filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 27-03
    Le yaourt en mode salé

    Léger, frais et polyvalent, le yaourt se cuisine à toutes les sauces.

  • 24-03
    Les fromages de lactosérum : rien ne se perd, tout se transforme !

    Brocciu AOP, brousse, pérac, recuite… : ces fromages ont pour point commun d’être élaborés avec du petit-lait ou lactosérum issu de la fabrication d’un premier fromage.

  • 22-03
    Le beurre dans tous ses états

    Une histoire d’émulsion et de températures.

  • 20-03
    Des fraises pour célébrer le printemps

    Les meilleurs alliés des fraises ? Les produits laitiers !

Voir toutes les actualités
Elevage et territoire
-

Comment trait-on les vaches ?

À la ferme ou en montage, la production de lait commence par la traite.

Traite des vaches

L’image du fermier assis sur un tabouret, avec un seau à proximité pour recueillir le lait, est aujourd’hui dépassée ! C’est toujours l’éleveur qui se charge de la traite, mais avec l’aide d’une machine à traire ou d’un robot.

C’est fait comment, une vache ?

Comme tous les mammifères femelles, les vaches produisent du lait. Mais pour ce faire, elles doivent d’abord donner naissance à un veau (on appelle « génisses » les jeunes vaches qui n’ont pas encore vêlé). C’est ce qui déclenche la production de lait dans le pis (ou mamelle) qui est constitué de 4 « quartiers » terminés par 4 « trayons ».

La traite a lieu deux fois par jour, matin et soir, chaque jour de l’année. C’est un moment que les vaches apprécient car cela soulage leur mamelle remplie de lait.

Lumière sur la machine à traire

La machine à traire permet de traire les vaches d’une manière hygiénique, efficace et indolore. Elle peut être utilisée de différentes manières :

  • Elle est installée dans une salle exclusivement dédiée à cet usage, appelée salle de traite. Les vaches s’y rendent, accompagnées des éleveurs, pour « donner leur lait ».
  • Elle est conçue de manière à optimiser le bien-être des animaux et le confort des éleveurs, qui trouvent là un lieu de rencontre privilégié. Elle permet aussi d’assurer une hygiène optimale de la traite ; c’est fondamental pour assurer la qualité du lait qui est un produit fragile.
  • Dans certaines petites fermes, par exemple en Franche-Comté, la machine à traire est parfois installée dans l’étable.
  • En montagne, quand les troupeaux pâturent en alpage, les éleveurs utilisent des machines à traire mobiles : le système est toujours mécanisé, mais c’est lui qui va aux vaches et non l’inverse.
  • Certains éleveurs sont équipés d’un robot de traite : le processus de la traite y est entièrement automatisé. Chaque vache, qui décide d’entrer dans la loge du robot à son rythme (entre 2 et 3 fois par 24 h), est reconnue grâce à un collier électronique et traite selon ses besoins. L’éleveur observe régulièrement ses vaches et analyse attentivement les données fournies par le robot, afin de le régler en fonction des spécificités de chaque animal (lire l’interview de François Patte pour en savoir plus).

Les différentes étapes de la traite

  1. Les trayons de la vache sont nettoyés afin d’être propres et secs ; différentes techniques existent.
  2. Une traite manuelle des premiers jets permet de vérifier que le lait est d’aspect normal et qu’il n’y a pas de blessure au trayon.
  3. Les manchons trayeurs sont positionnés en douceur sur les trayons. Un système de pulsation et de vide adapté permet alors de récolter le lait qui coule facilement.
  4. Quand il n’y a plus de lait dans la mamelle, les manchons se décrochent automatiquement ou c’est l’éleveur qui les retire (au préalable, il a vérifié l’état de la mamelle).
  5. Une pommade appelée produit cosmétique peut être appliqué après la traite pour protéger les trayons des agressions extérieures (pluie, vent…). Les vaches sortent de la salle de traite et vont se reposer ou pâturer au pré quand la météo le permet. De l’eau est disponible à volonté pour leur permettre de s’hydrater.
  6. Le matériel de traite et le local de traite sont nettoyés systématiquement et consciencieusement après chaque traite.
  7. Le lait, qui a donc été recueilli dans des conditions d’hygiène strictes, suit enfin son parcours habituel : il est immédiatement conduit, à travers des tuyaux, vers de grandes cuves réfrigérées, avant d’être acheminé par camion réfrigéré jusqu’à la laiterie où il fait l’objet de nouveaux contrôles.

Télécharger notre infographie

Plus d'articles

Mots clés