filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Elevage et territoire
-

Un hiver au chaud pour les vaches laitières

Des vaches à l’étable

Comme tous les mammifères, les vaches ont besoin de maintenir leur température corporelle à un niveau constant. Que se passe-t-il en hiver lorsque le froid fait son apparition ? Comment éviter que la chute des températures n’ait un impact sur leur bien-être et leur productivité ? Découvrez les gestes préventifs des éleveurs.

 

La sensibilité des vaches au froid

En France, les races de vaches sont adaptées à nos climats. Si certaines sont plus résistantes au froid – comme la Tarentaise, la Montbéliarde ou l’Abondance de manière générale entre -5 ° et +25 °C, dite zone thermoneutre, ces animaux massifs maintiennent leur température corporelle aux alentours de 38 °C, sans dépenser plus d’énergie pour se réchauffer ou se refroidir.

Comme de nombreux animaux, les vaches développent des systèmes d’adaptation au froid à l’arrivée de l’hiver : un pelage plus épais, une couche de gras isolante et un métabolisme plus sollicité, donc des besoins en nourriture plus importants.

Toutefois, en dessous de -5 °C, la vache va commencer à puiser dans ses réserves pour se réchauffer : elle peut donc être amenée à perdre du poids, ce qui peut affecter son bien-être et donc sa production de lait. Un contexte où l’éleveur redouble de vigilance.

 

Les bonnes pratiques pour garder les vaches au chaud

Veau dans une nicheEn hiver, lorsqu’il fait froid, les vaches sont rentrées à l’étable. Elles redoutent les basses températures mais aussi les courants d’air. L’éleveur veille donc à les en préserver avec une aération étudiée pour évacuer l’humidité de l’étable, mais sans créer de courants d’air. Il prend aussi garde à ce que la litière à base de paille et changée très régulièrement soit toujours sèche et disponible en quantité suffisante.

La robe des vaches doit elle aussi demeurer propre, car un pelage mouillé perd de son pouvoir isolant. Au besoin, l’éleveur procède à une légère tonte sur le dessus du dos de l’animal pour faciliter l’évaporation de l’humidité issue de la transpiration.

Enfin, l’éleveur adapte aussi l’alimentation de ses vaches en fonction des besoins accrus de l’animal.

Des mesures spécifiques pour protéger les animaux les plus fragiles

Les animaux jeunes, veaux et génisses, ont besoin de davantage de protection que leurs aînés. Leur plus grande fragilité impose des mesures spécifiques. Les éleveurs ont alors à leur disposition des systèmes adaptés, comme des couvertures pour bovins, des lampes chauffantes, des rideaux de stalle (rideaux à lamelles qui aident à réguler l’entrée d’air dans l’étable), voire des logettes (espaces de repos dédiés à une vache) et abreuvoirs chauffés qui leur fournissent un confort rehaussé durant les périodes de grand froid.

 

Observer, connaître et prendre soin de ses animaux est le quotidien de l’éleveur Julien Lepeltier. Découvrez son interview et son crédo : « Notre métier c’est d’assurer le bien-être du troupeau »

A lire également

Plus d'articles

Mots clés