Les vaches de A à V

Portrait de vache : la Normande

Publié le 21.03.2011 , mis à jour le 20.05.2019

Emblème vivant de la Normandie, la vache normande donne un lait d’excellente qualité avec lequel on fabrique le camembert et les autres AOC laitières de Normandie. Rencontre avec une belle polyvalente.

Une race bovine qui compte

 

Issue de la fusion progressive de trois races anciennes de Normandie – Cotentine, Augeronne et Cauchoise –, la vache Normande serait née en France au XIXe siècle, et non sur les terres médiévales des Vikings comme on le dit parfois. Elle figure, avec la Holstein et la Montbéliarde, dans le top 3 des vaches laitières françaises. Elle est très appréciée des éleveurs : calme, solide et capable de valoriser les fourrages grossiers, cette race de plein air présente aussi un excellent taux de fertilité et une grande facilité de vêlage.

 

En France, elle est surtout présente dans le Grand Ouest (Normandie bien sûr, mais aussi Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes). Grâce à ses capacités d’adaptation, elle est exportée depuis la fin du XIXe siècle en Amérique du Sud, en Europe, aux États-Unis, en Australie et même au Japon.

 

Une véritable coquette

 

Vache de taille moyenne, la Normande est affublée de « lunettes » caractéristiques, plus exactement de tâches colorées qui entourent ses yeux. Sa robe possède trois couleurs : blanc, marron et presque noir. Selon la couleur qui domine, la vache est dite :

 

  • caille (blanche avec des petites taches colorées éparses) ;
  • blonde (une grande tache rouge ne couvrant pas le ventre qui, lui, reste blanc) ;
  • bringée (une grande tache plus ou moins noire couvrant la plupart du corps, le ventre demeurant blanc).

 

Une race parfaitement mixte

 

Dernière caractéristique de la Normande : sa mixité. Elle est en effet aussi bonne laitière que bouchère. Son lait, très riche en matières grasses et en protéines, est particulièrement bien adapté à la transformation fromagère. C’est grâce à lui que l’on déguste les fameux camembert, livarot, pont-l’évêque et neufchâtel, mais aussi les délicieux beurre et crème d’Isigny. Sa viande est, quant à elle, fondante et persillée. Une vache qui a tout bon !

 

> Consulter le site de l’organisme de sélection et de promotion de la vache normande.
> Découvrir d’autres portraits de vaches.

 

Crédits photos : P.BOURGAULT / C.AUBRY / CNIEL

Tout savoir sur

Les vaches de A à V

Le bien-être animal

Ça lui fait quoi une vache quand on lui prend son lait ?

Les vaches de A à V

Appeler ses vaches : et si on changeait, en 2019 ?

Le bien-être animal

Un hiver au chaud pour les vaches laitières

Les vaches de A à V

'On va voir les vaches ?' : 5 infos sur les vaches de montagne !

Les vaches de A à V

Quelle race de vache pour quel fromage AOP ?

Les vaches de A à V

Portrait de vache : la Ferrandaise

Les vaches de A à V

Portrait de vache : la Bordelaise

Les vaches de A à V

La traite des vaches pendant le Salon de l'Agriculture

Le bien-être animal

Comment trait-on les vaches ?

Les vaches de A à V

56 : le nombre moyen de vaches laitières par troupeau en France

Ma reconversion fromager : interview de Paul Zindy, fromager urbain

Question (pas) bête : pourquoi y a-t-il des plaques vertes sur le comté ?

Tourisme : découvrir la Divine Fromagerie à Illoud, pour tout savoir sur le fromage