A la une

derniers articles
  • 24-03
    Les fromages de lactosérum : rien ne se perd, tout se transforme !

    Brocciu AOP, brousse, pérac, recuite… : ces fromages ont pour point commun d’être élaborés avec du petit-lait ou lactosérum issu de la fabrication d’un premier fromage.

  • 22-03
    Le beurre dans tous ses états

    Une histoire d’émulsion et de températures.

  • 20-03
    Des fraises pour célébrer le printemps

    Les meilleurs alliés des fraises ? Les produits laitiers !

  • 17-03
    Et un Irish coffee pour la Saint-Patrick !

    Nos conseils pour réussir l’un des fleurons de la gourmandise irlandaise.

Voir toutes les actualités
Cuisine et Recettes
-

Et un Irish coffee pour la Saint-Patrick !

Nos conseils pour réussir l’un des fleurons de la gourmandise irlandaise.

Irish coffee

C’est la Saint-Patrick ! L’occasion d’organiser une dégustation fromages et bières, ou, si la météo est encore fraîche, de déguster le plus célèbre des cocktails laitiers chauds, l’Irish coffee. Celui-ci marie harmonieusement l’amertume du café, la douceur du sucre, la force du whisky et la suavité de la crème.

Les ingrédients

  • Du whisky : Irlande oblige, on parle plus volontiers de whiskey, mais ça fonctionne avec n’importe quel whisky. On compte 50 à 100 ml de whisky pour 200 ml de café, et pour un « French coffee », rien n’empêche d’utiliser du cognac ou de l’armagnac.
  • Du sucre : il peut être en poudre ou liquide (sirop de canne). Pour apporter des arômes plus complexes, les sucres non raffinés que l’on trouve facilement en bio (muscovado, rapadura…) sont particulièrement intéressants.
  • Du café : il ne doit pas être trop fort pour éviter d’atténuer la douceur du cocktail, ce qui implique donc d’opter pour un bon café filtre ou un expresso allongé.
  • De la crème : liquide, impérativement entière et très froide, elle peut être versée telle quelle sur le cocktail ou préalablement montée en crème fouettée (si elle est sucrée, c’est alors de la chantilly).

Comment réussir l’Irish coffee ?

  • Préparer le café et le réserver au chaud.
  • Réunir le whisky et le sucre dans une petite casserole. Faire doucement chauffer en remuant, juste le temps de dissoudre le sucre, sans porter à ébullition. Verser ce whisky sucré dans un grand verre épais, préalablement rincé à l’eau chaude pour éviter le choc thermique avec le liquide brûlant.
  • Ajouter le café chaud. Pour que whisky et café forment des couches distinctes – ce n’est pas obligatoire mais c’est joli ! – il suffit de plier une petite cuillère en « L », côté bombé à l’intérieur, et de la placer à la surface du whisky : le café versé sur le dos de la cuillère est ainsi amorti.
  • La même technique peut être utilisée pour verser la crème bien froide, mais le plus simple reste encore de napper le cocktail de crème fouettée. Les plus gourmands terminent par un voile de cacao amer ou de noix muscade râpée.

La petite histoire de l’Irish coffee

Selon la légende, l’Irish coffee aurait été inventé pendant un hiver des années 1940, alors que des voyageurs américains débarquèrent en Irlande, plus exactement à Foynes, épuisés et frigorifiés après un voyage transatlantique en hydravion. Un chef, Joseph Sheridan ajouta du whiskey dans le café pour les revigorer – et peut-être déjà de la crème, la verte Irlande étant un grand pays laitier. La boisson devint alors une spécialité de l’aéroport donnant sur le fleuve Shannon. Au début des années 1950, un journaliste américain demanda vraisemblablement au propriétaire du bar Buena Vista Club, à San Francisco, de reproduire la recette. Le destin du cocktail culte était scellé !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Crédit photo : By Marler (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons. 

Plus d'articles

Mots clés