Diversification alimentaire

Comment accompagner bébé dans la découverte des saveurs et des textures ?

On ne va pas en faire un fromage

Par On ne va pas en faire un fromage Etre parent, un jeu d'enfant!?

. ©Africa Studio

Publié le 16.12.2020 , mis à jour le 22.12.2020

Votre enfant a débuté la diversification alimentaire il y a quelques semaines et peu à peu il va continuer à tester de nouvelles saveurs mais aussi d’autres textures. Voici quelques conseils pour l’accompagner au mieux dans sa découverte du goût et des morceaux.

De sa naissance à ses 3 ans, les papilles de votre bébé vont en voir de toutes les couleurs ! Pendant ses premiers mois, il ne se nourrira d’abord sous forme liquide avec exclusivement du lait (maternel ou infantile). Puis, vers 5 mois, au début de la diversification alimentaire, il va passer à des purées bien lisses de légumes et des compotes de fruits mixés… Après quelques semaines qui lui auront permis de se familiariser avec ces nouveaux goûts, vous allez progressivement introduire les morceaux pour aller vers des aliments « solides ». Petit à petit et à son rythme, il va donc franchir différentes étapes, notamment l’introduction de purées plus épaisses jusqu’aux morceaux, pour finir par manger « comme un grand ».

Des signes qui donnent le feu vert !

Plusieurs signes peuvent vous indiquer que votre enfant est prêt à découvrir des aliments ayant une texture moins lisse que la purée . D’après l’étude interventionnelle pilote « Physiologie orale et Acceptabilité de la Texture de l’Aliment chez le jeune enfant, PATATE », il est temps d’élargir les textures des plats proposés quand votre bébé :

  • sait maintenir sa tête et son dos droits dans sa chaise ;
  • avale les purées lisses et épaisses sans aucun problème ;
  • réalise des mouvements de mâchonnement quand il porte quelque chose à sa bouche et est capable de tenir un aliment dans sa main et de le porter à sa bouche ;
  • cherche à se nourrir seul et se montre intéressé par le repas (par exemple, il essaye de prendre des aliments dans l’assiette de ses proches).

 

Les capacités orales pour saisir, mâcher et avaler les aliments se développent entre 6 et 10 mois, et ce d’autant plus qu’il sera stimulé par de nouvelles textures. Il est donc recommandé d’élargir l’éventail des textures le plus tôt possible : après 6 mois et certainement avant 12 mois. En procédant ainsi, on garantit un développement optimal des habiletés physiologiques (coordination gestuelle, mastication et déglutition…) et de la dentition. Avec en prime, une meilleure acceptation des aliments de textures plus complexes au fil de la croissance.

Des textures qui évoluent avec le temps

Votre enfant est prêt à découvrir de nouvelles textures ? Voici des repères pour procéder dans l’ordre :

  • purées lisses, pour découvrir le goût des aliments ;
  • purées épaisses et granuleuses ou semoule au lait ;
  • morceaux qui s’écrasent contre le palais (tels que les fruits très mûrs ou les légumes bien
    cuits) ;
  • morceaux qui s’écrasent entre les doigts (tels que des petites pâtes, des demi-rondelles de banane, des fromages mous) ;
  • morceaux qui se cassent avec les dents (tels que les petits dés de jambon, les petits morceaux de viande, les légumes crus coupés en petits bâtonnets, les biscuits pour bébé).

 

Au fil du temps et de l’acceptation de votre enfant, il est judicieux de faire varier les textures des différents groupes d’aliments (lisse, granuleux, juteux, spongieux, friable, sec, fibreux, croustillant, craquant, crémeux, pulpeux…) en adaptant la taille et la dureté des morceaux.

L'assiette de bébé

Parfois, le passage des purées aux morceaux ne trouve pas le meilleur accueil ! Environ un quart des enfants expérimentent des difficultés avec les aliments en morceaux. Cependant, ne considérez pas cela comme une raison de renoncer ou de trop retarder l’introduction de textures plus solides. Inutile de se braquer ou d’essayer de le forcer, ce serait contre-productif. Cela va se faire progressivement, à son rythme, qui peut être différent d’un enfant à l’autre.

Vous pouvez commencer par séparer la viande ou le poisson émietté d’une écrasée de pommes de terre et légumes bien cuits. Côté fruits crus, selon la saison, tentez la poire, mûre et fondante, le melon ou la pastèque mixés ou râpés grossièrement. Ce sera déjà une surprise, tant pour la couleur que pour les sensations en bouche, qui change des textures lisses habituelles des petits pots ou compote maison. Ainsi il se familiarisera avec les nouvelles sensations et les acceptera à sa guise. Dès que votre bébé attrape un objet et qu’il est capable de le porter à sa bouche, on considère qu’il peut faire de même avec des lamelles de fruits mûrs ou de légumes cuits. En dessert, vous pouvez lui proposer des fruits de saison (poire, pêche mûre, banane…). Au départ, il y a de fortes chances pour qu’il écrase les aliments entre ses doigts, soit cela l’intriguera et il aura envie de lécher pour goûter, soit il marquera son mécontentement, n’apprécie pas d’emblée le contact humide ou poisseux…c’est une initiation ! Ne vous formalisez pas s’il n’utilise pas toujours des couverts, surtout laissez-le libre d’utiliser ses doigts.

 

Parallèlement, vous pourrez lui proposer un quignon de pain, des petits morceaux de fromage , ou des légumes bien cuits et assez gros à lui donner entiers qu’il pourra mâchouiller à sa guise. Il appréciera peut-être aussi des haricots vers entiers cuits qu’il peut prendre à la main et manger « comme des frites » avec ses aînés.

Bon à savoir

Au cours de cette phase de découverte, il s’agit d’être vigilant et de ne pas laisser un enfant curieux qui a envie de goûter de nouveaux aliments ou de plus gros morceaux sans surveillance. Les moments festifs (apéritif, buffets, repas télé sur plateau…) sont des tentations pour les enfants qui gagnent en autonomie et se réjouissent d’attraper tout ce qui est à leur portée et de les mettre en bouche.

A juste titre, on se méfie des fruits à coque (cacahuètes notamment) et des bonbons durs et collants, mais il s’agit de prêter aussi attention aux petits aliments de forme cylindrique ou sphérique qui résistent à l’écrasement tels que par exemple les grains de raisin ou les tomates cerise qui ne doivent pas être consommés entiers en raison du risque d’étouffement. Soyons vigilants ! En coupant au préalable ces aliments mous en morceaux, il est alors possible de laisser les tout-petits les découvrir et les apprécier.

Lui apprendre à manger de tout

Ce qui est important, c’est qu’il continue de découvrir avec plaisir de nouvelles saveurs et de nouvelles sensations. Variez les recettes et les textures ! Pommes de terre, légumes bien cuits, plus ou moins mixés, peuvent également être écrasés au presse purée manuel ou même à la fourchette, les purées peuvent être twistées avec des morceaux. Au début, intrigué, votre enfant peut retirer de sa bouche ces petits morceaux nouveaux pour lui. C’est sa façon de se familiariser avec ces intrus que progressivement il adoptera, surtout s’il les voit dans son assiette régulièrement !

 

N’hésitez donc pas à lui proposer des fruits et des légumes de saison (crus, cuits en fonction de leur texture plus ou moins molle) coupés en morceaux en relais des compotes et des purées. La majorité des enfants acceptent facilement les morceaux entre 15 et 18 mois. C’est ensuite entre 18 mois et 3 ans que votre enfant sera capable d’apprécier toutes les textures plus complexes des repas familiaux : gratins, crudités, viande grillée, tartes pourront donc alors être partagés avec lui.

Tant que vous respectez ses besoins nutritionnels (repas équilibré avec féculent, légumes, viande-poisson ou œuf, fruits, plats peu salés et peu sucrés, laitages…), son développement psychomoteur et ses envies, vous pouvez tout vous permettre. Pensez aussi dès que possible à partager des repas en famille. Vous voir manger certains aliments lui donnera envie d’y goûter. Le but ? Eviter la monotonie et atténuer la phase de néophobie alimentaire (quand il ne veut plus goûter à rien) qui passe par beaucoup d’enfants, et faire du votre un véritable petit gastronome !

🎧 Podcasts "On va pas en faire un fromage" (saison 2)

Découvrez sur Chérie FM, l'épisode n°8 spécial Diversification alimentaire et morceaux, animé par Emilie Albertini, avec Catherine Bourron-Normand, diététicienne et Sophie, maman de deux enfants

Ecoutez le podcast

À lire sur Lait’quilibre

Témoignages : comment aborder la diversification menée par l’enfant ?

À lire sur Lait’quilibre

Quels laitages à quel âge ?

À lire sur Lait’quilibre

Les 1000 premiers jours de l'enfant, une période importante : Entretien

Tout savoir sur

Diversification alimentaire

Diversification alimentaire

Quels laitages à quel âge ?

Astuces de parents

En famille

Témoignages : comment aborder la diversification menée par l’enfant ?

Les bébés

Manger bio, est-ce mieux pour les enfants en bas âge ?

Les bébés

Diversification alimentaire de bébé : les nouvelles recommandations européennes

Le bien-être

Travail assis, télétravail : comment garder la forme !

Contrôle du poids

Des assiettes et des portions de plus en plus grandes ?

Paroles de parents

Alimentation des enfants et adolescents

Apéro festif : les enfants sont de la partie !