Alimentation et Santé

Alimentation et Santé

derniers articles
  • 09-12
    DIY : 4 idées de décorations de Noël en emballages laitiers recyclés

    Des moments ludiques et écologiques à partager avec les enfants.

  • 07-12
    Et si on faisait un apéritif dînatoire pour le réveillon de Noël ?

    Nos meilleures idées pour un buffet chic et festif.

  • 05-12
    Les plats emblématiques des chefs français (2) : des années 1960 aux années 1980, la Nouvelle Cuisine

    La vocation laitière de la France se prolonge naturellement dans la cuisine de ses chefs. Pour ce florilège de plats « signature » faisant la part belle aux produits laitiers, nous nous sommes intéressés aux grands cuisiniers français depuis le début du XXe siècle. Attention, ça donne faim !

  • 02-12
    4 repas de Noël autour du monde

    Envie de changer des traditions françaises ? Inspirez-vous avec des menus festifs venus du monde entier.

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé
-

Les produits laitiers pour l’équilibre alimentaire des sportifs de haut niveau

Pour le médecin de l’équipe de France de handball, l’alimentation, c’est plus que de la nutrition !

Match de handball

Les produits laitiers sont d’excellents alliés des sportifs et en particulier des athlètes professionnels. Le point avec Pierre Sébastien, médecin généraliste à Toulouse et médecin de l’équipe de France de handball, dont les joueurs, les fameux « Experts », ont été plusieurs fois champions olympiques, du monde et d’Europe.

Qu’est-ce qu’un médecin du sport ?
Pierre Sébastien : C’est un médecin qui a suivi une formation particulière, en plus des études habituelles, pour accompagner les sportifs. Il peut exercer sa pratique à différents niveaux, du médecin plutôt généraliste qui s’occupe des activités sportives du grand public, jusqu’au médecin spécialisé dans un seul sport. Je suis dans ce dernier cas de figure, puisque je suis le médecin de l’équipe de France masculine de handball depuis 2004. Je suis, à ce titre, salarié de la Fédération française de handball en plus de mon activité libérale. Concrètement, je m’occupe toute l’année des joueurs de l’équipe de France : je les suis essentiellement à distance quand ils sont dans leurs clubs respectifs, et, lors des compétitions, je les accompagne sur le terrain. En ce moment, par exemple, nous commençons à préparer les Jeux Olympiques qui se dérouleront à Rio en août 2016.

Quelle est la place de l’alimentation dans la médecine sportive ?
P. S. : Elle est fondamentale. Le médecin du sport a bien sûr un rôle de soin, avec une connaissance approfondie des blessures et pathologies développées par les sportifs de haut niveau (fractures, entorses, tendinites…), mais il fait aussi beaucoup de prévention et donne des conseils en amont. Or, l’alimentation est l’un des points clés de l’hygiène de vie. Bien entendu, les sportifs du niveau des joueurs de l’équipe de France de handball sont formés depuis leur enfance à l’équilibre alimentaire et à se nourrir selon leurs besoins : je n’ai pas besoin de leur dire comment manger. Mais l’alimentation, c’est bien plus que de la nutrition. Par exemple, pendant les Jeux Olympiques de Rio, les athlètes et l’équipe qui les accompagne – dont je fais partie – vont vivre ensemble pendant deux mois et demi, presque 24 h sur 24 h. Ce n’est pas toujours facile ! Il faut que la dimension collective soit forte et les repas pris en commun sont essentiels pour apporter de la cohésion. Dans ce contexte, le plaisir à passer à table et la convivialité sont fondamentaux.

Quel est l’intérêt des produits laitiers pour ces sportifs professionnels ?
P. S. : Il est multiple. Ce n’est pas un hasard si, par goût et par besoin, les joueurs de l’équipe de France de handball consomment plusieurs fois par jour lait, yaourts, beurre, fromages et autres desserts lactés. D’abord, les produits laitiers participent à ce plaisir de la table dont je parlais. Ensuite, d’un point de vue nutritionnel, le calcium, couplé avec l’activité physique, permet d’avoir des os particulièrement solides. Autre aspect important : les produits laitiers sont très intéressants pour la récupération et la régénération de l’organisme après les gros efforts musculaires. On parle de « fenêtre métabolique » pour qualifier ce moment favorable pendant lequel le corps absorbe les nutriments avec une efficacité accrue. Il faut en profiter pour lui apporter tout ce dont il a besoin : eau, protéines, glucides, lipides, vitamines et minéraux. Or, j’estime qu’il n’est pas nécessaire de donner aux joueurs des compléments alimentaires sous forme de poudres. Je préfère leur proposer des aliments naturels, c’est-à-dire des laitages et des jus de fruits, séparés ou mélangés dans des boissons de type smoothie. C’est bon pour leur santé et c’est bon tout court !

Crédit photo : Malmö. Semifinal mellan Sverige och Frankrike på Handbolls VM. par Guillaume Baviere via Flickr (CC BY 2.0).

Plus d'articles

Mots clés

Lait de vache
article précédent
Le lait de vache, un produit naturel et sain

Le lait de vache, un produit naturel et sain

Gare aux idées reçues !

Le lait produit dans les élevages français est plus que jamais d’excellente qualité.

Lait de vache et… antibiotiques

Quand les vaches sont malades et soignées avec des antibiotiques, elles sont traites à part et leur lait est détruit. Des contrôles sont opérés à tous les stades de la collecte : à la ferme comme à la laiterie, des prélèvements et des analyses permettent de vérifier l’absence d’antibiotiques dans le lait. Au moindre doute, celui-ci est jeté. À noter également que les antibiotiques à usage préventif sont strictement interdits.

Lait de vache et… hormones

En France comme en Europe, il est interdit d’injecter des hormones de croissance aux vaches pour augmenter leur production laitière. Bien sûr, les vaches produisent, comme les humains, des hormones naturelles, notamment de croissance et sexuelles (progestérone et œstrogènes). Toutefois, dans le lait de vache et les produits laitiers, leur teneur est relativement faible. De plus, elle est réduite par les techniques de fabrication. Par exemple, dans le lait UHT, la principale hormone de croissance naturelle n’est plus détectée après le traitement thermique.

Lait de vache et… pesticides

Les vaches constituent un filtre naturel vis-à-vis des pesticides. En outre, dans la réglementation européenne, les Limites Maximales de Résidus de pesticides dans les aliments ont été fixées pour garantir le niveau d’exposition le plus faible possible pour les consommateurs. Or, aucun dépassement n’a été décelé en France depuis plusieurs années, dans le cadre de la surveillance opérée par les autorités sanitaires françaises et les industriels.

Lait de vache et… OGM

En France, il est interdit de mettre des OGM en culture. Or, plus de 90 % de l’alimentation des vaches est produite au sein des fermes, et 98 % des aliments des aliments sont d’origine française. 98 % de l’alimentation des vaches laitières françaises est donc garantie sans OGM. En raison d’un déficit structurel en protéines végétales et de l’interdiction d’utiliser des farines animales, la France doit importer des protéines végétales comme les tourteaux de soja. L’alimentation des vaches pourrait donc être supplémentée (au maximum de 2 %) d’aliments importés qui pourraient être génétiquement modifiés (mais ne le sont pas nécessairement). Le risque de trouver des OGM reste toutefois extrêmement faible car quand la vache digère, les constituants de son repas sont dégradés, notamment l’ADN et les protéines.

Lait de vache et… conservateurs

Quel que soit son mode de conservation, le lait ne contient jamais de conservateur. C’est un traitement thermique qui élimine les micro-organismes susceptibles de l’altérer. Autrement dit, le lait est simplement chauffé à plus ou moins haute température. Ce traitement permet de le conserver plus longtemps. Ainsi, les laits stérilisés ou UHT se conservent entre 90 et 150 jours (quand la brique ou la bouteille est ouverte, le lait se garde de 2 à 5 jours au réfrigérateur).

Les produits laitiers contre le diabète
article suivant
Manger des produits laitiers, une manière simple de diminuer le risque de diabète

Manger des produits laitiers, une manière simple de diminuer le risque de diabète

D’après des études récentes, les produits laitiers auraient un effet protecteur contre une maladie en forte augmentation.

Alors que le nombre de personnes diabétiques ne cesse d’augmenter dans le monde, de plus en plus de données suggèrent que la consommation régulière de produits laitiers contribue à ré­duire le risque de diabète de type 2, maladie caractérisée notamment par un excès chronique de sucre dans le sang (on parle d’hyperglycémie).

Les produits laitiers fermentés à l’honneur

Trois études ont souligné l’intérêt de la consommation de produits laitiers pour prévenir le diabète de type 2, que l’on appelait aussi « diabète de la maturité » car il survient la plupart du temps chez les adultes :

  • Une première étude de longue durée et de grande envergure (340 000 personnes suivies pendant 16 ans dans 8 pays européens) a récemment révélé l’intérêt de la consommation de produits laitiers fermentés (fromages, yaourts et laits fermentés) pour diminuer le risque de diabète de type 2.
  • Un deuxième volet de cette exploration a établi que la consommation de produits laitiers allégés (yaourts surtout, mais aussi fromages frais) est elle aussi associée à un risque plus faible d’apparition du diabète de type 2.
  • Enfin, une étude française a mis en avant cette même diminution du risque chez les consommateurs d’au moins 3 portions de lait ou de yaourt chaque jour par rapport à ceux qui en prennent moins d’1 portion.

La composition des produits laitiers à la loupe

Les produits laitiers semblent donc participer à la prévention de l’apparition du diabète de type 2. Mais d’où vient exactement cette protection ? À la recherche d’explications pour mieux comprendre ses mécanismes, les chercheurs ont examiné le rôle de chacun des composants nutritionnels du lait.

Par exemple, les protéines laitières (caséine et lactosérum) améliorent la sécrétion d’insuline et favorisent le contrôle de la glycémie. Dans la catégorie des lipides, certains acides gras ont été réhabilités quand leur origine est animale et naturelle. Une consommation importante d’acides gras spécifiques aux produits laitiers a ainsi été associée à une diminution significative du risque de diabète de type 2. L’effet bénéfique des produits laitiers ne se limiterait donc pas aux produits allégés.

Mais les nutriments isolés ne peuvent tout expliquer. C’est pourquoi les chercheurs insistent sur la combinaison des nutriments qui composent les produits laitiers, avec l’idée sous-jacente que l’union fait la force (protéines et notamment leur profil en acides aminés, acides gras spécifiques, vitamines dont D, minéraux tels que le calcium et le magnésium), sans oublier les souches de probiotiques et les bénéfices liés à la fermentation. Un cocktail prometteur et décidément très bon pour la santé !

Sources :
Etude Epic Interact – Forouhi NG. Nutr Rev 2015; 73(S1):15–22. DOI: 10.1093/nutrit/nuv018.
Etude DESIR- Fumeron F et al. J Am Coll Nutr. 2011; 30(5 suppl 1):454S-463S
De Souza RJ, et coll. BMJ 2015;351:h3978. DOI: 10.1136/bmj.h3978.
Pasin G, et coll. Adv Nutr 2015;6: 245–259.DOI:10.3945/an.114.007690.