Le bien-être

5 idées colorées pour un hiver bonne humeur

. © Yaruniv-Studio

Publié le 02.02.2022

Au creux de l’hiver, le ciel pas toujours bleu, la pluie ou le froid démotivent certains d’entre nous. Pour une humeur au beau fixe, adoptons la cure de couleurs. Comment procéder ? Sans régime détox, ni courses compliquées. Simplement en invitant les couleurs de l’arc en ciel: pour dresser les tables comme pour égayer les menus. Vive les assiettes anti-grise mine ! Suivez le guide !

Manger en couleurs c’est manger varié

Contrairement à ce que les parents peuvent croire, les enfants ne sont pas seulement attirés par les colorants flashy des sucreries. Ainsi des études démontrent que les aliments colorés sont plus attractifs pour les enfants, qu’ils ne le sont pour les adultes. Pour développer le palais des petits et leur transmettre de bonnes habitudes, une grande variété d’aliments, en petite quantité et de couleurs compte plus qu’un seul aliment monochrome en plus grande quantité. En panachant les repas avec un éventail de 7 aliments issus de chaque famille d’aliments et 6 couleurs, vous composez l’alimentation « idéale » telle que définie par des chercheurs.

 

Gages de peps, les couleurs de notre assiette suscitent l’envie de manger, et en prime, chaque pigment nous apporte un anti-oxydant particulier, complémentaire des vitamines. Et ces précieuses substances deviennent plus assimilables quand elles sont couplées à une matière grasse. Une noix de beurre, un filet d’huile ou une cuillérée de crème fraîche, et le tour est joué. L’idée, c’est donc d’en voir de toutes les couleurs. En vous approvisionnant en fruits et légumes frais et secs, en conserve ou surgelés, vérifiez le bouquet de couleurs de votre panier. Chaque saison propose son éventail de tonalités : blanc, vert, jaune, orange, rouge et même bleu, violet ! Une autre façon de mettre en pratique cette fameuse recommandation de 5 portions de fruits et légumes par jour !

Bol coloré en rose
Bol coloré © samael334

Pas si simple que ça, diront certain(es), « mon fils qui mangeait de tout jusqu’à son premier anniversaire, depuis quelques semaines, rechigne à manger soupes, purées, compotes. » Rien de plus normal. En effet, nos enfants traversent des périodes de développement ponctuées de phases où ils préfèrent des repas qui les rassurent, sans surprise, avec les mêmes aliments. On parle ici de néophobie alimentaire.  Il en est alors de leurs assiettes comme des périodes- bleue, rose-  de Picasso, l’originalité en moins. Cela ne durera pas toute l’enfance. Comme le choix alimentaire est grand, tranquillisons-nous, la croissance peut être optimale sans manger d’épinards ou de lentilles. Et si, au petit-déjeuner, le week-end, vous piquez leur curiosité en alternant pâté à tartiner et confitures de différentes couleurs sur les crêpes ou les tartines beurrées, c’est prometteur.

Défi : colorer naturellement les repas

Pour inciter chacun à manger autrement, à oser goûter, invitez la couleur à table.  A chacun des membres de la famille de se débrouiller pour faire figurer au moins 2 couleurs pendant le repas Et bien entendu, sans tricher avec un colorant artificiel ! Rien qu’une touche pour commencer avec la sauce tomate des pâtes, de la betterave dans un houmous maison tout rose. Dans un second temps, en composant une salade de fruits pour s’approcher des couleurs de l’assiette arc en ciel.

Pour démarrer, proposez des menus monochromes. Avec le menu blanc comme neige, c’est l’occasion de donner le tempo en montrant combien c’est curieux de manger sans couleur.

Menu blanc comme neige: Céleri rémoulade, Parmentier de cabillaud, fromage blanc à la banane.

Menu orange : soupe de potiron, bâtonnets de carottes, croque-monsieur à la mimolette, salade d’oranges.

 

En étant surpris de ces repas qui sortent de l’ordinaire, on réalise que c’est plus joyeux de vivre et manger en couleurs.

Se régaler d’abord avec les yeux

L’hiver, pour parer à la moindre luminosité, quoi de mieux que de se sentir comme dans un cocon, chez soi. Côté déco intérieure, l’influence des couleurs utilisées pour habiller les lieux de vie, a fait ses preuves. Au-delà des modes, l’ambiance chromatique joue sur notre moral, et même sur nos comportements : niveau sonore des conversations, appétit, capacité à se détendre, se concentrer ou à dormir … Bien au chaud dans nos cuisines ou salles à manger, quelques touches de couleurs contribuent à faire pétiller le quotidien. Sans prétendre tous les jours au « dîner presque parfait », trouvons l’organisation qui allie l’utile à l’agréable : une nouvelle toile cirée digne de l’éléphant Elmer, des sets et des serviettes colorés et personnalisés ? Il suffit parfois d’un bol ou d’une assiette jaune pour rendre attractive une soupe de légumes, perçue terne sinon dans une vaisselle blanche.

Table colorée, couverts bleus, fleurs jaunes

Prendre le temps d’observer et de s’étonner

Guidons la curiosité des enfants pour apprécier le large éventail de couleurs de nos aliments. Bien sûr, en commençant avec les fruits et légumes, mais pas seulement… Faites un tour chez le fromager, vous serez étonnés de découvrir tant de couleurs de fromages : bleu, orange, vert et même noir.  Vous verrez qui a envie de se lancer pour goûter un fromage aussi orangé qu’odorant ou plutôt un pâte persillée déclinée en marbrures bleutées ou vertes.

En permettant aux enfants de participer à la préparation des repas, ils pourront continuer à explorer les fascinations chromatiques. Les tout-petits découvriront ainsi que les aliments peuvent être de différentes couleurs à l’intérieur et à l’extérieur. Par exemple, la pelure de la pomme est rouge, verte ou jaune, mais  blanche à l’intérieur. Sans compter les pépins bruns !

Et en leur proposant des framboises avec leur fromage blanc ou leur petit-suisse, rien qu’en mélangeant, ils verront le blanc se colorer sous leurs yeux. Une belle teinte rosée alléchante ! Enfin, vous pouvez jouer au « kim goût », c’est -à-dire faire reconnaître des goûts les yeux bandés. Pourquoi ne pas demander de deviner aussi la couleur de l’aliment dégusté ? Tout un programme de réjouissances pour passer l’hiver avec le sourire.

 

En pratique :

  1. Inspirez-vous des assiettes compartimentées, comme celle des bébés, ou des bowls qui permettent de composer son assortiment à la carte, en simplifiant le service du repas.
  2. Amusez-vous à composer d’abord en imagination avec les enfants : des menus 1, 2 ou 3 couleurs au choix. Un défi ? le menu tout noir, histoire de voir s’il est appétissant. Peut-être que certaines idées seront finalement testées en cuisine ?
  3. Ne misez pas que sur les légumes verts. Proposez certains légumes en version crue quand ils ne sont pas appréciés cuits.
  4. Jouez aux familles de couleurs en faisant les courses
  5. Challengez chaque membre de la famille pour avoir le réflexe couleur, sinon à chaque repas, plusieurs fois par semaine. Au moins une couleur, et pas toujours la même.
Bol de fromage blanc

Transparence ! Voici nos sources...

Acta Paediatrica Volume 101, Issue 1, pages 61–66, January 2012 DOI: 10.1111/j.1651-2227.2011.02409.x “Food plating preferences of children: the importance of presentation on desire for diversity”

 

À lire sur Lait’quilibre

Episode #4 : La néophobie alimentaire, c’est grave ?

À lire sur Lait’quilibre

Comment faire manger des légumes à ses enfants ?

À lire sur Lait’quilibre

Comment faire manger des légumes secs aux enfants ?

Tout savoir sur

Le bien-être

Le bien-être se défini par la satisfaction des besoins de son corps, et le calme de son esprit. Les produits laitiers, riches en saveurs et source de nutriments, participent à notre équilibre alimentaire et à notre satisfaction gustative. Envie d'une parenthèse zen ? Parcourez notre rubrique dédiée au bien-être...

Diversification alimentaire

Les bonnes raisons de vous lancer dans la DME

Le bien-être

Travail assis, télétravail : comment garder la forme !

Être parents

Test : Quel style de parent êtes vous à la rentrée ?

Comment se motiver

« Après un mois et demi de confinement… j’ai envie de fantaisie ! »

Zen, soyons zen

Le bien-être

Zéro pression pour les résolutions 2020

Le bien-être

Maux de ventre : 3 questions à Corine Guzzo, diététicienne

Le bien-être

Mieux manger quand on est fatigué

Alimentation des mamans

Bien manger quand on allaite bébé

Les bienfaits des produits laitiers

Microbiote et produits laitiers : la reconnaissance du ventre

Le bien-être

Le yaourt aide à la digestion du lactose

Alimentation des enfants et adolescents

Vrai/Faux : Des épinards pour bien grandir et des choux pour des os costauds ? Faites le point

Fait-maison

Tuto : Découper facilement un gâteau en 5 ou 7 parts égales

Alimentation des enfants et adolescents

5 conseils clés pour bien gérer l’alimentation des enfants de 0 à 3 ans