Sport d'endurance

Épisode #2 Sandy et Poupa: « Le roller, un sport complet »

On se bouge

Par On se bouge Une rencontre entre un passionné de sport et un professionnel

Publié le 23.07.2019 , mis à jour le 29.07.2019

Découvrez la nouvelle série de programmes On se bouge, une rencontre entre un passionné de sport et un professionnel. Leur point commun : un sport. Roller, vélo, escalade, yoga, football féminin ou pas… peu importe, ils se bougent ! Un moment de partage, d’échange, de conseils et d’astuces pour vous donner envie de vous mettre au sport ou de vous y remettre. Dans cet épisode, Sandy et Poupa échangent autour d’une de leur passion, le roller.

Il est plutôt sportif du soir et apéro d’après match, elle est plutôt sport au petit-déjeuner après avoir bu son verre d’eau citronnée. Les opposés s’attirent, Poupa et Sandy se rencontrent sur une piste de roller, sous le soleil parisien. Sandy est animatrice sur France Télévisions et Poupa entraine et enseigne le roller au Paris Université Club. Ce qui unit notre passionnée et notre pro, c’est leur énergie, leur spontanéité, et leur positive attitude !

Chacun sa façon d’appréhender le roller

Le roller pour Sandy, c’est ludique et pratique : elle enfile ses rollers « in line » plus rapides et sécurisants pour foncer à travers les rues de Paris et se rendre plus vite à ses rendez-vous. Le week-end sa passion reprend le dessus, le roller est synonyme de détente et bons moments avec son groupe d’amis. L’histoire d’amour entre Poupa et le roller a commencé quand il avait 7 ans. Aujourd’hui, Poupa a 38 ans et entre le championnat de France de roller derby, son petit faible pour le roller freestyle dans les skate-parks et la danse qu’il pratique avec des amis, cette histoire est loin d’être terminée. Pour Poupa, le roller c’est au moins 6 heures par jour ! Son truc c’est de sillonner l’Europe, il part à la découverte de nouvelles façons d’appréhender son sport, à Londres ou à Barcelone. Selon Poupa les Anglais déchirent en roller danse et les Espagnols sont les champions de la descente.

Rollers in line ou rollers quad, le principal est d’y prendre du plaisir

Sur la piste de course, c’est donc aussi la rencontre entre deux types de patins : les « in line » et les « quad », tous les deux possèdent quatre roues, mais les rollers quad maintiennent moins la cheville. Aujourd’hui les rollers in line sont les plus répandus… Ils sont plus stables sur la longueur du fait de leurs quatre roues alignées et on sent une nette différence à l’utilisation, ils sont parfaits pour les débutants et pour les rues de Paris grâce aux freins souvent intégrés aux patins. Quand on voit Sandy et Poupa danser ensemble, se taquiner, rire et être si vite à l’aise dans leurs échanges, on ne peut que constater la confiance en eux que ce sport leur a apporté. Ils se font confiance, mais ne se prennent pas au sérieux pour autant, le roller rime avec grand cœur ! Poupa rappelle à Sandy de ne pas placer la barre trop haute puisque celle-ci aime repousser ses limites, il lui explique que c’est comme ça que lui il s’est blessé !

Le roller, sport complet contrairement aux idées reçues

Effectivement, la première leçon de Poupa à tous ses élèves ce n’est pas de savoir mettre un pied devant l’autre, contrairement à ce que l’on pourrait penser, mais d’apprendre à tomber ! Et oui le roller ce n’est pas qu’une promenade de santé… et en plus, il faut penser à faire 5 minutes d’étirement avant de se lancer. Le roller reste pour nos deux compères un sport complet qui permet de développer les muscles du corps entier, à travers différentes façons ludiques de le pratiquer. La danse, les sauts, le slalom, la descente…rien ne peut rivaliser avec la sensation de liberté et de lâcher prise que leur provoque ce sport.

 Quid des protections souvent encombrantes ?

Poupa est professionnel et Sandy pratique depuis son enfance, ils le font donc souvent sans protections du fait de leur expérience, mais Poupa nous précise qu’il ne faut pas céder au style et à la mode présente chez les plus jeunes en négligeant la protection. Genouillères, coudières et casque limitent la casse, surtout dans les pratiques à risque sur les rampes et dans les skate-parks.

« On se fait une soirée ! »

Après un après-midi qu’ils auront passé à se dépenser au soleil, Poupa et Sandy s’échangent leurs Instagram, ils organisent leurs retrouvailles un vendredi soir lors des rando-roller de Paris. Pour les plus expérimentés, elles partent de Montparnasse et sont encadrées par des professionnels comme Poupa. La course du dimanche matin est plus facile et familiale. Un dernier spot, selon Poupa, c’est celui du Trocadéro. A Paris, il existe une véritable culture du roller, surtout au Trocadéro qui est le spot historique du roller parisien.

En fin de compte, ce qu’on comprend en voyant la complicité qui s’est installée entre Sandy et Poupa, c’est que le roller est loin d’être un sport individuel, il crée un esprit d’équipe, d’entraide et de partage autour du plaisir de patiner.

Tout savoir sur

Sport d'endurance

Sport d'endurance

Épisode #4 Escalade : Interview Ping-Pong avec Célia et Folco

Sport d'endurance

Épisode #4 Escalade : Les grimpeurs Folco et Célia

Sport d'endurance

Épisode #3 : Interview Ping-Pong avec Jok'Air et Vincent Poirier

Sport d'endurance

Épisode #3 Basket : Une rencontre au sommet avec Jok'Air et Vincent Poirier

Sport d'endurance

Épisode #2 Interview PingPong avec Sandy et Poupa

Cycling

Épisode #1 Vélo : François et Michel, quand l'élève dépasse le maitre

Cycling

Épisode #1 Interview Ping-Pong avec Michel Cymes et François Lemancel

Entrainement et nutrition

Bertrand Olivier : « Le sport m’a sauvé »

Entrainement et nutrition

Entrainement et alimentation de saison : Novembre

Running

Premier marathon - Matthieu : « Il faut toujours se faire plaisir »