A la une

derniers articles
  • 15-03
    Fromage : les secrets d’un bon emballage

    Une étude récente révèle que 90% des consommateurs s’intéressent surtout à l’emballage apparent et ne sont que 8% à considérer les emballages extérieurs ET intérieurs. Or, en matière de fromage, les 2 ont leur importance !

  • 02-03
    Astuce du week-end : du yaourt pour adoucir une sauce piquante

    À l’instar des jus d’agrumes et du parmesan, le yaourt est un allié de choix pour adoucir une sauce piquante trop relevée. Quel type de yaourt choisir ? À quel moment l’incorporer ? Précisions sur cette astuce qui peut sauver bien des préparations !

  • 27-02
    Salon de l’Agriculture : découvrez les nouveaux métiers du lait

    À l’occasion du Salon de l’Agriculture 2019 qui se tient jusqu’au 3 mars, voici un tour d’horizon des professionnels qui « font le lait » !

  • 24-02
    Astuce du week-end : du lait en poudre pour sublimer quiches et viandes grillées

    Non, le lait en poudre ne vous sert pas uniquement lorsque vous faites vos yaourts maison de la semaine. Bien au contraire : il est l’ingrédient-clé de vos quiches et viandes grillées réussies !

Voir toutes les actualités
Découvrez notre sélection de recettes de crêpes
Les fromages, Les produits laitiers, OH MY MILK
-

Les fromages de février

Un amour de fromage et des fromages plein d’amour : de quoi se réchauffer quand février s’annonce glacé !

fromage-fevrier
Coeur d'Arras

Coeur d’Arras

Un amour de fromage et des fromages plein d’amour : de quoi se réchauffer quand février s’annonce glacé !


Coeur d’Arras

Une croûte lavée orange, une fabrication qui fait songer au Maroilles : le cœur d’Arras cache sous son odeur puissante une tendre pâte bien moelleuse, aux notes sucrées. La forme de cœur est une forme traditionnelle pour nombre de fromages, comme le Rollot ou le Neufchâtel. Ce fromage était particulièrement dégusté lors de la fête des Rats, qui était célébrée à la Pentecôte et commémorait la prise d’Arras (alors espagnole) par les Français.

Cancoillote

Cancoillote

 

Cancoillotte

C’est le fromage dont tous les francs-comtois sont fans ! Sa présentation, en pot – parfois même en tube -, étonne toujours. Elle est fabriquée à partir de petit-lait caillé (« coille » signifiant en franc-comtois cailler), le metton, que l’on fait fondre avec un peu de beurre. La pâte ainsi obtenue peut être directement dégustée ou parfumée avec du vin blanc, de l’ail, de l’échalote…
Très pauvre en matières grasses (5 à 10%), la cancoillotte se déguste traditionnellement chauffée, versée sur des pommes de terre… et souvent sur de la saucisse de Morteau, l’autre spécialité régionale.
A adopter sur les gratins de légumes, pour y tremper du pain, des dés de carotte ou de pomme de terre façon fondue, sans jamais perdre de goût que bien que goûteuse, elle est particulièrement légère !

 

 

 

 

 

 

 

Tomme au marc de raisin

Tomme au marc de raisin

Tomme au marc de raisinVariante originale de la tomme de Savoie, la tomme au marc diffère de cette dernière par son affinage bien particulier. Après les vendanges, certaines tommes de Savoie fermières sont macérées pendant 1 mois dans le marc de raisin (grains écrasés, rafles…). La saveur marquée du raisin imprègne la pâte, lui apportant des notes subtiles et originales, bien affirmées. Consommée jusqu’à la fin de l’hiver, ce mariage audacieux –sur les tables de fin novembre jusqu’à début mars- mérite d’être (re)découvert !

Pérail

Pérail

Le pérail en occitan, c’est l’égouttoir en pierre, tout simplement : encore une fois, c’est le mode de fabrication qui a donné son nom à ce fromage de brebis fabriqué dans les Causses.

Sa fabrication est indissociable de celle du roquefort : si le roquefort était la star fromagère, vendue partout dans le monde, le pérail, lui, était le petit fromage de consommation familiale, réalisé avec le lait de fin de traite des brebis Lacaune.

Doux et lactique, sa forme peu épaisse contribue à son affinage crémeux à coeur,  particulièrement apprécié des amateurs de pâte molle.

Boursault

Boursault

Boursault

Quel fondant ! Quel moelleux !
Pas étonnant : le Boursault (nommé aussi « Délice de Saint Cyr ») fait partie de la grande famille des triple-crèmes, tout comme le Brillat-Savarin.
Mis au point en 1953 par Henri Boursault, fermier et producteur de fromages, le Boursault est né d’une expérience : ajouter de la crème au caillé avant de le mouler et de l’affiner.
Une excellente idée qui donna naissance à ce fromage généreux et gourmand, aux saveurs marquées de noisette. C’est sa croûte ultra-fine, teintée d’orangé lorsqu’il est affiné à cœur, qui a fait son succès.

Crédit photos : V.Ribaut / Les studios associés / Cniel

Plus d'articles

Mots clés