A la une

derniers articles
  • 14-12
    Fromage et café, une expérience gustative inattendue

    Associer fromage et café : l’idée peut sembler saugrenue au départ. Nos traditions culinaires nous ont en effet habitués à des mariages plus attendus, tels que fromage et vins — voire à un timing fromage « puis » café. Mais l’expérience, initiée par Malongo, se révèle pourtant surprenante et d’une belle évidence ! Delphine Luisin, responsable qualité et « nez » […]

  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

Voir toutes les actualités
Elevage et territoire
-

Le recyclage des emballages vides dans l’élevage laitier

L’interprofession laitière s’engage pour l’environnement !

shema-bonnes-pratiques-bando

La filière laitière, soucieuse de préserver l’environnement, s’est engagée dans un dispositif national visant à collecter et à recycler les emballages vides des produits d’hygiène de la traite. Explications.

Les origines de la démarche

Chaque année, 36 000 tonnes de produits d’hygiène de la traite (nettoyage et désinfection du matériel de traite, hygiène de la mamelle) sont utilisées par les producteurs laitiers. Au bout du compte, les emballages vides représentent 1400 tonnes de plastique par an ! Or, alors même que les éleveurs réclamaient un service de collecte, il n’existait pas, jusqu’ici, de dispositif structuré au niveau national pour recycler ces emballages. Une filière « Emballages Vides de Produits d’hygiène utilisés en Élevage laitier » (EVPHEL) a donc été lancée. Elle est le fruit d’une démarche collective initiée par l’interprofession laitière et les représentants des metteurs en marché de produits d’hygiène, en cohérence avec la charte des bonnes pratiques d’élevage des éleveurs de bovins. L’objectif à l’horizon 2015 ? Un taux de collecte national de 60 % des emballages. De plus, pour valoriser la performance environnementale de cette filière, plus de 80 % des emballages collectés seront recyclés.

Schéma des bonnes pratiques

Comment ça marche ?

Le dispositif fonctionne sur le principe d’une responsabilité partagée :

  • Les éleveurs assurent la préparation des emballages : ils les rincent, les égouttent puis les mettent à disposition des distributeurs des produits d’hygiène de l’élevage laitier, en les déposant à des lieux et dates définis.
  • Les distributeurs (laiteries, distributeurs d’agrofournitures…) deviennent alors collecteurs : ils assurent la collecte, le contrôle, le conditionnement, l’entreposage et le regroupement (si nécessaire) des emballages.
  • L’éco-organisme ADIVALOR s’occupe enfin de leur élimination : enlèvement, prétraitement et valorisation.
  • Les metteurs en marché financent en amont, via une éco-contribution, les dépenses de récupération (transport, prétraitement, utilisation de saches, communication…). Les coûts sont internalisés dans le prix du produit neuf par le metteur en marché et le distributeur.

La bonne nouvelle ? Ça fonctionne ! Les collectes proposées par les distributeurs ont commencé depuis avril 2011 et se développent progressivement.

Que deviennent les emballages collectés ?

Les emballages vides collectés sont en priorité recyclés pour fabriquer d’autres objets plastiques, comme, par exemple, des tubes ou des gaines de câbles électriques pour le secteur du bâtiment : 5 bidons de 10 litres deviennent 1 mètre de tube plastique ! Le recyclage permet ainsi de limiter les importations de matières premières, de contribuer aux économies d’énergie, de limiter les émissions de gaz à effet de serre et d’aller dans le sens du développement durable. En bref, il s’agit, pour la filière laitière, de faciliter le travail des éleveurs tout en participant à une démarche écologique et civique. Tout le monde est gagnant !

Ce projet est piloté par le CNIEL, avec la participation de l’Association Française des Industries de la Détergence, de l’Entretien et des Produits d’Hygiène Industrielle (AFISE), la Fédération Nationale des Coopératives Laitières (FNCL), la Fédération Nationale de l’Industrie Laitière (FNIL), la Fédération Nationale des Producteurs de Lait (FNPL) et ADIVALOR.

> Crédit image : ADIVALOR

Plus d'articles

Mots clés