filiere-laitiere

La filière laitière

Economie et société
-

Du 1er au 15 juin 2015, les produits laitiers fêtent le Printemps bio !

Petit-déjeuner à la ferme, jeu en ligne et nouvelle image au programme.

Petit-déjeuner à la ferme

Le Printemps bio, c’est reparti ! Les produits laitiers bio s’engagent à travers une matinée sur le terrain, un jeu pour gagner des cadeaux et une image renouvelée.

7 juin 2015 : un petit-déjeuner à la ferme pour la fête du lait bio

Née en 2005, la fête du lait bio constitue l’occasion de découvrir les produits laitiers bio locaux au sein de 90 fermes réparties dans 10 régions : Alsace, Bretagne, Champagne-Ardenne, Bourgogne, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Basse-Normandie, Pays de la Loire, Picardie et Rhône-Alpes.

Cette année, ce temps fort du Printemps bio se déroulera le 7 juin, avec à la clé un petit-déjeuner dans l’une des fermes participantes. En famille ou entre amis, les visiteurs découvriront toute la diversité et la richesse des produits laitiers bio locaux (laits, yaourts, beurres, crèmes, fromages, desserts lactés et même glaces pour les plus gourmands). Les petits-déjeuners seront en effet accompagnés de nombreuses animations : rencontres avec les éleveurs, visites des fermes, traite des vaches, marchés bio locaux, animations pour les petits et les grands, expositions, balades, concerts…

Des événements auront également lieu en ville, à Lille et Nantes, sur l’esplanade du Parc des Machines de l’île en association avec la Fête du Vélo.

Toutes les infos et la liste des fermes participantes sur le site http://fete-du-lait-bio.fr.

Et aussi…

  • Du 1er au 21 juin : le jeu « Paniers lait bio ».

Toujours à l’occasion du Printemps bio 2015, les produits laitiers lancent un nouveau jeu sur le site www.produitslaitiersbio.com. Ce jeu de réflexe propose près de 10 lots à gagner : paniers de produits laitiers bio et goodies lait bio. Addictif !

Logo Produits laitiers bio

  • Une nouvelle image pour les produits laitiers bio.

Enfin, à la suite d’un travail de fond entamé en 2014, l’interprofession laitière inaugure une nouvelle identité visuelle pour les produits laitiers bio : nouveau logo, signature personnalisée et actions sur le terrain toujours plus proches des consommateurs.

> Le nouveau dépliant « Les produits laitiers bio » à télécharger (PDF).

> Le site www.produitslaitiersbio.com.

Plus d'articles

Mots clés

La ferme laitière "bas carbone"
article précédent
La ferme laitière « bas-carbone » sélectionnée pour le concours My positive impact (Fondation Nicolas Hulot)

La ferme laitière « bas-carbone » sélectionnée pour le concours My positive impact (Fondation Nicolas Hulot)

Jusqu’au 5 juillet 2015, soutenez le projet de la filière laitière pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre et lutter contre le changement climatique !

Donner de la visibilité et de la crédibilité à des dizaines de projets innovants : tel est l’objectif de la campagne My positive impact, lancée par la Fondation Nicolas Hulot en mars 2015 pour préparer la conférence Paris climat (COP 21). Les internautes sont appelés à voter quotidiennement pour les les solutions qui leur paraissent les plus performantes. Vous aimez les produits laitiers et vous voulez soutenir l’engagement des éleveurs pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ? Votez pour la ferme laitière « bas-carbone » !

La ferme laitière « bas-carbone », c’est quoi ?

Portée par le CNIEL (Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière), la ferme laitière « bas-carbone » a été présélectionnée par la Fondation Nicolas Hulot parmi 350 projets à caractère durable. Mise en œuvre par et pour les éleveurs, il s’agit d’une déclinaison du programme « Life Carbon Dairy », qui vise à promouvoir des leviers d’action permettant à la production laitière de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20 % à l’horizon 2020. La filière est en effet engagée depuis de nombreuses années dans les trois axes du développement durable : environnement, économie et société.

VacherQuelles solutions ?

Avec la ferme laitière « bas-carbone », l’audit apporté à l’éleveur par des techniciens d’élevage repose sur trois fondements :

  1. Un diagnostic poussé grâce à l’analyse des flux d’émissions de gaz à effet de serre de la ferme.
  2. La mise en place d’un plan d’action climatique adapté aux exploitations laitières et à leur environnement (planter des haies, renforcer l’autonomie alimentaire des vaches en produisant davantage à la ferme, diminuer l’utilisation d’engrais de synthèse…).
  3. Le renforcement de l’efficacité économique de la ferme.

A ce jour, 3 900 éleveurs installés dans 6 grandes régions sont déjà impliqués dans le projet. L’objectif est d’impliquer les 60 000 éleveurs laitiers français, ce qui pourrait permettre d’économiser 40 tonnes de carbone sur 10 ans par élevage, soit 2 millions de tonnes de CO2 !

Grâce à de généreux partenaires, les solutions recueillant le plus de votes gagneront une grande campagne de communication. Pour favoriser les efforts entrepris par les éleveurs, votez jusqu’à 5 fois par jour pour « la ferme laitière bas-carbone » !

Le concours est terminé. Merci pour vos votes !

 

Assortiment-de-produits-laitiers
article suivant
5 chiffres à découvrir concernant les produits laitiers

5 chiffres à découvrir concernant les produits laitiers

Quand L’Économie laitière apporte un éclairage insolite sur la filière française et les produits laitiers dans le monde.

L’édition 2015 de L’économie laitière en chiffres vient de paraître. Édité chaque année au printemps, ce document présente une très large palette de données annuelles sur les produits laitiers en France, en Europe et dans le monde. Perfectionnez votre culture laitière avec 5 chiffres-clés.

19,4
C’est la part, en pourcentage, des producteurs français de lait de vache situés en Bretagne : véritable terre de lait, cette région concentre presque un cinquième des producteurs français. Juste derrière, avec 13,5%, arrivent les Pays de la Loire, riches en traditions fromagères.

54,8
C’est l’effectif moyen de vaches laitières dans les fermes françaises. On est très loin du fantasme des exploitations laitières industrielles concentrant des milliers d’animaux ! Dans ces exploitations à taille humaine, souvent familiales, la taille modeste des troupeaux permet aux éleveurs de connaître chacune de leurs vaches et d’assurer jour après jour leur bien-être.

112 242
C’est la quantité de beurre, en tonnes, fabriquée en Basse-Normandie, ce qui fait de cette région, et de loin, la première région productrice de beurre en France. La Bretagne lui emboîte le pas (89 440 tonnes), puis c’est le tour des Pays de la Loire (53 064 tonnes). La Normandie reste ainsi le « pays gras et savoureux en toute chose » que décrivait Froissart au XIVe siècle. Elle est aussi le fief d’un beurre français particulièrement célèbre et prestigieux, le beurre d’Isigny AOP.

25,9
C’est la quantité de fromage, en kilos par habitant, consommée par les Français. Les Européens l’apprécient particulièrement : Allemands (24,3 kg), Italiens ( 20,7 kg), Néerlandais (18,5 kg) et Tchèques (16 kg) devancent les Américains (15,4 kg).

17,3
C’est la quantité de lait, en kilos par habitant, consommée par… les Chinois ! Qui a dit que ces derniers ne connaissaient pas les produits laitiers ? C’est loin des 110 kg annuels des Australiens, mais étonnamment comparable aux 17,4 kg des Turcs. Depuis les années 1980, l’industrie laitière chinoise connaît en effet un essor exceptionnel. Aujourd’hui, la consommation de lait est encouragée par les pouvoirs publics et les jeunes générations s’y mettent de plus en plus, par exemple au petit-déjeuner.