filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 29-07
    Les secrets du lassi à l’indienne

    Il fait chaud ! Un moment idéal pour (re)découvrir le lassi, cette boisson traditionnelle indienne à base de produits laitiers. À la fois rafraîchissant, sain, rapide à préparer et bon marché, le lassi a tout bon.

  • 27-07
    Les 5 produits laitiers frais les plus riches en calcium

    Yaourt, fromage blanc, faisselle, petits-suisses ou desserts lactés : qui contient le plus de calcium ?

  • 22-07
    4 façons de déguster le café froid avec des produits laitiers

    Dès que la chaleur pointe son nez, rien de tel qu’un café glacé à tout moment de la journée. Ajoutez une touche gourmande et cosmopolite avec les produits laitiers !

  • 20-07
    Les vinaigrettes laitières

    Raffinées, onctueuses ou légères, des vinaigrettes qui changent !

  • 15-07
    Barbecue, plancha et produits laitiers : miam, c’est l’été !

    Marinades, sauces légères, fromages parfumés, beurres aromatisés aux saveurs des beaux jours, cheeseburgers… : les produits laitiers sont de véritables alliés de la cuisine de l’été.

  • 13-07
    Les fromages passent au gril

    Cinq idées pour renouveler le barbecue.

  • 10-07
    La ferme laitière « bas carbone » lauréate du concours My positive impact

    Le projet de ferme laitière « bas carbone » est arrivé en 4ème position du concours My positive impact organisé par la Fondation Nicolas Hulot. Une preuve de l’engagement de la filière laitière en faveur du climat et de sa détermination à réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025. Une filière laitière […]

  • 08-07
    Quand les briques de lait se transforment en mobilier urbain

    C’est le concept « Made in France » développé par l’entreprise Signal Concept.

Voir toutes les actualités
Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
Elevage et territoire
-

Profession, éleveur : Gérard Guyot

Le bien-être animal avant tout !

guyot01

Pour cet éleveur installé dans le Jura, rien de tel que des bêtes heureuses et en bonne santé pour produire un lait de qualité et en quantité. Rencontre au pays du comté.

En quoi consiste votre métier d’éleveur ?
Gérard Guyot : Avec mon épouse, j’élève une trentaine de vaches de race montbéliarde dans le département du Doubs. Leur lait est destiné à la fabrication de comté AOP. C’est de ce fromage que je tire l’essentiel de mes revenus : avec une vingtaine d’autres éleveurs, je fais partie d’une fruitière à comté, c’est-à-dire une fromagerie organisée en coopérative. C’est elle qui récupère le lait et le transforme. En période de pointe, les fromagers produisent jusqu’à cinquante meules par jour ! Une fois fabriqué, le comté reste un mois ici, puis il part chez un affineur pendant cinq mois. Il est ensuite classé en fonction de sa qualité, ce qui détermine le prix auquel l’affineur va nous acheter chaque meule. Je tire des revenus complémentaires de la vente de génisses à l’étranger.

Concrètement, comment se déroulent vos journées ?
G.G. : Le matin, dès le lever, nous donnons à manger aux bêtes et nettoyons les étables. Nous procédons alors à la première traite, vers 7 heures. Nous nourrissons ensuite les veaux, récurons la machine à traire et organisons nos activités en fonction de la saison. À partir de mi-mai, par exemple, la fenaison commence : nous fauchons l’herbe au sein de nos 76 hectares de prairies naturelles, nous la faisons sécher et nous réunissons le foin ainsi obtenu en gros rouleaux. C’est une nourriture saine et naturelle pour l’hiver, quand les troupeaux ne peuvent plus pâturer et qu’ils sont à l’étable. L’entretien de l’exploitation couvre également une grosse partie de nos journées. Vers 18 heures, nous procédons à la deuxième traite de la journée. Nous nettoyons de nouveau puis nous préparons la paille afin d’assurer aux bêtes un lit confortable pour la nuit.

En somme, vous bordez vos vaches !
G.G. : Bien sûr. Pour les éleveurs, le bien-être des bêtes est essentiel : nous vivons avec elles sept jours sur sept et tous nos veaux ont un nom. J’adhère d’ailleurs à la Charte des bonnes pratiques d’élevage qui, depuis sa création en 1999, aide les éleveurs à produire un lait d’une qualité irréprochable tout en préservant le bien-être animal. J’ai également suivi une formation d’éleveur-infirmier auprès d’un vétérinaire pour apprendre à mieux observer les animaux. Si une vache est isolée dans le troupeau, c’est qu’elle a un souci. Nous essayons de faire de la prévention avec de l’homéopathie et de la phytothérapie, mais, si elle tombe malade malgré tout, nous appelons bien sûr le vétérinaire. Autre intervenant qui nous rend visite régulièrement : le pareur, qui taille les ongles des vaches pour leur éviter des souffrances inutiles.

Vous donnez l’impression qu’il s’agit surtout d’anticiper les problèmes.
G.G. : C’est tout à fait ça. De toute façon, si la vache est stressée, malade ou mal nourrie, l’éleveur est perdant : la qualité du lait est moins bonne car les protéines et les matières grasses qui permettent de fabriquer le comté diminuent. Or, le cahier des charges de l’AOP comté est très strict. Dans le même ordre d’idées, nous respectons au maximum les traditions des anciens, en travaillant par exemple avec un calendrier lunaire basé sur les phases de la lune (nouvelle lune, premier croissant, pleine lune, etc.). En effet, celle-ci a une influence évidente sur les marées, alors pourquoi pas sur les cultures et les animaux ? Ainsi, nous avons remarqué que certains jours, selon la position de la lune, les bêtes sont plus énervées que d’autres. Pour les déplacer ou les sortir, nous choisissons de préférence les jours calmes ! Notre objectif est d’être en phase avec la nature : c’est mieux pour les vaches et c’est mieux pour les éleveurs.

Plus d'articles

Mots clés

rougeflamande-bando
article précédent
Portrait de vache : la Rouge flamande

Portrait de vache : la Rouge flamande

Bienvenue chez les ch’tis !

Figurant parmi les meilleures productrices laitières en France, cette belle vache est à l’origine de grandes spécialités fromagères. Petit voyage dans le Nord.

La reine des fromages du Nord

Rouge Flamande par Florent PiedannaFromage de Bergues, maroilles (AOP), mimolette, mont des Cats… : autant de fromages célèbres fabriqués à partir de lait de Rouge flamande. Cette vache au pelage brun acajou profond, presque uniforme, fournit en effet un lait abondant (6 600 kg de lait par lactation en moyenne) et surtout très riche en protéines : l’idéal pour la fabrication fromagère. Au Salon Agricole de Paris de 1935, une Rouge flamande prénommée « Victorieuse » fut la première vache française à franchir la barre des 10 000 kg de lait dans une seule lactation ! Elle est également dotée de qualités très recherchées par les éleveurs : facilité de vêlage, solidité et longévité.

Une vraie ch’ti !

Aujourd’hui, on la trouve principalement dans le Nord-Pas-de-Calais, mais elle est aussi présente dans quelques élevages de la Somme, des Ardennes et de la Normandie. Originaire d’Europe du Nord, elle figure parmi les races les plus anciennes de France (son « herd-book », registre généalogique, a été créé en 1886). Au début du XXe siècle, le cheptel était très important, mais il a fortement décliné sous les coups des deux guerres et de la réduction du nombre de races après la Deuxième Guerre mondiale. Grâce à un plan de sauvegarde lancé en 1977, l’effectif est aujourd’hui stabilisé autour de 3000 bêtes, même si les croisements se sont banalisés (on ne trouve quasiment plus de Rouges flamandes à l’état pur). Depuis une vingtaine d’année, le Centre régional de ressources génétiques de Villeneuve d’Ascq s’attelle ainsi à les sauvegarder et à travailler avec les éleveurs à des débouchés économiques.

Le saviez-vous ?

La Rouge flamande est aussi bien un nom donné à une vache laitière qu’à… une bière du Nord ! On la reconnaît à son étiquette rouge ornée d’une tête de vache. À déguster avec des fromages du Nord (avec modération).

> Contact : Union Rouge Flamande – Maison de l’élevage du Nord
140 Boulevard de la Liberté – 59013 Lille Cedex
Tel : +33 (0)3 20 88 67 44 – courriel : maison.elevage.nord@wanadoo.fr

> Découvrir d’autres portraits de vaches.

Crédit photo : Florent Piedanna

terre-elevage-bando
article suivant
La ferme se déplace au Salon de l’Agriculture !

La ferme se déplace au Salon de l’Agriculture !

Du 25 février au 4 mars 2012, découvrez en famille le stand « Terre d’élevage, Terre durable ».

Depuis bientôt 50 ans, le Salon de l’Agriculture constitue l’un des grands événements du début d’année. Pour cette 49e édition, qui se tient porte de Versailles du 25 février au 4 mars 2012, découvrez en famille le stand « Terre d’élevage, Terre durable ».

Une ferme grandeur nature pour tout savoir sur l’élevage et les produits laitiers

Au cœur du Hall 1 (allée K – stand n°71/72), le stand « Terre d’élevage, terre durable » est le rendez-vous incontournable pour découvrir, en famille, les pratiques d’élevage des filières viande et lait. Axé sur l’agriculture durable, le stand invite le public à partir à la rencontre des éleveurs pour mieux comprendre leur quotidien auprès des animaux. Le clou du stand ? La salle de traite : une vache grandeur nature et du vrai matériel de traite, comme si on y était ! Mais surtout, un duo éleveur laitier-animateur pour comprendre ce moment si important dans la journée d’une vache : pourquoi faut-il désinfecter le trayon ? Comment l’éleveur juge-t-il de la santé de la vache ? Comment peut-on récupérer la chaleur du lait ?

Une ferme grandeur nature

Par ailleurs, cette année encore, de nombreuses animations sont offertes aux visiteurs :

  • La reconstitution d’une ferme où le public peut visiter la nurserie.
  • La salle de traite.
  • Le jeu « Tour d’horizon de l’élevage » pour partir à la découverte de l’élevage et en savoir plus sur l’alimentation animale, les cultures et prairies ou l’habitat des animaux d’élevage.
  • Le tracteur sur lequel les enfants peuvent se faire prendre en photo.
  • Les « prés » pour découvrir les races bovines, ovines et caprines.
  • Le jeu de l’alimentation pour tout connaître sur ce que mangent les vaches.
  • Le ring « En direct des métiers » où se succèdent présentations d’animaux, témoignages de professionnels et démonstrations en direct de leur savoir-faire (tonte des moutons, chiens de troupeaux, etc.).

TV Agri sur le stand Terre d’élevage, Terre durable

Enfin, toujours sur le stand « Terre d’élevage, Terre durable », le plateau de TV Agri organise chaque jour, jusqu’au mercredi 29 février, des débats menés par un journaliste en présence d’experts, de représentants d’associations et d’éleveurs. Journalistes et visiteurs du salon sont également invités à participer à des échanges thématiques sur des questions sociétales autour de l’élevage durable.

Petits et grands peuvent ainsi découvrir comment, au fil des jours et des saisons, sont élevés les vaches, veaux, brebis, agneaux et chèvres qui nous nourrissent de leur lait et de leur viande. Pour évoquer les métiers de l’élevage, les professionnels se tiennent à leur entière disposition !

Le stand « Terre d’élevage, Terre durable » est organisé par l’Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes (INTERBEV – Viandes) et le Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière (CNIEL – Les Produits Laitiers), avec la participation de la Confédération Nationale de l’Elevage (CNE) et de FranceAgriMer.

Informations pratiques :
Salon International de l’Agriculture
Paris Porte de Versailles
1 place de la Porte de Versailles – 75015 Paris
Du 25 février au 4 mars 2012 – De 9h00 à 19h00
Nocturne, le vendredi 2 mars jusqu’à 23h00

Le stand « Terre d’élevage, terre durable » se tient dans le hall 1 – allée K – stand n°71/72, à proximité du stand « Les Produits Laitiers ».

A lire également :

> Rendez-vous au Salon de l’Agriculture !

> La plus interactive des chasses aux trésors au Salon de l’Agriculture