filiere-laitiere

La filière laitière

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Elevage et territoire
-

56 : le nombre moyen de vaches laitières par troupeau en France

En France, la taille des troupeaux est réduite.

Troupeau

Vous pensiez que les fermes laitières françaises étaient d’immenses exploitations réunissant plusieurs centaines de bêtes ? Loupé ! En France, un troupeau moyen comporte seulement 56 vaches.

Des fermes à taille humaine

Une ferme laitière française, ce sont aujourd’hui 56 vaches établies sur 96 hectares (dont 31 hectares de prairies). Réparties sur l’ensemble du territoire, les exploitations laitières gardent ainsi une taille humaine, en adéquation avec des structures gérées en famille, de façon individuelle ou sous forme de groupements entre agriculteurs associés. Dans ce contexte, le pâturage reste plus que jamais d’actualité. Bref, l’image d’Épinal du troupeau de vaches broutant tranquillement dans les prairies françaises a encore de beaux jours devant elle.

Le bien-être des vaches avant tout

Les producteurs (en moyenne 2 éleveurs par exploitation) surveillent attentivement et quotidiennement chacune de leurs vaches. La plupart du temps, celles-ci sont d’ailleurs affublées d’un petit nom. Pour les éleveurs, qui vivent 7 jours sur 7 et toute l’année avec leurs troupeaux, rien de plus naturel que de veiller à leur bien-être. Mais il s’agit aussi pour eux d’un impératif économique : une vache heureuse et en bonne santé produit plus de lait et celui-ci est de meilleure qualité. C’est pourquoi la plupart des éleveurs adhèrent à la Charte des bonnes pratiques d’élevage, référentiel national qui garantit notamment le respect du bien-être animal.

Des races de vaches variées

Enfin, la taille réduite des troupeaux laitiers va de pair, en France, avec le maintien d’une exceptionnelle diversité de races de vaches. La Prim’Holstein reste en effet la première vache française, suivie par la Montbéliarde et la Normande, mais d’autres races plus locales complètent le tableau, en particulier dans le cadre des filières AOP : Abondance, Tarentaise, Brune, Vosgienne, Salers, Bretonne Pie Noir, Froment du Léon, Béarnaise, Jersiaise… Origine, robe, caractère, qualités d’élevage : toutes ont leurs spécificités et contribuent à la biodiversité des campagnes françaises.

* Source : BDNI 2014.

Plus d'articles

Mots clés