A la une

derniers articles
  • 18-04
    L’appellation d’origine du comté fête ses 60 ans !

    Avant d’être une AOP, le comté a été une AOC qui fête cette année ses 60 ans.

  • 16-04
    Ghee, le triomphe du beurre indien

    Il a le vent en poupe sur les réseaux sociaux : découvrez le ghee indien, beurre clarifié à l’incroyable polyvalence.

  • 13-04
    Lait à l’école : une initiation au bien manger pour les enfants et les adolescents

    Saviez-vous qu’un programme européen permet aux écoles, collèges et lycées de bénéficier de subventions pour éveiller les enfants et les adolescents au « bien manger » ?

  • 11-04
    Variations autour de la panna cotta

    3 idées pour réinterpréter la « crème cuite » originaire du Nord de l’Italie.

Voir toutes les actualités
Alimentation et santé, Les produits laitiers
-

Le lait sans lactose, comment c’est fabriqué ?

Les personnes qui ont du mal à digérer le lactose peuvent se tourner vers les laits délactosés, qui ont les mêmes qualités nutritionnelles et culinaires que les laits classiques.

Lait sans lactose

L’intolérance au lactose ne nécessite pas de se passer de produits laitiers ! Parmi les solutions adaptées, le lait délactosé permet de profiter des bienfaits et des plaisirs du lait sans désagrément digestif. Le point avec Gérald Saada, directeur marketing et recherche & développement chez Candia.

Comment retire-t-on le lactose du lait ?
Gérald Saada : On ne le retire pas, mais on le rend digeste grâce à un procédé très simple qui reproduit ce qui se passe naturellement chez l’être humain. Chez les personnes qui tolèrent parfaitement le sucre du lait, le lactose, celui-ci est en effet digéré grâce à une enzyme présente dans l’intestin grêle, la lactase. Celle-ci dégrade le sucre complexe qu’est le lactose en deux sucres simples, le glucose et le galactose, afin de faciliter son absorption et donc sa digestion. Le problème des personnes intolérantes au lactose, c’est qu’elles ne produisent plus ou pas assez de lactase. On additionne donc tout simplement le lait de lactase pendant le processus de fabrication. Autrement dit, on divise le lactose comme le ferait l’organisme pour bien l’absorber. Le lait est ainsi « prédigéré ».

Les personnes intolérantes au lactose peuvent donc le consommer sans problème ?
Gérald Saada : Oui, tout à fait. Comme cela est indiqué sur les emballages, il reste moins de 0,1 % de lactose dans le lait, ce qui constitue le seuil fixé par les pouvoirs publics pour pouvoir considérer qu’un lait est sans lactose. Or, je rappelle que l’intolérance n’est pas une allergie : l’éviction totale n’est pas nécessaire, ni même recommandée. Les personnes qui tolèrent mal le lactose peuvent d’ailleurs, la plupart du temps, consommer du lait classique en prenant quelques précautions : petites quantités, association avec d’autres aliments… L’avantage avec le lait sans lactose, c’est de pouvoir manger, boire et cuisiner le lait sans se poser de questions et sans prendre de mesures particulières.

Le lait sans lactose a-t-il les mêmes propriétés que le lait classique ?
Gérald Saada : Absolument. Il contient les mêmes nutriments et dans les mêmes quantités. Les intolérants peuvent donc bénéficier du calcium, de la vitamine D et des autres bienfaits du lait sans risque d’inconfort digestif. Sans même parler de nutrition, le lait sans lactose est très pratique pour ceux qui aiment le goût du lait mais le digèrent mal. Des dégustations à l’aveugle ont même montré qu’il plaît davantage aux consommateurs que le lait classique, car le fait de dégrader le lactose augmente son pouvoir sucrant – ce n’est qu’une impression puisque le taux de sucre reste le même. Il se prête enfin à toutes les envies culinaires lactées : les intolérants n’ont plus rien à craindre de la sauce béchamel et de la crème anglaise !

Plus d'articles

Mots clés