derniers articles
  • 01-03
    Poisson à la meunière : la cuisine classique a tout bon !

    La plus célèbre manière de cuire la sole se prête à tous les poissons, aux noix de Saint-Jacques et même aux cuisses de grenouille.

  • 27-02
    10 idées d’accords entre fromages et miels

    Alors que le miel est à la mode et que les ruches se posent jusque sur les toits des immeubles urbains, jamais les mariages entre fromages et miels n’ont été aussi aboutis.

  • 24-02
    Quelle race de vache pour quel fromage AOP ?

    Grâce à la précision de leurs cahiers des charges, les AOP fromagères ont un impact direct sur la biodiversité des races d’élevage, préservant ainsi des races laitières spécifiques.

  • 22-02
    L’édition 2017 du Salon International de l’Agriculture commence samedi !

    La 54e édition du Salon International de l’Agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2017 à Paris Expo Porte de Versailles.

Voir toutes les actualités
Crème brûlée
Glucides
Lire la suite

Glucides

Les glucides constituent la principale source d’énergie rapidement utilisable de l’organisme. On distingue les glucides complexes (féculents, riz, pâtes, pain…) et les glucides simples (sucres, bonbons, confitures, produits sucrés…). Ils doivent représenter entre 50 et 55% de la ration alimentaire, avec une part plus importante accordée aux glucides complexes.

Le glucide principal du lait est le lactose. D’autres types de sucres sont également présents, mais à l’état de traces. Comme les autres glucides, le lactose est un « carburant » privilégié pour le cerveau et les muscles. Cependant il possède un avantage nutritionnel supplémentaire : il optimise la bonne utilisation du calcium laitier par l’organisme, en augmentant son absorption au niveau de l’intestin. Il favorise aussi l’assimilation des protéines laitières.

Le lactose est constitué de deux molécules : une de glucose et une de galactose. Lors de la digestion, il est scindé en deux par la lactase, une enzyme présente naturellement dans l’intestin (c’est cette lactase qui fait défaut dans les cas d’intolérance au lactose). Une fois séparés, le galactose et le glucose peuvent être assimilés par l’intestin. Le glucose est ensuite directement utilisé, tandis que le galactose est transformé par le foie en glucose puis en glycogène pour être mis en réserve.
Le glucose qui n’est pas brûlé par l’organisme est transformé en graisses pour servir de stock d’énergie. Dans le tube digestif, il aura de plus un effet prébiotique favorisant les populations de bifido et de lactobactéries par rapport aux flores de putréfaction.

Le lactose est présent dans le lait de tous les mammifères à des taux variables d’un animal à un autre, : le lait de vache en contient environ 5% et celui de femme 7 %. Quant aux produits laitiers ils peuvent avoir des concentrations variant jusqu’à 6% : les yaourts contiennent du lactose, mais il est en partie dégradé par les micro-organismes, les fromages et le beurre n’en contiennent que des traces.
Un litre de lait contient 48 grammes de glucides, essentiellement du lactose.

Certaines personnes supportent moins bien ce sucre particulier, mais il existe de nombreux moyens de profiter quand même des bienfaits des laitages.