A la une

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Elevage et territoire, Le recyclage, MILK PLANET
-

Le recyclage des emballages vides dans l’élevage laitier

L’interprofession laitière s’engage pour l’environnement !

shema-bonnes-pratiques-bando

La filière laitière, soucieuse de préserver l’environnement, s’est engagée dans un dispositif national visant à collecter et à recycler les emballages vides des produits d’hygiène de la traite. Explications.

Les origines de la démarche

Chaque année, 36 000 tonnes de produits d’hygiène de la traite (nettoyage et désinfection du matériel de traite, hygiène de la mamelle) sont utilisées par les producteurs laitiers. Au bout du compte, les emballages vides représentent 1400 tonnes de plastique par an ! Or, alors même que les éleveurs réclamaient un service de collecte, il n’existait pas, jusqu’ici, de dispositif structuré au niveau national pour recycler ces emballages. Une filière « Emballages Vides de Produits d’hygiène utilisés en Élevage laitier » (EVPHEL) a donc été lancée. Elle est le fruit d’une démarche collective initiée par l’interprofession laitière et les représentants des metteurs en marché de produits d’hygiène, en cohérence avec la charte des bonnes pratiques d’élevage des éleveurs de bovins. L’objectif à l’horizon 2015 ? Un taux de collecte national de 60 % des emballages. De plus, pour valoriser la performance environnementale de cette filière, plus de 80 % des emballages collectés seront recyclés.

Schéma des bonnes pratiques

Comment ça marche ?

Le dispositif fonctionne sur le principe d’une responsabilité partagée :

  • Les éleveurs assurent la préparation des emballages : ils les rincent, les égouttent puis les mettent à disposition des distributeurs des produits d’hygiène de l’élevage laitier, en les déposant à des lieux et dates définis.
  • Les distributeurs (laiteries, distributeurs d’agrofournitures…) deviennent alors collecteurs : ils assurent la collecte, le contrôle, le conditionnement, l’entreposage et le regroupement (si nécessaire) des emballages.
  • L’éco-organisme ADIVALOR s’occupe enfin de leur élimination : enlèvement, prétraitement et valorisation.
  • Les metteurs en marché financent en amont, via une éco-contribution, les dépenses de récupération (transport, prétraitement, utilisation de saches, communication…). Les coûts sont internalisés dans le prix du produit neuf par le metteur en marché et le distributeur.

La bonne nouvelle ? Ça fonctionne ! Les collectes proposées par les distributeurs ont commencé depuis avril 2011 et se développent progressivement.

Que deviennent les emballages collectés ?

Les emballages vides collectés sont en priorité recyclés pour fabriquer d’autres objets plastiques, comme, par exemple, des tubes ou des gaines de câbles électriques pour le secteur du bâtiment : 5 bidons de 10 litres deviennent 1 mètre de tube plastique ! Le recyclage permet ainsi de limiter les importations de matières premières, de contribuer aux économies d’énergie, de limiter les émissions de gaz à effet de serre et d’aller dans le sens du développement durable. En bref, il s’agit, pour la filière laitière, de faciliter le travail des éleveurs tout en participant à une démarche écologique et civique. Tout le monde est gagnant !

Ce projet est piloté par le CNIEL, avec la participation de l’Association Française des Industries de la Détergence, de l’Entretien et des Produits d’Hygiène Industrielle (AFISE), la Fédération Nationale des Coopératives Laitières (FNCL), la Fédération Nationale de l’Industrie Laitière (FNIL), la Fédération Nationale des Producteurs de Lait (FNPL) et ADIVALOR.

> Crédit image : ADIVALOR

Plus d'articles

Mots clés