Les vaches de A à V

La Béarnaise, une race bovine à préserver

. © OTGourette-Jantou. Photos issues de la photothèque du CDT Béarn Pays basque

Publié le 27.09.2011 , mis à jour le 26.07.2019

Race bovine typique des Pyrénées, la Béarnaise a failli disparaître avant d’être épargnée par un plan de sauvegarde. Aujourd’hui, si ses effectifs restent faibles, cette vache élégante peuple de nouveau les estives pyrénéennes grâce à la persévérance de quelques éleveurs.

Une vache sauvée in extremis

Malgré son renouveau, la Béarnaise reste l’une des races bovines les plus menacées de France. Elle figure en effet parmi les races à petits et très petits effectifs (dites parfois « races menacées » ou « races locales ») de l’Institut de l’Élevage. Originaire du Béarn, dans les Pyrénées atlantiques, elle fut presque décimée dans les années 1960 au profit de l’appellation « blonde d’Aquitaine », une race hybride créée par l’homme. A la fin des années 1970, il ne restait qu’une poignée d’éleveurs fabricant une « tomme » de montagne avec le lait de quelques Béarnaises. Grâce à leurs efforts et au programme de sauvegarde lancé au début des années 1980, la race fut sauvée de l’extinction. Aujourd’hui, on compte plus de 150 Béarnaises dans les Pyrénées et de plus en plus d’éleveurs sont séduits par cette race à forte dimension identitaire.

Élégante et intelligente

La Béarnaise est facilement reconnaissable à ses grandes cornes en forme de lyres. Sa robe est unie, d’une couleur « froment » plus ou moins claire. Cette élégance se combine avec une grande rusticité : parfaitement adaptée au milieu montagnard, c’est une vache résistante, vive et agile. Elle est également réputée très bonne mère, faisant toujours passer le bien-être de sa progéniture avant le sien. Pour ne rien gâcher, les éleveurs soulignent souvent son intelligence : elle reconnaît son monde et, les anciens, qui la surnommaient « pur-sang arabe de l’espèce bovine », racontent comment les troupeaux de Béarnaises étaient capables de faire fuir les ours en formant un cercle menaçant.

Des aptitudes mixtes

Aujourd’hui, les vaches béarnaises sont surtout utilisées pour la production de veaux blancs ou rosés, dont la viande est très appréciée pour sa finesse. Elles font toutefois partie des races dites mixtes. En effet, elles ont longtemps été exploitées pour leurs qualités laitières : si leur lactation est peu abondante, elle est régulière et peu sensible aux variations climatiques, une qualité précieuse dans les zones montagnardes. De la même manière, les mâles étaient utilisés pour le labour et la tractation. Ce n’est pas pour rien que la Béarnaise figure sur les armoiries du Béarn !

 

> D’autres portraits de vaches.

Tout savoir sur

Les vaches de A à V

Ferrandaise, Bordelaise, Rouge Flamande… En France, il existe 50 races bovines répertoriées, élevées principalement pour la production de lait ou de viande, voire des deux. Envie d'en connaître davantage sur ce ruminant ? Découvrez notre rubrique dédiée à la vache de A à V...

Le bien-être animal

Ça lui fait quoi une vache quand on lui prend son lait ?

Les vaches de A à V

Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

Le bien-être animal

Un hiver au chaud pour les vaches laitières

Les vaches de A à V

'On va voir les vaches ?' : 5 infos sur les vaches de montagne !

Les vaches de A à V

Quelle race de vache pour quel fromage AOP ?

Les vaches de A à V

Portrait de vache : la Ferrandaise

Les vaches de A à V

Portrait de vache : la Bordelaise

Les vaches de A à V

La traite des vaches pendant le Salon de l'Agriculture

Le bien-être animal

Comment trait-on les vaches ?

Les vaches de A à V

56 : le nombre moyen de vaches laitières par troupeau en France

L'environnement

Empreinte carbone : zoom sur les contributions de l’élevage

Comportements alimentaires

Le comportement des consommateurs

Le bien-être animal

Julien Lepeltier, éleveur : « Notre métier, c'est d'assurer le bien-être du troupeau »