A la une

derniers articles
  • 10-12
    Wishlist de Noël : 5 idées de cadeau pour les fans de fromages

    Que ce soit côté cuisine, culture ou sorties, les occasions de (re)découvrir le fromage se multiplient, et se diversifient : parfait pour actualiser la liste de Noël d’un amateur de trésors lactés. Florilège de bonnes idées pour surprendre vos proches, curieux ou fins connaisseurs !         1. Le cadeau qui change et qui dure : la box à […]

  • 01-12
    Le tour de main de la semaine : clarifier !

    Découvrez quel geste précis se cache derrière le terme culinaire « Clarifier » et à vos tablier et toque pour le réaliser, chez vous, comme un chef.   Pour clarifier un beurre doux… …Vous le faites fondre  – idéalement au bain-marie pour éviter de brûler le beurre -, jusqu’à ce qu’il devienne liquide. À l’aide d’une écumoire, vous prélevez […]

  • 30-11
    S’initier à la caséologie, l’art de déguster le fromage

    Vous connaissiez l’œnologie ? Cap sur la caséologie… Derrière ce joli nom, se cache une tendance grandissante : celle de se former à la dégustation du fromage, cet autre pilier de la gastronomie française. Découvrez l’origine de ce savoir-faire, ses grands principes et surtout, les manières de vous y initier !   Petite histoire de la caséologie… […]

  • 26-11
    Collecte de lait : focus sur le métier de chauffeur ramasseur

    Sans lui, pas de collecte de lait ! Par tous les temps, par monts et par vaux, le chauffeur ramasseur laitier parcourt les routes au volant de son camion-citerne pour faire le tour des exploitations laitières. Un métier peu connu et qui compte aujourd’hui parmi les secteurs qui recrutent : intéressé ? On vous en dit plus sur […]

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

5 choses que vous ignoriez à propos… du yaourt

Entre histoire, probiotiques, masque de beauté, mini-voiture et collection insolite, le yaourt réserve encore des surprises.

Yaourts

Il est savoureux, sain et naturel, mais encore ?

1/ Il a guéri François Ier de troubles intestinaux.

En 1542, le roi François Ier avait de sérieux problèmes digestifs et aucun docteur ne trouvait de solution pour y remédier. Il se confia à son allié diplomatique Soliman le Magnifique, sultan de la dynastie ottomane dans l’actuelle Turquie. Celui-ci lui envoya un médecin qui lui conseilla une cure d’un lait fermenté courant dans son pays, le yaourt. Le roi fut guéri ! C’est à cette occasion que, dit-on, le yaourt fit sa première apparition dans notre pays.

2/ C’est un concentré naturel de probiotiques.

C’est sans doute ce qui a guéri les intestins de François Ier : en plus d’être le produit laitier frais le plus riche en calcium et d’aider à la digestion du lactose, le yaourt contient, dans chaque pot, 13 milliards de bactéries bénéfiques à la santé. Plus exactement, il s’agit de probiotiques, ces micro-organismes vivants – merci la fermentation – qui contribuent à l’équilibre intestinal du fameux microbiote, l’un des nouveaux eldorados de la médecine.

3/ C’est un ingrédient cosmétique 100 % naturel.

Les intestins l’adorent, mais la peau aussi : grâce à sa douceur et sa richesse nutritionnelle (eau, lipides, protéines, vitamines, acide lactique…), le yaourt se transforme aisément en masque adoucissant et exfoliant (mélanger avec du miel et éventuellement un peu de son d’avoine, appliquer sur le visage et laisser agir pendant 15 minutes, rincer).

4/ Un collectionneur de pots de yaourt est appelé un glacophile.

Une fois le yaourt mangé ou transformé en masque de beauté, vous jetez sûrement son pot. Eh bien sachez que les glacophiles, eux, en font des collections. Mais il est vrai que les pots en plastique ne les intéressent guère : ils préfèrent dénicher des pots anciens attestant de l’évolution des emballages (porcelaine, grès, verre, carton paraffiné…). Des passionnés en ont même fait un site : le yaourtophile (http://yaourtophile.free.fr).

4/ Le pot de yaourt désigne aussi… une voiture.

Dans ce cas, la collection nécessite un peu plus de place. L’expression « pot de yaourt » fut d’abord lancée pour qualifier l’Isetta, petit bijou de design automobile des années 1950. En Allemagne, son étonnante forme ovoïde lui valut le surnom d’ « œuf roulant », mais en France, on considéra que l’étendue de la surface vitrée et la portière frontale unique rappelaient plutôt un pot de yaourt. La dénomination fut également attribuée, plus tard, à la célèbre Fiat 500.

Plus d'articles

Mots clés