Bien vieillir

Comment aider à distance des proches âgés qui perdent l’appétit ?

. Tous droits réservés

Publié le 15.05.2020

Vulnérables face au Covid-19, les séniors — seuls ou en couple — ont parfois du mal à conserver entrain et sérénité en confinement. Pour atténuer cette solitude et éviter qu’elle n’impacte leur alimentation, les proches ont un rôle déterminant. Comment maintenir le lien à distance, et aider ses parents, grands-parents ou voisins âgés à garder le moral et l’appétit : voici quelques conseils.

Appeler ses proches âgés à l’heure des repas

La perte d’entrain à préparer les repas est un signe à ne pas ignorer. Pour vous assurer que vos proches s’alimentent convenablement ou les remotiver à le faire, vous pouvez organiser un appel vidéo à l’heure des repas, afin de partager ce moment avec eux — à distance certes, mais à table et ensemble.

 

Vos aînés ne sont pas à l’aise avec la technologie ? Un coup de fil de quelques minutes à heure fixe peut suffire à lutter contre la désocialisation, ou à servir de stimuli pour maintenir l’habitude de manger.

Vous pouvez aussi discuter du menu que vous vous réservez pour vos retrouvailles. Cette perspective de retour à la normale mérite d’être évoquée pour relativiser la morosité ambiante.

se nourrir ensemble

Prendre en charge les premières étapes de la préparation des repas

Lors de ces échanges avec vos proches, donnez envie ! Trouvez ce qui fera plaisir à vos aînés et enclenchez à distance les premières étapes de la préparation des repas : établissez par exemple, des idées de menus équilibrés à la semaine et faites une liste de courses à faire livrer chez vos proches âgés. Nombre de producteurs locaux et d’enseignes de grande distribution proposent désormais la livraison de paniers de produits frais. Vérifiez que l’approvisionnement en pain frais est effectif. Il peut être acheté et congelé pour éviter d’être à court.

 

Suggérer des alternatives simples et rapides

Soyez rassurants auprès de vos aînés : inutile de les faire culpabiliser s’ils n’ont pas envie de se mettre aux fourneaux. Proposez-leur plutôt des alternatives :

 

– une brique de soupe enrichie de crème, une tartine de pâté, un yaourt et un fruit (entier ou en compote) peuvent composer un dîner répondant aux besoins nutritionnels des séniors,

la cuisine d’assemblage est incitative avec ses ingrédients déjà prêts : conserves, produits surgelés ou en bocaux — on verse, on réchauffe, c’est prêt ! Fromage ou laitage et fruit en dessert, voilà le tour est joué !

– la livraison d’un plat du restaurant voisin ou le portage de repas sont d’autres pistes à explorer : plusieurs villes l’ont mis en place depuis le début du confinement et des aides de l’État sont proposées.

faire faire les courses

Susciter la surprise avec des petits plaisirs !

Appétit et moral sont étroitement liés. L’essentiel est de trouver la mesure entre maintenir les habitudes alimentaires familières qui réconfortent et lutter contre la monotonie qui lasse.  Voici quelques petites actions qui changent le quotidien:

 

– nourrir leur moral : le service Famileo, par exemple, permet de fabriquer une gazette familiale constituée d’anecdotes, de photos, nouvelles… En format numérique ou papier distribué par La Poste, le journal est livré à la fréquence de votre choix et mettra du baume au cœur des aînés.

 

– leur fournir un stock de masques qui leur évitera un stress en cas de visite ou de rendez-vous médical ou paramédical. Ils sortiront plus facilement de chez eux profiter du printemps pour une balade (dans la limite imposée par les règles de distanciation) qui les mettra en appétit tout en entretenant leur tonus musculaire ! L’occasion aussi, de faire le plein de vitamine D !

 

– Organiser, le dimanche, la surprise d’une livraison de viennoiseries, d’un gâteau ou d’une pâtisserie déposé(s) par un tiers (proche, voisins…)

 

élargir la liste de courses en glissant dans le panier de courses soit la crème dessert, la tablette de chocolat ou leur confiture préférés. Autant de douceurs qui stimulent l’envie de se faire plaisir. Et pour ne pas oublier les becs salés, de quoi initier un apéritif rituel le week-end : fromages en dés, rillettes de poissons… Ces initiatives invitent à une pause. Des rituels qui permettent de conserver l’envie de manger et de s’hydrater. Au choix des boissons chaudes ou froides : de l’eau, du lait … et de l’alcool avec modération bien entendu !

 

C’est en restant patients et prudents et grâce au respect scrupuleux des gestes barrière que la perspective de se retrouver en famille pour se réjouir autour d’une table se concrétisera plus rapidement.  En attendant, trouvons les moyens de donner envie à nos proches âgés de se maintenir en forme en mangeant et bougeant avec entrain.

À lire sur Lait’quilibre

QUIZ : Testez vos connaissances sur l'hydratation

À lire sur Lait’quilibre

Confinement : faites le plein de vitamine D !

À lire sur Lait’quilibre

10 idées reçues sur l’alimentation des seniors

Tout savoir sur

Bien vieillir

Après 65 ans, certains besoins nutritionnels évoluent et de nouvelles habitudes alimentaires doivent être prises. Seniors, notre rubrique vous permet de faire le point sur votre alimentation, grâce à des conseils nutritionnels et à des points de vue d'experts pour bien vieillir.

Bien vieillir

QUIZ : Testez vos connaissances sur l'hydratation

Bien vieillir

Senior : Devenir végétarien après 60 ans ?

Bien vieillir

Petit budget : bien manger quand on est à la retraite

Bien vieillir

10 idées reçues sur l’alimentation des seniors

Bien vieillir

Personnes âgées : des besoins alimentaires spécifiques

Bien vieillir

Seniors et goût : comment retrouver le plaisir de bien se nourrir ?

Bien vieillir

Les besoins nutritionnels des séniors

C'est pratique !

Hygiène de vie

Congeler pour économiser du temps et de l’argent

Equilibre vie privée, vie professionnelle

Retour au travail : les lunch boxes s’invitent à la pause de midi

Astuce de parents

En famille

Comment gérer les repas quotidiens post-confinement