filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 12-02
    Le chiffre du mois : 108 millions

    C’est le nombre d’analyses subies par le lait en France chaque année.

  • 10-02
    Quel pain et quel vin pour le reblochon

    Avec quoi déguster l’un des plus célèbres fromages de Savoie ?

  • 08-02
    Les meilleurs beignets pour Mardi gras

    Demain c’est Mardi gras ! Secs, briochés ou soufflés, les beignets sont indissociables de cette période de carnaval.

  • 05-02
    Portrait de transformateur : Elena Villeneuve, conductrice de machine de conditionnement de crème dessert

    Elena Villeneuve s’occupe du conditionnement des crèmes dessert à la Laiterie Saint-Père.

  • 03-02
    Le latte art, beau et bon à la fois

    Zoom sur les cappuccinos qui se dégustent aussi avec les yeux.

  • 01-02
    Chandeleur : comment réussir ses crêpes ?

    Du lait, de la farine, des œufs et plus si affinités : les secrets des bonnes crêpes, c’est par ici !

  • 29-01
    Le chiffre du mois : 25,9 kg

    C’est la quantité de fromage consommée chaque année par les Français. 

  • 27-01
    Personnes âgées : des besoins alimentaires spécifiques

    Les produits laitiers sont idéaux pour répondre aux besoins des personnes âgées en situation de dépendance.

Voir toutes les actualités
Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
Eleveuse et vaches Normande et Prim'Holstein au pré
Métier d’éleveur
Lire la suite

Métier d’éleveur

Qu’est-ce qu’un éleveur laitier ? Bien sûr, il élève le troupeau et fournit le lait. Mais pas seulement…il participe à l’entretien les paysages, contribue à la richesse de nos campagnes, crée des emplois.Véritable acteur de la vie sociale , il maintient l’économie dans des zones rurales souvent désertées et s’implique dans la gestion de sa commune…Focus sur un métier aux multiples facettes.

Elever et cultiver

Être éleveur laitier, c’est aussi être cultivateur. Vivre au rythme de la nature et des saisons. Du printemps jusqu’au début de l’hiver, l’éleveur s’occupe des labours, semailles, récolte des fourrages et de la paille, du stockage, de la fenaison, de l’ensilage. A la morte saison, animaux et nourriture rentrés à l’abri, l’éleveur en profite pour entretenir matériel, bâtiments, et clôtures.  Et durant toute l’année, il s’occupe du troupeau, assurant la traite deux fois par jour.

Avec leurs prés, cultures de fourrages et d’aliments pour le bétail, leurs troupeaux qui pâturent, les haies et les bois, les élevages de vaches laitières sont des remparts à la désertification et à la détérioration de l’environnement. Ce sont ces élevages qui créent les paysages de nos campagnes et contribuent à la biodiversité, maintenant l’équilibre écologique dans les zones fragiles comme les herbages de montagne.

Sans l’agriculture et l’élevage, la nature retournerait vite à la friche.

Articles recommandés :

Surveillance du troupeau
Formation des éleveurs
Lire la suite

Formation des éleveurs

S’il continue à se transmettre de génération en génération, et repose sur l’amour de la nature et des animaux, le métier d’éleveur nécessite aujourd’hui une solide formation professionnelle agricole de niveau baccalauréat.

Un éleveur doit savoir s’adapter en permanence et maîtriser des compétences diverses  qui vont de la technique à la science en passant par la finance.

L’éleveur aujourd’hui est un vrai patron en charge d’une véritable entreprise. Cela signifie  une gestion polyvalente qui inclue :

  • culture : organisation de la répartition annuelle des cultures et des outils de travail du sol, organisation des chantiers (semis, récoltes)
  • gestion des stocks de fourrages et rotation des parcelles de pâturages
  • nutrition animale : calcul de la ration alimentaire des vaches en fonction de la saison et de leur production de lait,
  • génétique, reproduction : gestion des cycles de fécondations, inséminations, tarissements, vêlages
  • santé animale : prévention des maladies, prophylaxie, détection des animaux souffrants, les soins à leur apporter et leur isolement durant le traitement
  • connaissance réglementaires des textes nationaux et européens qui encadrent le métier (quotas, normes hygiéniques et sanitaires, normes agro-environnementales…).
  • comptabilité, fiscalité et gestion d’entreprise : enregistrement technique et administratif pour les cultures et l’élevage, gestion de la trésorerie, des achats, des investissements…

L’un dans l’autre, le métier d’éleveur est un métier qui s’inscrit dans la durée : le temps de constituer un troupeau, le temps de se former en continu…avec les saisons.