La bio

Qu’est-ce que l’agriculture biologique ?

Publié le 23.10.2015 , mis à jour le 22.05.2019

Définition de l’agriculture biologique, notamment dans l’élevage laitier et la fabrication de produits laitiers.

En 2014, la collecte de lait de vache biologique, qui concerne près de 2 100 éleveurs, a atteint 537,4 millions de litres. Cela représente une augmentation de 9,2 % par rapport à 2013. Mais que veut dire exactement « agriculture biologique » ?

Un mode de culture durable…

L’agriculture biologique est l’une des formes de l’agriculture durable, qui « se définit par une production agricole économiquement viable, socialement équitable, et qui ne nuit ni à l’environnement ni à la santé » (Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie) :

 

  • Les cultures sont produites sans pesticides de synthèse, engrais chimique ou organismes génétiquement modifiés (OGM). Ceux-ci sont remplacés par d’autres produits d’origine végétale ou animale : fumiers, lisiers, composts pour fertiliser ou éliminer les parasites…
  • Du côté de l’élevage, les animaux sont nourris avec des aliments principalement issus de la ferme, cultivés selon les règles de l’agriculture biologique. Leur santé passe avant tout par la prévention et l’utilisation de médecines douces. Ils disposent obligatoirement d’un accès au plein air et d’espace.
  • Les produits laitiers bio dépendent d’un circuit de fabrication spécifique. Ils ne contiennent ni exhausteurs de goût, ni colorants, ni arômes chimiques de synthèse. L’utilisation d’additifs est très fortement limitée.

 

Cela ne signifie pas que les produits laitiers issus de l’agriculture conventionnelle sont élaborés dans des conditions ne respectant pas l’environnement, la santé ou le bien-être animal – en France, par exemple, l’élevage est très majoritairement composé de petites exploitations où chaque vache est bichonnée quotidiennement. Simplement, ils ne peuvent pas bénéficier du label bio.

… et contrôlé par les pouvoirs publics

À la différence de l’agriculture raisonnée, l’agriculture biologique constitue en effet l’un des signes officiels d’identification de la qualité et de l’origine tels que l’AOP, l’IGP ou le label rouge. À ce titre, elle fait l’objet de contrôles stricts de la part d’un organisme certificateur indépendant agréé par les pouvoirs publics.

 

Deux logos garantissent que le produit respecte les règles de l’agriculture biologique :

 

  • Le logo bio européen est obligatoire sur tous les produits bio alimentaires pré-emballés dans l’Union européenne. Il comporte l’indication du lieu de production des matières premières agricoles composant le produit (« Agriculture UE », « Agriculture non UE » ou « Agriculture UE/non UE », avec la possibilité de mentionner le pays), ainsi que le numéro de code de l’organisme certificateur. Les logos nationaux et privés peuvent être utilisés en complément.
  • Le logo AB, français, est facultatif. Propriété exclusive du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt qui en définit ses règles d’usage, il identifie, comme le logo bio européen, des produits 100 % bio ou contenant au moins 95 % de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés.

 

Le logo bio peut accompagner d’autres signes officiels de qualité. C’est pourquoi il est possible de trouver du comté AOP bio, de la crème d’Isigny AOP bio ou du beurre de Bresse AOP bio !

Tout savoir sur

La bio

Quelles sont les réglementations de l'agriculture biologique ? Et comment un label bio est-il accordé à un produit ? Quel est le circuit de fabrication, et en quoi diffère-t-il du circuit traditionnel ? Avec notre rubrique, faites le point sur l'agriculture biologique et la filière laitière.

La bio

Yéo Frais, une laiterie française qui n'en finit pas d'innover !

La bio

Ces éleveurs qui choisissent le bio

La bio

Que veut dire « bio » pour un produit laitier ?

L'environnement

La bouse de vache : une ressource à haute valeur ajoutée

Le lait

Pourquoi le lait est blanc ?

L'économie laitière en quelques chiffres