filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Troupeau et éleveurs au pré
L’élevage
Lire la suite

L’élevage

L’élevage laitier est une tradition française. C’est d’ailleurs l’élevage le plus répandu sur l’ensemble du territoire national : il est présent dans plus de 9 petites régions agricoles sur 10  ! Les fermes laitières sont certes plus nombreuses dans le « croissant laitier français » ou « fer à cheval laitier », c’est-à-dire les régions qui forment un arc de cercle allant du Grand Ouest à la région Rhône-Alpes en incluant la Lorraine, la Franche-comté, le Nord-Pas-de-Calais et l’Auvergne, mais cela n’empêche pas la présence d’exploitations en Provence ou dans les Pyrénées : pourvu qu’il y ait de l’eau et de l’herbe, ainsi que des hommes pour s’y consacrer, il est possible de produire du lait !

Or, la France est un grand pays, composé d’une mosaïque de territoires, avec à la clé une grande diversité de systèmes d’élevage : on n’élève pas ses animaux dans les mêmes conditions lorsque l’on vit en montagne avec des hivers rigoureux, en plaine avec des étés chauds ou en bordure de l’Atlantique avec un climat plus tempéré.

Du point de vue des races laitières, la variété est également de mise. Trois races laitières se partagent le territoire français  : Prim’Holstein (66 % du cheptel français), Montbéliarde (16 %) et Normande (9 %). Mais la France possède aussi une grande variété de races, dotées de patrimoines génétiques diversifiés. 15 d’entre elles, dites « à petit effectif » (moins de 5 000 femelles reproductrices sur le territoire national), font l’objet de programmes de conservation : Bretonne Pie Noire, Armoricaine, Lourdaise, Froment du Léon, Jersiaise, Rouge Flamande, Béarnaise… Les éleveurs les apprécient particulièrement pour leur capacité à s’adapter au terroir local. L’Auvergne, par exemple, est le berceau de races bovines très robustes, comme la Salers ou la Ferrandaise.

Enfin, au sein d’un même terroir, chaque ferme est marquée par des choix spécifiques . Mais au-delà de cette diversité, la France a su préserver un modèle qui lui est propre, alliant innovation et tradition. Ses secrets : des exploitations laitières à taille humaine et un lien préservé de l’élevage bovin au sol, assurant des conditions d’élevage et une traçabilité exemplaires