A la une

derniers articles
  • 10-11
    Le tour de main de la semaine : nacrer !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire “Nacrer” et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef !   Pour nacrer du riz… …Vous faites revenir – sans coloration – du riz non lavé dans une matière grasse (par exemple, du beurre fondu ou de l’huile d’olive), […]

  • 09-11
    5 astuces pour équilibrer bons repas et petit budget

    Manger bien et sainement avec un petit budget relève parfois d’une équation difficile. Pour vous aider à optimiser vos courses sans rogner sur l’équilibre alimentaire de vos repas, les produits de base se conjuguent à une attitude anti-gaspi. Découvrez 5 astuces pour faire rimer recettes économiques et plaisir en cuisine !   1. Je valorise les […]

  • 03-11
    Le tour de main de la semaine : pommader !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire “Pommader” et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef !   Pour pommader du beurre… …Vous allez travailler votre beurre doux ou ½ sel de manière à obtenir une texture de “pommade”. Vous pouvez ajouter à cette préparation des […]

  • 02-11
    3 recettes pour renouer avec les légumes anciens

    Regretter l’été et ses légumes du soleil ? Quelle idée ! L’automne s’installe en cuisine avec son petit lot de recettes rares, mais réconfortantes aux légumes anciens souvent méconnus. Purée de panais–ricotta, poêlée de cardons sauce lait-citron et pâtissons farcis : actualisez vos menus d’automne avec ces légumes oubliés !   Légumes anciens : de la nouveauté en cuisine ? […]

Voir toutes les actualités
Cuisine et Recettes
-

Légumes oubliés et produits laitiers

Gratin de légumes oubliés au fromage

On les appelle aussi légumes anciens car cela fait désormais quelques années qu’on les a retrouvés ! Sublimez panais, topinambour, crosnes et salsifis grâce aux produits laitiers.

Le panais

  • Carte d’identité : on redécouvre avec bonheur ce tubercule au petit goût sucré et terreux, cousin de la carotte, très prisé par les Britanniques. Pour profiter de sa saveur subtile, on le choisit impérativement ultra frais.
  • En cuisine : associé avec des pommes acidulées et de la crème fraîche, le panais se transforme en sublime velouté. En purée, il aime la compagnie des pommes de terre, des patates douces, des carottes et de la courge, à accommoder avec avec le trio lait chaud + beurre + fromage râpé ainsi que des aromates (ail, noix muscade, persil).

Le topinambour

  • Carte d’identité : son statut d’ingrédient providentiel pendant la Deuxième Guerre mondiale lui a valu d’être boudé pendant un demi-siècle. Il fait un retour en force et c’est tant mieux : son goût subtil d’artichaut (en anglais, on l’appelle « artichaut de Jérusalem ») et de noisette reste un enchantement pour les papilles.
  • En cuisine : cuit dans du lait avec et mixé, le topinambour compose un velouté raffiné que l’on agrémente de copeaux de foie gras ou de fromage bleu. Précuit à l’eau, il se coupe en tranches que l’on fait dorer dans du beurre pour accompagner une volaille. Il se glisse enfin dans d’originaux petits soufflés.

Le salsifis

  • Carte d’identité : hélas, on le connaît surtout dans sa version en conserve, qui dénature irrémédiablement son goût délicat et sa texture fondante. Pourtant, quand le salsifis est frais, quel délice ! Le bon plan : les salsifis surgelés, qui évitent la corvée quelque peu fastidieuse de l’épluchage.
  • En cuisine : après avoir été cuits à la vapeur puis sautés dans du beurre, les salsifis escortent n’importe quel morceau de canard frais ou confit, ou encore un poulet rôti. En soupe, ils se marient avec de la crème et des fines herbes. Pour un gratin, ils se cuisent à l’eau avant d’être nappés d’une béchamel au fromage ; un passage sous le gril et le tour est joué.

Les crosnes

  • Carte d’identité : ces tubercules en forme de spirales, à la saveur fine, délicate et légèrement sucrée, se situent entre le topinambour et le salsifis. Après la récolte, ils ne traînent pas : ils doivent être rapidement cuisinés.
  • En cuisine : roulés dans un torchon avec du gros sel puis rincés, les crosnes sont précuits quelques minutes à la vapeur ou dans de l’eau bouillante salée avant d’être accommodés. Ils sont délicieux étuvés dans du beurre à feu doux pour accompagner une viande blanche. On peut aussi, après ce passage au beurre, les faire mijoter quelques instants avec de la crème avant de les saupoudrer de persil ciselé.

Crédit photo : A. Beauvais – F. Hamel / CERCLES CULINAIRES DE FRANCE.

A lire également

Plus d'articles

Mots clés