Ski : les vaches au service de votre glisse !

Publié le 04.02.2019 , mis à jour le 28.05.2019

Si les vaches de montagne ont rejoint l’étable alors que vous dévalez les pentes enneigées, elles n’en sont pas moins étrangères à la qualité de votre glisse.

Sans le pâturage d’été, pas de paysages ouverts ni de pistes bien dessinées. Et l’hiver venu, les éleveurs prennent le relais auprès des vacanciers en chaussant les skis. Direction : les stations !

L’importance des pâturages d’été pour fixer la neige en hiver

Et si la qualité de votre glisse hivernale se préparait dès l’été ? Les vaches qui à la belle saison s’installent dans les pâturages d’altitude, participent en effet à l’entretien des pistes et des parcours en montagne.

Comment ? En broutant, elles permettent de maintenir une herbe courte qui fixera mieux la neige et limitera le risque d’avalanche.

Ce faisant, elles valorisent aussi des terres souvent peu productives, contribuent à maintenir des espaces ouverts et à diversifier ces paysages de montagne que l’on aime tant admirer depuis les sommets…

Mais ce lien méconnu entre vaches et ski se noue aussi au niveau des éleveurs ! Ces derniers sont en effet nombreux à rejoindre les stations en hiver et à mettre leur connaissance du terrain au service des vacanciers.

Un troupeau de vaches en montagne participe à l’entretien des pistes de ski
© F.JOLY/CNIEL

La double vie des éleveurs en hiver : moniteurs, pisteurs, perchistes

La proximité des stations de ski et la spécificité de leur métier soumis au rythme des saison a très tôt permis aux éleveurs d’exercer une double activité.

Si l’été, ils mènent leur troupeau à l’alpage et préparent les foins, l’hiver ils rentrent les vaches à l’étable et le rythme de leur journée de travail s’en trouve concentré le matin et le soir. Ce qui leur permet de travailler sur les pistes en journée.

Essentiellement lié au tourisme, ce second métier de moniteurpisteur, perchiste ou secouriste procure un revenu complémentaire en saison hivernale : un apport bienvenu dans les exploitations laitières de montagne, souvent de taille modeste et aux coûts de production-collecte de lait supérieurs à leurs voisines situées en plaine.

Après avoir dévalé les pistes et parlé montagne avec votre moniteur-éleveur, quoi de mieux que de déguster en soirée un bon fromage au lait de montagne ?

Abondance, reblochon, munster, saint-nectaire ou comté sont à portée de papilles dans les boutiques à la ferme, chez les fromagers et restaurateurs locaux…

 

D’ailleurs, avez-vous déjà prévu les menus de votre semaine au ski ? Découvrez notre proposition « 7 jours de ski, 7 spécialités locales » !

Ma reconversion fromager : interview de Paul Zindy, fromager urbain

Question (pas) bête : pourquoi y a-t-il des plaques vertes sur le comté ?

Tourisme : découvrir la Divine Fromagerie à Illoud, pour tout savoir sur le fromage