ou dans un commerce de proximité, on contribue à ce lien social !

Et bien-sûr au niveau environnemental, choisir une alimentation qui va tenir compte des enjeux globaux, changement climatique, perte de biodiversité, pollution des sols, surconsommation d’eau… Ce qui amène à questionner les modes de production agricole mais aussi la transformation des matières premières, le transport des produits…

C’est pourquoi il est intéressant de de penser en termes de « système alimentaire durable », au-delà de la notion d’alimentation durable.

Il s’agit de questionner la durabilité de tous les maillons de la chaîne de production de l’alimentation : fabrication des intrants (semences, engrais…), production agricole, transformation, transport, distribution, consommation… et ce en regardant aussi les liens entre ces maillons et avec les territoires, pour capter les effets systèmes : on constate ainsi qu’il y a des systèmes qui sont plus vertueux que d’autres.

Milk Planet :

Comment lier la valeur nutritionnelle des aliments à la durabilité ?

Yuna Chiffoleau :

La dimension nutrition-santé tend en effet à être reconnue comme une dimension de la durabilité en soi, alors qu’elle pouvait être diluée dans le « social ». C’est une dimension importante pour les consommateurs mais aussi pour les acteurs publics. Ce que l’on observe, chez les consommateurs, ce sont des attentes qui portent sur la fraicheur, la « naturalité », la densité nutritionnelle des produits…, ce qui nous oblige à réfléchir à de nouveaux critères mais aussi à ouvrir de nouvelles boîtes noires, celle de la transformation des produits par exemple.

Milk Planet :

Que conseiller à un consommateur qui veut adopter une alimentation durable ?

Yuna Chiffoleau :

Une alimentation durable suppose tout d’abord de savoir d’où vient ce qu’on mange, savoir comment ça a été produit, avant de se demander si c’est durable ou pas. C’est le premier conseil à donner au consommateur : recommencer à se poser des questions par rapport à ce qu’il mange. Pas tout seul, car c’est souvent compliqué, mais à travers des discussions avec des amis, des voisins, le producteur ou le commerçant à qui on achète des produits… A partir du moment où on se réapproprie ce que l’on mange, on peut savoir si ça nous plait ou pas, si ça répond aux critères de durabilité qui sont importants pour nous ou non. L’alimentation durable, c’est donc l’affaire de tous.

C’est en cours

L’Inra est en train de réfléchir à un concept qui s’appelle « Ici.C.transparent », inspiré de la marque collective « Ici.C.local » qu’il a créé avec la ville de Grabels en 2014 : cette marque permet déjà d’identifier les produits « locaux » et « durables », sur la base d’un certain nombre de critères minimaux dans le domaine économique, social et environnemental, de façon à permettre au consommateur de faire des choix éclairés sur les produits locaux et non locaux. L’idée n’est pas de décréter les critères « d’en haut » mais d’organiser des comités locaux composés de consommateurs, producteurs, artisans, commerçants, acteurs des collectivités, pour voir quelles sont les attentes de chacun, mettre en place et gérer collectivement, localement, un affichage simple qui permet de mieux informer les citoyens.

Pour en savoir plus : http://iciclocal.fr/
contact@iciclocal.fr

Tout savoir sur

Le développement durable

Pas de doute, l'avenir des fermes laitières rime avec écologie et développement durable. Découvrez dans notre rubrique les innovations technologiques visant à réduire l'empreinte écologique de la production de lait, et les mesures prises au quotidien pour des circuits de production plus respectueux de l'environnement.

Le développement durable

Le régime omnivore pour nous et pour la planète

Le développement durable

Le développement durable dans la filière laitière

Le développement durable

L’activité agricole participe à l’équilibre des territoires ruraux

Le développement durable

La filière laitière contribue à notre qualité de vie

Le développement durable

Environnement : une filière naturellement vertueuse

Le développement durable

La baisse de l'impact environnemental, une préoccupation quotidienne de la filière

L'environnement

Qu'est-ce que le stockage carbone ?

Le développement durable

Qu'est-ce que la COP21 ?

Une filière durable

Agriculture durable, agriculture raisonnée : quelle différence ?

L'environnement

Des emballages en plastique... laitier !

L'environnement

C'est vrai que les vaches polluent plus que les voitures ?

Le bien-être animal

C'est quoi une ferme laitière en France ?

Pour des produits de qualité

Est-ce que je peux être sûr de la qualité du lait ?