A la une

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Autre, Les produits laitiers
-

Des expressions bien beurrées

Dans la langue française, le beurre est mis à toutes les sauces.

beurre-bando

BeurresLes Français aiment tellement le beurre… qu’ils en parlent à toutes les sauces !

De la graisse des pauvres…

Sauf dans certaines régions, le beurre a longtemps été une matière grasse peu utilisée en cuisine. Les Grecs et les Romains, par exemple, l’envisageaient surtout comme un remède cicatrisant. Au Moyen Âge, il était même considéré comme un aliment « paysan », et, à ce titre, méprisé par les classes dominantes. C’est sans doute cette connotation négative que l’on retrouve dans l’expression « compter pour du beurre », qui signifie avoir peu ou pas d’importance.

… à la graisse des riches

Au XVIe siècle, la Réforme protestante autorisa le beurre pendant les périodes de carême, suivie de près par la Papauté. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le beurre fut ainsi adopté par les élites, avant de triompher aux XIXe et XXe siècles comme symbole de distinction sociale. Dès lors, il devint un signe d’opulence, sens que l’on retrouve dans plusieurs expressions populaires : « mettre du beurre dans ses épinards » (améliorer son niveau de vie), « faire son beurre » (s’enrichir, tirer profit de quelque chose), « avoir du beurre » (être riche), « promettre plus de beurre que de pain » (promettre plus qu’on ne peut donner), « vouloir le beurre et l’argent du beurre » (vouloir gagner sur tous les plans sans contrepartie) ou encore « avoir le cul dans le beurre » (être né riche).

Tendre, mou, soyeux

Le beurre est également à l’origine d’expressions liées à sa nature. Ainsi, on dit de quelqu’un qu’il est « beurré » quand il est ivre car il cause « grassement » et devient mou sous l’effet de l’alcool. De la même manière, on parle d’entrer comme dans du beurre (entrer facilement) ou d’avoir des mains de beurre (molles). Quant aux yeux au beurre noir, ils viendraient d’une recette de cuisine du XVIe siècle, selon laquelle on faisait pocher les œufs dans du beurre noirci à la cuisson, donnant lieu à… des œufs au beurre noir ! Des œufs aux yeux, le glissement de langage fut aisé, d’autant plus que dans la poêle, les œufs entourés du noir du beurre pouvaient faire penser à des yeux meurtris par un coup. Les coupables ? Des individus sans doute un peu benêts, pas très malins, bref, des fripouilles n’ayant pas inventé… le fil à couper le beurre !

> Les expressions autour du lait.

Crédit photos : P.JAVELLE / CNIEL

Plus d'articles

Mots clés