Les produits laitiers

Les produits laitiers

derniers articles
  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

  • 30-11
    Les livres à (s’)offrir à Noël

    Comme chaque année, retrouvez notre sélection de livres à déposer au pied du sapin de Noël.

  • 28-11
    Et si on faisait des spätzle ?

    Les pâtes fraîches aux œufs faciles et bon marché.

  • 25-11
    Question pas bête : d’où vient le mot fromage ?

    Une étymologie rappelant la fabrication du fromage.

Voir toutes les actualités
Les produits laitiers
-

L’innovation laitière en 2014 : gourmandise et naturalité au rendez-vous

Un secteur qui reste à la pointe de l’innovation.

Produits-laitiers-sous-le-signe-de-la-naturalité

Une fois encore, Mintel Group a analysé pour le CNIEL les nouveaux produits laitiers lancés en 2014 dans les grandes et moyennes surfaces de 49 pays. Découvrez les quelques grandes tendances qui montrent que la filière laitière ne finit jamais de se réinventer !

  • Laits et boissons lactées : en 2014, les boissons lactées permettent de prendre un petit-déjeuner sur le pouce grâce à l’inclusion de céréales et de graines. Elles élargissent aussi leur cible en intégrant le marché des boissons sportives et énergisantes, avec en particulier des laits enrichis en protéines et vitamines, idéales pour les sportifs en phase de récupération ou simplement les consommateurs en baisse de tonus. Autre grande tendance : les produits sans lactose, avec une offre de saveurs de plus en plus variée (café au lait, baies, glace au chocolat…).
  • Beurres : comme en 2013, les beurres aromatisés, qu’ils soient salés (tomates séchées, algues, truffe, citron et aneth, 3 poivres…) ou sucrés (miel, pépites de chocolat, cranberries…) ont la cote. Ils sont tartinables ou utilisables directement en cuisine, tout comme les beurres « hybrides », issus d’un mélange de beurre et d’huiles végétales et/ou d’un autre produit laitier tel que le yaourt. La naturalité reste aussi un axe d’innovation important, qui se couple en France avec une mise en avant de la tradition et des beurres de baratte artisanaux, parfois également bio.
  • Crèmes : comme dans la famille des beurres, les crèmes aromatisées sont de plus en plus fréquentes en Europe, avec des saveurs pour la plupart salées (fromage, poivre, citron, pesto, herbes aromatiques, oignons rôtis…) mais aussi parfois sucrées (vanille, chocolat, cerise…). Également en croissance, les allégations « allégé en matière grasse » et « sans lactose », ainsi que les crèmes gastronomiques ou professionnelles. En France, l’affirmation d’une provenance régionale est de plus en plus mise en avant, terroir oblige !
  • Fromages : ici aussi, les fromages aromatisés progressent, avec des saveurs plus originales et que les classiques fromages aux herbes (bacon et oignons, mangue et gingembre, poivre vert, sirop d’érable, olives, saumon..). Les marques tentent également de segmenter la consommation de fromage (fromages à cuisiner ou à griller pour remplacer la viande sur le barbecue, fromages s’adressant aux enfants…) et à l’étendre tout au long de la journée (petit-déjeuner, goûter…).
  • Fromages frais : l’allégation « allégé en matière grasse » cartonne, tout comme les produits aromatisés (passion, prune, truffe au chocolat, myrtille…). Mais la principale clé de l’innovation dans cette catégorie, c’est la naturalité, qui se présente sous la forme de produits biologiques ou se revendiquant artisanaux (fromage blanc ou frais bio, fromage blanc de campagne…). Certaines marques essaient aussi de rivaliser avec le gros succès de la classe des yaourts : le yaourt à la grecque.
  • Yaourts : le phénomène yaourt à la grecque continue en effet son expansion en 2014, notamment en Europe et en Amérique latine où ses qualités sont de mieux en mieux connues (riche en protéines, allégé en matière grasse). Autres hits : les yaourts « multi-compartiments », les yaourts à boire simples ou incluant des céréales et enfin le kéfir. Dans l’ensemble des gammes, les marques proposent de nouvelles saveurs plus travaillées et gourmandes en s’inspirant de desserts traditionnels (tartes, crumbles, moelleux, brownies, sablés…) ou en misant sur des saveurs exotiques (fruits tropicaux, saveurs à base de plantes…).
  • Desserts lactés : enfin, les marques proposent des recettes de plus en plus élaborées pour rivaliser avec les pâtisseries traditionnelles. Leur botte secrète ? Le chocolat, très présent, qui permet de jouer sur les textures (mousseux, croquant, fondant, intense, éclats…) et donne un aspect raffiné et gourmand. Autre best of 2014 : le cheesecake, revisité à l’international via de nouvelles saveurs (chocolat blanc, citrouille, expresso, fruits rouges…). En France, c’est toujours le style fermier et traditionnel qui tient le haut du pavé (flan pâtissier, riz ou semoule au lait, île flottante…), avec notamment la mention « aux œufs frais », gage de qualité et d’authenticité.

Vous trouverez bien votre bonheur parmi toutes ces nouveautés !

Plus d'articles

Mots clés

Époisses, cassis, popcorn caramélisé au vinaigre de Banyuls, gel de cassis, pousses de basilic
article précédent
Les produits laitiers à l’exposition universelle de Milan de 2015

Les produits laitiers à l’exposition universelle de Milan de 2015

Rendez-vous au Pavillon France.

L’exposition universelle de Milan 2015 sera lancée le 1er mai 2015 et durera jusqu’au 31 octobre, avec une présence multiple des produits laitiers. 144 pays du monde ont d’ores et déjà confirmé leur présence !

Une exposition universelle centrée sur l’alimentation

Avec pour thème « Nourrir la planète, énergie pour la vie », c’est la première fois qu’une exposition universelle est consacrée à l’alimentation, et plus exactement à une question essentielle : comment assurer à l’humanité toute entière une alimentation suffisante, saine et durable ? Le Pavillon France, étendu sur une surface de 3600 m² dont 2 000 m² bâtis, s’inspire des halles des marchés urbains pour refléter les traditions culinaires et agricoles françaises, tout en montrant le potentiel scientifique et technique de notre pays : la technologie et l’innovation ne sont pas contradictoires avec la production d’aliments de qualité, ni avec la préservation du goût et des traditions ! Les produits laitiers sont naturellement présents au sein du pavillon, à travers plusieurs espaces et animations mêlant contemplation et dégustation.

L’arche du lait

Un espace tout en caissons, formant une arche blanche dynamique constituée de 14 écrans haute définition : cet espace dédié aux produits laitiers propose une vision contemporaine et artistique du lait grâce au travail de la scénographe Clémence Farrell. Quotidiennement vu sous sa forme liquide, le lait est ici présenté comme un objet en mouvement : il perle, mousse, éclate en gouttes, sort de son statut parfois trop banalisé pour devenir un aliment empreint de vitalité, quitte la sphère de l’intime pour se partager, s’ouvre au plaisir à toutes les fantaisies créatives. Le pavillon est soutenu par un mur de mots du lait : cette fresque conçue par le duo Ich&Kar rend compte de la richesse sémantique et symbolique du lait. Les Français aiment tellement les produits laitiers qu’ils en parlent à toutes les sauces !

Le food truc Milk Factory

Les produits laitiers sont également présents à travers le food truck Milk Factory, un camion à manger éphémère avec vue sur le Pavillon France. Cette cantine créative, ouverte du 1er au 6 mai, du 14 au 20 mai puis du 18 juin au 1er juillet de 12 h 30 à 16 h 30, a pour objectif de faire connaître aux visiteurs la diversité des fromages français. Avec la collection « substitution du fromage et dessert », le talentueux candidat de l’émission Top Chef Valentin Néraudeau a en effet imaginé 8 associations inédites et gourmandes « fromage et fruits » et « fromage et légumes ». À déguster en échangeant sur le sujet avec Valentin !

> Le site officiel de l’exposition universelle de Milan : www.expo2015.fr.

Fougerus
article suivant
Question (pas) bête : y a-t-il des saisons pour le fromage ?

Question (pas) bête : y a-t-il des saisons pour le fromage ?

Du pâturage à l’assiette.

Plateau de fromages La notion de saisonnalité existe bel et bien dans l’univers des fromages artisanaux. Toutefois, elle ne recouvre pas le calendrier traditionnel des quatre saisons que l’on associe généralement aux fruits et aux légumes.

Oui…

En France, de nombreux fromages artisanaux sont encore fabriqués avec du lait cru, dont la saveur est intimement liée à l’ration alimentaire. Au printemps, celles-ci pâturent en plein air une herbe grasse et variée complétée par des fleurs sauvages. À la fin de l’été, les agapes reprennent avec le retour des pluies et le « regain » d’herbe grasse. Pendant la saison froide, en revanche, le repas des vaches se compose surtout de foin, de compléments et parfois d’ensilage.

Le lait cru n’a pas donc pas le même goût toute l’année. Preuve de son influence sur les fromages : ceux qui sont fabriqués avec le lait des beaux jours, marqué par la richesse en bêta-carotène de l’herbe fraîche, se parent d’une belle teinte dorée !

Certaines AOP fromagères restreignent d’ailleurs la période autorisée de production. Par exemple, le salers doit obligatoirement être fabriqué entre le 15 avril au 15 novembre, avec du lait de vaches « mises à l’herbe » dans les prés.

… et non !

Mais la saison de production ne coïncide pas nécessairement avec la saison de dégustation : dans le processus de fabrication des fromages, l’affinage joue un rôle majeur. Or, sa durée est variable selon les familles de fromages : deux à trois semaines pour les pâtes molles à croûte fleurie et les fromages de chèvre, environ un mois pour les pâtes molles à croûte lavée, plusieurs mois voire années pour les pâtes pressées. Pour revenir à l’exemple du salers AOP, l’affinage de celui-ci dure au minimum trois mois : un salers fabriqué en août ne pourra donc être dégusté qu’à partir de novembre !

De plus, les progrès techniques des dernières décennies – meilleur suivi de l’alimentation des troupeaux, maîtrise des ferments et de l’affinage… – ont permis d’assurer une plus grande régularité dans la qualité et les saveurs. Même quand les différences restent marquées, un fromage fabriqué en été n’est pas forcément meilleur qu’un fromage fabriqué en hiver. Prenons le prestigieux comté : confectionné en été, il présente une pâte jaune intense qui dégage des arômes diversifiés et fruités ; le comté d’hiver, plus clair, se caractérise par des arômes de foin que certains amateurs apprécient par-dessus tout.

Enfin, il ne faut pas oublier que la majorité des fromages sont fabriqués avec des laits pasteurisés et standardisés, ce qui permet aux consommateurs de déguster toute l’année la plupart de leurs produits préférés !

> Pour choisir vos fromages, ne manquez pas nos sélections de fromages mois par mois.

Crédit photo : J.F MALLET / CNIEL.