filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 18-04
    L’appellation d’origine du comté fête ses 60 ans !

    Avant d’être une AOP, le comté a été une AOC qui fête cette année ses 60 ans.

  • 16-04
    Ghee, le triomphe du beurre indien

    Il a le vent en poupe sur les réseaux sociaux : découvrez le ghee indien, beurre clarifié à l’incroyable polyvalence.

  • 13-04
    Lait à l’école : une initiation au bien manger pour les enfants et les adolescents

    Saviez-vous qu’un programme européen permet aux écoles, collèges et lycées de bénéficier de subventions pour éveiller les enfants et les adolescents au « bien manger » ?

  • 11-04
    Variations autour de la panna cotta

    3 idées pour réinterpréter la « crème cuite » originaire du Nord de l’Italie.

Voir toutes les actualités
Télécharger notre infographie
Troupeau et éleveurs au pré
L’élevage
Lire la suite

L’élevage

L’élevage laitier est une tradition française. C’est d’ailleurs l’élevage le plus répandu sur l’ensemble du territoire national : il est présent dans plus de 9 petites régions agricoles sur 10  ! Les fermes laitières sont certes plus nombreuses dans le « croissant laitier français » ou « fer à cheval laitier », c’est-à-dire les régions qui forment un arc de cercle allant du Grand Ouest à la région Rhône-Alpes en incluant la Lorraine, la Franche-comté, le Nord-Pas-de-Calais et l’Auvergne, mais cela n’empêche pas la présence d’exploitations en Provence ou dans les Pyrénées : pourvu qu’il y ait de l’eau et de l’herbe, ainsi que des hommes pour s’y consacrer, il est possible de produire du lait !

Or, la France est un grand pays, composé d’une mosaïque de territoires, avec à la clé une grande diversité de systèmes d’élevage : on n’élève pas ses animaux dans les mêmes conditions lorsque l’on vit en montagne avec des hivers rigoureux, en plaine avec des étés chauds ou en bordure de l’Atlantique avec un climat plus tempéré.

Du point de vue des races laitières, la variété est également de mise. Trois races laitières se partagent le territoire français  : Prim’Holstein (66 % du cheptel français), Montbéliarde (16 %) et Normande (9 %). Mais la France possède aussi une grande variété de races, dotées de patrimoines génétiques diversifiés. 15 d’entre elles, dites « à petit effectif » (moins de 5 000 femelles reproductrices sur le territoire national), font l’objet de programmes de conservation : Bretonne Pie Noire, Armoricaine, Lourdaise, Froment du Léon, Jersiaise, Rouge Flamande, Béarnaise… Les éleveurs les apprécient particulièrement pour leur capacité à s’adapter au terroir local. L’Auvergne, par exemple, est le berceau de races bovines très robustes, comme la Salers ou la Ferrandaise.

Enfin, au sein d’un même terroir, chaque ferme est marquée par des choix spécifiques . Mais au-delà de cette diversité, la France a su préserver un modèle qui lui est propre, alliant innovation et tradition. Ses secrets : des exploitations laitières à taille humaine et un lien préservé de l’élevage bovin au sol, assurant des conditions d’élevage et une traçabilité exemplaires